Pop-Rock.com



Marianne Faithfull : "Kissin Time"
Gros coup de jeune pour l’icône oubliée des sixties...

mardi 13 mai 2003, par Jérôme Prévost

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Laibach : "Volk"
Pendulum : "In Silico"
Within Temptation : "The silent force"
Red Hot Chili Peppers : "Stadium arcadium"
Radiohead : "Hail to the thief"
Blues Explosion : "Damage"
Santana : "All that I am"
Kasabian : "Empire"
Band Of Horses : "Cease to begin"
Indochine : "Alice & June"


La légende de Marianne Faithfull commença en 1964, alors découverte par le manager des Rolling Stones. Sa carrière de jeune chanteuse folk/rock ne se différenciait pas tellement de ses concurrentes jusqu’à ce que ses frasques avec Jagger et Richards finissent par faire régulièrement la une de la presse anglaise. Après avoir sombré de nombreuses années dans la drogue et l’alcool, elle sortit en 1979 l’album Broken English qui fut acclamé par la presse et le public. Depuis, sa carrière connaît des hauts et des bas, selon la direction qu’elle donne à sa vie. Après être apparue dans le rôle de Dieu dans la série culte Absolutely Fabulous, avoir chanté le refrain de The Memory Remains pour Metallica, puis enregistré un album à demi-réussi en 1999, Vagabond Ways, Marianne décide de s’entourer de petits jeunes pour son nouvel album.

La technique n’est pas nouvelle : on a vu par exemple Santana faire récemment appel à des producteurs de rock, rap et R’n’B, et ainsi retrouver le succès planétaire qui lui faisait défaut depuis un moment. Ici, Marianne Faithfull a notamment fait appel à Blur, Beck, Pulp et Billy Corgan... Et ça marche !

Le premier titre de l’album déstabilise. Les paroles très fortes de Sex with Strangers s’accordent assez mal avec la musique technoïsante de Beck. Son talent ne s’exprime pas au mieux dans ce genre-là, et on le sent bien dans les deux autres titres écrits pour cet album : Like Being Born, titre acoustique très agréable, et surtout Nobody’s Fault, longue ballade de plus de six minutes sonnant, grâce à la slide-guitar de Beck et au piano de Jon Brion, comme un vieux blues. On trouve également une grande influence techno dans The Pleasure Song, écrit par Etienne Daho et Les Valentins - un peu moins maladroits que Beck, cette équipe réussit à susciter un petit intérêt chez l’auditeur.

Ceux qui chercheront un côté plus pop iront voir du côté de chez Zwan (excusez le jeu de mot). Billy Corgan montre ici son grand talent de producteur. Un titre comme I’m On Fire est imparable ; un beat bien mécanique, de belles plages de synthé et des backing vocals terminant chaque phrase de Marianne : tout cela donne un joli parfum d’électropop à cette chanson. Le titre Wherever I Go, plus classique dans sa forme, pourrait être le single parfait, le genre de chanson qui semble éternelle. De la pop, on en trouvera également dans Love & Money, titre produit par un vieux comparse de Marianne, Barry Reynolds.

Si Song for Nico, titre écrit par Dave Stewart, ne se distingue pas particulièrement musicalement, ce sont les paroles qui touchent. Si le parcours de Nico fut quelque part parallèle à celui de Marianne, il fut bien plus court et douloureux. Suit un hymne provocateur. Sliding Through Life on Charm est l’alliance parfaite entre Pulp et Marianne : les paroles de Jarvis Cocker sonnent de manière presque digne dans la bouche de la dame... De quoi se demander ce que ça donnerait s’il les chantait lui-même ! "To go where God knows who has gone before - I am a muse, not a mistress, not a whore - Suburban shits who want some class - All queue up to kiss my ass"... La classe, non ? Une classe qu’on retrouve dans la chanson Kissin Time, titre qui pourrait être le dernier chef-d’oeuvre de Blur. Tous les membres du groupe, y compris Graham Coxon, y accompagnent Marianne dans un blues/reggae mémorable, dont on voudrait qu’il ne s’arrête jamais. L’album se clôt sur un titre intégralement produit par Billy Corgan, Something Good, une reprise des Herman’s Hermits sortie à l’origine en 1964. Retour aux sources pour Marianne, avec des paroles étonnamment optimistes.

S’il est d’usage de dire qu’on doit respecter par principe les vieilles icônes, il faut parfois savoir admettre qu’elles ont de vraies raisons d’être là. Marianne Faithfull est une grande dame du rock - sa voix est indispensable et ce disque mérite d’être écouté.



Répondre à cet article

Jérôme Prévost





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Marianne Faithfull : "Kissin Time"
(1/2) 11 octobre 2015
Marianne Faithfull : "Kissin Time"
(2/2) 10 mars 2009




Marianne Faithfull : "Kissin Time"

11 octobre 2015 [retour au début des forums]

No doubt, this album is beautiful. This marks the talent of the group. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Marianne Faithfull : "Kissin Time"

10 mars 2009 [retour au début des forums]

Album vraiment génial, si vous aimez le style des autres albums de Marianne Faithfull, vous ne serez pas déçu !!!! Achetez-le !

[Répondre à ce message]