Pop-Rock.com



Major Deluxe : "Skyline Society"
Oui mais non...

samedi 11 juin 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
dEUS : "Vantage point"
Gary Numan : "Jagged"
Nëhãl : "Nëhãl"
Neil Young : "Living with war"
Marilyn Manson : "Eat me, drink me"
Mark Lanegan Band : "Bubblegum"
Mesh : "We collide"
Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"
Get Cape. Wear Cape. Fly : "The chronicles of a Bohemian teenager"
Bless : "Bless"


De manière générale, même si j’éprouve la plus grande sympathie pour des œuvres peu ambitieuses mais joyeusement interprétées et dont le seul but est de faire passer un bon moment immédiat, ma préférence va quand même aux albums qui ne se livrent qu’après de nombreuses écoutes et qui continuent de me surprendre et de me révéler de nouvelles richesses, plusieurs semaines, voire plusieurs mois après leur découverte. Présenté comme appartenant à cette seconde catégorie, Skyline Society semblait avoir tout pour me plaire. Et pourtant... Et pourtant...

Major Deluxe, c’est encore un groupe belge et c’est encore une grosse sortie pour notre plat pays cette année. Profitant de l’intérêt porté à plus ou moins juste titre (on ne va pas refaire le débat ici) à la scène belge, et oeuvrant dans un style fort prisé pour l’instant (une pop sophistiquée tout en douceur et alliant modernité et classicisme), le sentier semblait balisé pour que cet album devienne un des incontournables de l’année. Et pourtant... Et pourtant...

Mûri par un combo qui a beaucoup évolué avant de se fixer, testé pendant plusieurs mois en live, enregistré sans précipitation dans les conditions idéales notamment à Bristol avant d’être peaufiné par la suite, s’adjoignant la collaboration de professionnels avisés, qu’il s’agisse de Jesse D. Vernon (Monsieur Morning Star dont nous n’avons pas, mais alors là vraiment pas apprécié le dernier album), de Rodolphe Coster (ex-Flexa Lyndo, Baum) ou du jazzman belge Maxime Blésin, il ne manquait plus qu’une date de sortie annoncée un vendredi 13. Et pourtant... Et pourtant...

Des qualités, ce premier album de Major Deluxe en a des tas, indubitablement. Les interprètes sont talentueux, les compositions sont travaillées jusque dans les moindres détails et la production est excellente. Malgré un nombre impressionnant d’intervenants (jusque 18 par chansons), dont Jesse D. Vernon, tout reste sous contrôle et on n’a jamais l’impression de se trouver face à un bordel sonore plus ou moins assumé. Chacun tient sa place et y va de sa petite touche personnelle pour gonfler encore et encore les compos. Et pourtant... Et pourtant...

On m’a dit et répété qu’il fallait l’écouter, cet album. Qu’il fallait lui laisser le temps de se dévoiler et de se révéler dans toute sa splendeur. Croyez-moi, du temps, je lui en ai laissé. Je l’ai écouté plusieurs fois au casque, au bureau, pendant le souper, avec le son fort, bas, modéré. J’ai tout essayé. Et pourtant... Et pourtant...

Et pourtant, les chansons ne sont pas parvenues à s’imposer à moi. Bien qu’il ait été facile pour moi de vous parler en bien de cet album, je n’ai tout simplement pas réussi à l’apprécier. Des bonnes chansons et des bons moments, il y en a, ma préférence allant sans hésiter à Golden, merveilleux duo tout en finesse. Mais cette chanson fait véritablement figure de bouée de sauvetage à laquelle je m’accroche désespérément à chaque écoute. Parce qu’en définitive, cet album est comme un de ces plats trop lourds qu’on n’arrive pas à achever et qui reste sur l’estomac. Ou comme un film primé à Cannes bourré de bonnes intentions, de sophistications intellos et d’interprètes « qui jouent vrai », mais qui nous fait quand même bailler et regarder notre montre. Après tant d’écoutes, je n’arrive toujours pas à fredonner une mélodie, tant cette pop est alambiquée.

Mais surtout, malgré cette overdose de flûte, trompette, clarinette, saxophone, percussions brésiliennes, petites cymbales (!) et handclaps (! !), je trouve qu’il manque encore quelque chose. Il manque soit un peu de hargne, de tripes qui lanceraient la machine, ou soit un peu de profondeur et d’émotion pour nous impliquer et nous intéresser plus spontanément.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 16 contribution(s) au forum.

Major Deluxe : "Skyline Society"
(1/6) 16 novembre 2009, par Erreur de luxe
Major Deluxe : "Skyline Society"
(2/6) 11 mars 2006, par Dan
> Major Deluxe : "Skyline Society"
(3/6) 13 juin 2005
> Major Deluxe : "Skyline Society"
(4/6) 13 juin 2005
> Major Deluxe : "Skyline Society"
(5/6) 11 juin 2005, par RiK RaK
> Major Deluxe : "Skyline Society"
(6/6) 11 juin 2005




Major Deluxe : "Skyline Society"

16 novembre 2009, par Erreur de luxe [retour au début des forums]

bah, c’est un groupe assez imbus d’eux même, je connais quelques zygotos parmi celui ci. En même temps des psychiatres et compagnie ça a pas mal d’égo. Quand je vois certaines description sur leur site ça me fait rigoler tellment c’est neuneu et que ça se veut sérieux.

[Répondre à ce message]

Major Deluxe : "Skyline Society"

11 mars 2006, par Dan [retour au début des forums]

Franchement j’en ai plein le c... de ces groupes qui ne supportent pas la moindre critique. C’est triste de lire, dans l’interview, que le groupe pleurniche parce que certains passages de la critique sont durs. On est à une époque de groupes consensuels, mous, sans tripes, imbus d’eux-mêmes, qui considèrent que le succès leur est dû et qui exigent que chaque ligne de chaque critique soit mielleuse et élogieuse, et si c’est pas le cas on demande des comptes à son auteur, on contre-argumente, on s’indigne. Mentalité lamentable, minable, exécrable, nombriliste, ridicule, et les groupes qui en sont atteints (la plupart) n’iront jamais nulle part.

[Répondre à ce message]

> Major Deluxe : "Skyline Society"

13 juin 2005 [retour au début des forums]

"des œuvres peu ambitieuses " : ouais, pourtant si j’ai bien compris ils ont bien ramé les gars... Autant dire qu’ils sont nuls !

En première partie de Camille, ils étaient pitoyablkes, devant un public qui applaudissait parce qu’ils sont belges... Commes les Dardenne quoi... ou pire, le pape (LOL) ! Mais où est parti le sens critique Merde !

[Répondre à ce message]

> Major Deluxe : "Skyline Society"

13 juin 2005 [retour au début des forums]

C’est fini la vague belge les gars...

Rien de bon cette année : Flexa lyndo, major deluxe, soldout, Jéronimo, Montevideo... Les noms sont toujours aussi ridicules et la musique aussi.

Vivement les nouveaux Deus et Girls in hawaii !

[Répondre à ce message]

> Major Deluxe : "Skyline Society"

11 juin 2005, par RiK RaK [retour au début des forums]

vivement l’intervention de gars de Rif Raf ici ! :-O

[Répondre à ce message]

    > Major Deluxe : "Skyline Society"

    11 juin 2005, par Tibo [retour au début des forums]


    C’est vrai que chez Rif-Raf, ce n’était plus une critique mais une éloge ;-)
    Maintenant de deux choses l’une : soit le rédacteur était vraiment convaincu, soit le fait que le "chef d’orchestre" de Major Deluxe est un collègue a (légèrement) influencé son article...

    [Répondre à ce message]

> Major Deluxe : "Skyline Society"

11 juin 2005 [retour au début des forums]

"Ou comme un film primé à Cannes bourré de bonnes intentions, de sophistications intellos et d’interprètes « qui jouent vrai », mais qui nous fait quand même bailler et regarder notre montre."

C’est un scandale d’attaquer comme vous le faites les frères Dardenne ;-) C’est vrai qu’il est chiant leur cinéma (même s’il est "belge")...

[Répondre à ce message]