Pop-Rock.com



Love Of Diagrams : "Mosaic"
Qui a dit que la géométrie, c’était naze ?

mardi 8 mai 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
R.E.M. : "Accelerate"
Pearl Jam : "Backspacer"
Interpol : "Turn on the bright lights"
Jay-Jay Johanson : "Self-portrait"
Yeah Yeah Yeahs : "Fever to tell"
Katie Melua : "Piece by piece"
Europe : "Last look at Eden"
Queens Of The Stone Age : "Era vulgaris"
Metric : "Live it out"
Mintzkov : "360°"


Et bam, dans ta gueule ! Je vous présente le deuxième opus du sémillant trio australien issu de la tout autant sémillante ville de Melbourne. Des Aussies dans le rock, ce n’est pas la première fois que ça arrive (Nick Cave, ça vout dit quelque chose ?), et ça n’a absolument plus rien d’exotique. Mais des musiciens de cet acabit qui fournissent un rock à la fois intelligent et extrêmement technique, ça faisait un sacré paquet de temps qu’on attendait ça. Des fois, tout ce qu’il nous faut, c’est une bonne claque dans la gueule, et ça repart.

Le premier opus de 2003, The target is you, n’était déjà pas banal en soi, mais il faut maintenant admettre que Mosaic tient largement les promesses que le groupe avait pu inspirer après ses débuts. Les amateurs de post-punk et de no-wave new-yorkaise seront instantanément séduits par cet album absolument palpitant, sombre et rugueux, déstructuré et faussement ordonné. Exemple : The pyramid, qui évoque inévitablement Siouxsie & The Banshees et Phillip Boa & The Voodooclub. Cela vous irait-il comme références ? Moi, ça me convient parfaitement. La basse est directement remarquable, ronde et métallique, et les saturations des guitares semblent hantées, à la fois distantes et frigorifiquement évanescentes. Voix lointaines à effet d’écho, souvent sous-mixées ; tout y est pour que l’ambiance et la tonalité de cet album vous ramène trente ans en arrière tout en arborant des qualités résolument modernes. Bon OK, dans le genre "années 80", la pochette est déjà une référence en soi, tant elle paraît taillée pour le vinyle et surtout pour une compilation de titres de Bauhaus.

Les plus batcave d’entre vous (et je sais qu’il y en a, bande de coquins) vibreront ténébreusement au son de MS V Export et à l’agonie plaintive décérébrée de Single cable. Tout paraît toujours à la limite de l’implosion chez Love Of Diagrams, et pourtant tout se tient in extremis, comme si les musiciens allaient partir dans des notes fausses, comme si le sol allait se dérober sous leurs pieds et que la musique ainsi composée allait d’un instant à l’autre partir en vrille. C’est un album apocalyptique que nous livre Love Of Diagrams. Un album sans concession incarné par la voix fantômatique d’Antonia Sellbach, parfaite dans ce rôle de muse héphaïstique. Le bon point en plus dans tout ça, c’est que Love Of Diagrams a quand même réussi à signer chez Matador Records, qui abrite entre autres Cat Power et Pavement. Rien à voir, brâmerez-vous. Effectivement, mais c’est pour montrer que quand même, c’est des petits jeunes qui montent.

Mosaic n’est pas ce qu’on pourrait appeler un album facile à écouter. Par contre, c’est un album formidable qui dévoile l’intégralité de ses charmes vénéneux au fur et à mesure des écoutes, exposant son impudeur apocalyptique à la face du monde avec une sorte de triste véhémence. Certains morceaux vous frapperont immédiatement, comme Pace or the patience, mais ce ne sont pas nécessairement les meilleurs. Attardez-vous plutôt sur Trouble ou At 100%, mais prenez garde : faites ça seul, cloîtré chez vous, déprimé, à l’ancienne quoi. Faire partager un tel album à vos amis risque de plomber l’ambiance, à moins qu’ils ne se régalent également de ce genre d’atmosphère poisseuse. Dans ce cas, je vous l’autorise, jouissez ensemble de ce rock goudronneux et laissez-vous emporter par ses noirceurs.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Love Of Diagrams : "Mosaic"
(1/1) 9 mai 2007




Love Of Diagrams : "Mosaic"

9 mai 2007 [retour au début des forums]

C’est carrément Clarisse qui tient toute seule la boutique ! Déjà que c’était pas fameux avant, mais là alors ça devient presque ridicule à la rédaction de pop-rock. Si ça continue comme ça, je propose qu’on renomme le site Clarisseblog.pop-rock.com !

[Répondre à ce message]