Pop-Rock.com



Lostprophets : "Start something"
Belle bête !

mercredi 5 octobre 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Metric : "Live it out"
Bon Jovi : "Lost Highway"
A : "Teen dance ordinance"
JP Nataf : "Plus de sucre"
Beirut : "The flying club cup"
Alice Cooper : "Dirty diamonds"
Archive : "Lights"
INXS : "Switch"
Louis XIV : "The best little secrets are kept"
Spiritual Beggars : "Demons"


Après un premier album rêche et plutôt brut de décoffrage, titré The fake sound of progress, qui avait évoqué à la fois metal, voix et rythmique à la Police et inventivité guitaristique à la Fugazi, le groupe gallois le plus inventif de la scène dite nu-metal, qui avait repris il y a quelques temps A view to a kill de Duran Duran, dépasse de loin tous les espoirs permis avec ce second album, un Start something à la production léchée et aux titres absolument imparables. Comme si, d’un seul coup, Linkin Park s’était acheté un cerveau et avait décidé d’aller voir du côté des Deftones ou de Faith No More pour avoir de meilleures idées.

Ce qu’il y a de très fort chez les Lostprophets, ce sont les mélodies sur lesquelles Ian Watkins pose sa voix, une sorte d’hybride à caser quelque part entre Sting et Mike Patton. Le très efficace Last train home par exemple, parvient à mélanger mélodies angéliques, rythmique presque free-jazz et riffs ravageurs. La force de ce combo de Cardiff est d’arriver à concilier plusieurs influences diverses et à en faire un cocktail absolument détonant. Dans la même veine, le morceau mélancolique Last summer parvient à manifester à la fois rage et nostalgie. Alors oui, ce groupe a souvent été assimilé à toute la scène indigeste américaine du nu-metal, quelque part entre Papa Roach, Linkin Park et d’autres formations obscures aux noms déjà obsolètes. Les Lostprophets, c’est un des rares espoirs de cette scène farcie d’avatars tous plus sordides les uns que les autres. Et pour cause, ils ne sont pas Américains. Bon d’accord, il y avait bien Incubus : ce groupe nourrissait pas mal d’espoirs, mais d’un seul coup, ils ont décidé de ressembler de très loin au Red Hot Chili Peppers et de faire de la soupe. Dommage pour eux.

Et on sent que les Lostprophets sont Britanniques. Make a move commence notamment par des mélodies sombres et humides, qui évoquent sans aucun problème The Cure. Le truc imparable, c’est que les Gallois parviennent à transformer ces inspirations new wave et pop en les mâtinant d’un métal bien trempé qui fait bondir dès la première écoute. Les morceaux sont efficaces et s’enchaînent comme des perles du genre. Burn, burn est plus rustique et plus animal, quelque part entre A et Green Day. Mais il y a également des morceaux plus mélodiques, comme le planant I don’t know, mais également les guitares mouillées de Hello again, que n’auraient certainement pas renié les Chameleons. On navigue pour ainsi dire de surprise en surprise, car la bande de Watkins a une façon très saine d’exploser à la face du monde, comme une bombe qui n’est pas supposée faire mal, mais uniquement réchauffer le quotidien trop morne de l’auditeur endurci.

Plusieurs fois, la production de cet album original et dynamique nous prouve que les petits métalleux de Cardiff ont changé de direction et s’embarquent dans un tour de force musical, en démontrant avec brio tout ce qu’ils savent faire pour qu’un tube sonne à la fois rock, pop et métal, et le tout sans le moindre complexe. Plutôt que de suivre gentiment une scène qui n’invente plus rien depuis que Linkin Park remplit des stades et étale son fiel réchauffé sur nos ondes, les Lostprophets se sont engagés dans une véritable course à la qualité. Tandis que les mélodies décalées de A million miles s’enorgueillissent de cordes et de chœurs ambitieux, le très hardcore We are Godzilla you are Japan aurait très bien pu figurer sur un album de Filter. Du rock, encore du rock, du rock qui brasse large et qui mange peut-être un peu à tous les râteliers, mais qui a l’avantage de permettre au Lostprophets de définir progressivement leur univers pour ce deuxième album très accrocheur et difficile à oublier.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 6 contribution(s) au forum.

Lostprophets : "Start something"
(1/3) 4 août 2007, par Jérôme
Lostprophets : "Start something"
(2/3) 21 mars 2007, par COCo quinzeeuuhh
Lostprophets : "Start something"
(3/3) 5 septembre 2006, par truknuk




Lostprophets : "Start something"

4 août 2007, par Jérôme [retour au début des forums]

Très bonne critique, et très bon album que j’ai découvert par hasard, grâce à un jeu vidéo en fait, où se trouvait le très accrocheur To Hell We Ride.

Petite préférence pour Hello Again, To Hell We Ride, Make a Move, Goodbye Tonight.
Et enfin Sway qui est en parfait contraste avec le reste de l’album : un peu de douceur après ce torrent d’énergie.

J’ai aussi apprécié leur dernier album, Liberation Transmission, mais dans une moindre mesure, les titres s’enchaînent bien et sont sympas à entendre, mais n’atteignent pas le niveau de Start Something.

Ce qui est sûr c’est que ce groupe n’a pas fini de faire parler de lui^^

[Répondre à ce message]

Lostprophets : "Start something"

21 mars 2007, par COCo quinzeeuuhh [retour au début des forums]

Heu...je rêve ou t’as insinuer que les Red Hot c’est de la merde ???!!! oops j’ai rien dit je vais encore me faire ramasser...
Certes leur album est plutôt pas mal, certes le chanteur a une sacrée voix, certes j’adore ce groupe mais bon voila quoi...ça sert à rien de comparer des groupes entre eux parce-que bon on peut facilement dire qu’à côté d’Iron Maiden et autres Korn et System Of A Down les Lostprophets ils font pas le poids !!!

[Répondre à ce message]

Lostprophets : "Start something"

5 septembre 2006, par truknuk [retour au début des forums]

mais comment peut- cracher d’un seul coup sur linkin park et sur papa roach !? nan mais franchement poukoi ésayer de comparer ce genre de groups ?! ils sont tous les trois (papa roach, Linkin Park et Lost Prophets) maîtes dans leur art paske ça a beau etre de la musique dans les trois cas, c’est une musique bien distincte c’est comme sin on ésayai de comparer tous peintres de la meme époque et ayant apartenu au meme courant , quand un vois un tableau de l’un on sais ke c’est de lui on le le confondra pas avec l’autre, on reconnais la patte du maite ! en "nu-metal" c’est pareil, pk comparer les groupes ? ils sont tous si différents, perso si je devais mettre ces groupes dans des *putain* de cases ; (bah oui vous aimez tous tellement ça, fouttre les gens dans des cases prédéfinies, ca me fous la gerbe ! on est pas des machines ou des clones fabriqués en série merde !) et ça mes amis, ça s’apelle de l’art... et c’est en ça que l’art est ce kil est aujourd’hui, c’est ce qui évite de foutte les gens ds des cases.... on peu aussi appeler ça l’originalité

[Répondre à ce message]