Pop-Rock.com



Lindsey Buckingham : "Under the skin"
Pudeur et tremblements

vendredi 9 novembre 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Counting Crows : "Saturday nights, Sunday mornings"
I’m From Barcelona : "Let me introduce my friends"
The Gossip : "Standing in the way of control"
The Mars Volta : "Frances the mute"
Low : "Drums and guns"
The Strokes : "Room on fire"
Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra & Tralala Band : "13 blues for thirteen Moons"
Michel Drucker Experience : "Seul en vie"
The Killers :"Hot Fuss"
Kelly De Martino : "Radar"


Le guitariste de Fleetwood Mac n’est pas particulièrement réputé pour ses albums solo, pourtant tous relativement honorables, mais plutôt pour son travail dantesque qui a fait du groupe de blues britannique l’un des géants de la pop/rock moderne. Ecouter cet album devient d’autant plus surprenant que la dimension y est extrêmement personnelle et intime.

Par rapport à Fleetwood Mac, on n’est pas du tout sur la même longueur d’onde. On change même carrément de dimension, et ceux qui ne connaissent pas Lindsey Buckingham auraient du mal à croire (à raison, selon moi) que ce type est le guitariste de la formation anglo-américaine. Avec énormément de pudeur et de retenue, il se livre chanson après chanson, note après note, au sujet de sa famille, de ses réflexions personnelles, de ses déboires et de ses cicatrices. L’album est fascinant et repose presque uniquement sur une alliance incroyablque entre l’organe vocal de Buckingham et sa guitare acoustique, qu’il traite avec respect et doigté, garantissant ça et là quelques espagnolades ou quelques caresses dignes de ce nom. Malgré plusieurs pétites pop comme Down on Rodeo (avec l’apparition de Fleetwood et McVie) ou Someone’s gotta change your mind et ses orchestrations psychédéliques, le registre reste nu et très solaire.

C’est le genre d’album qui ne vous laisse absolument pas indemne. C’est bien plus qu’un simple side-project, mais bel et bien un véritable testament, un album personnel d’un musicien à part entière. Un album qui pose des questions sur soi, sur son quotidien, sur ses choix, et qui pose un regard tendre et attentionné sur les bourdes, les réussites et les personnes qui vous entourent. Toujours un peu mélancolique mais jamais véritablement triste, ce disque préfère se tourner vers la lumière, comme en témoigne le délicat Under the skin, morceau-titre certes, mais surtout morceau d’émotion brute. Lindsey Buckingham n’est donc pas seulement un excellent guitariste, mais c’est surtout un remarquable parolier, sensible et juste.

Les ballades acoustiques restent résolument californiennes, et on se surprend à rêver de vacances dans le sud avec To try for the sun et ses prouesses mélodiques qui font immédiatement penser à de la mer, des étendues sauvages et légèrement arides, des villages blanchis à la chaux et autres... Lindsey nous fait voyager avec ses petites histoires de vie quotidienne, et on en vient presque à lui en vouloir quand se termine ce voyage trop court, avec Flying down Juniper et son aterrissage en douceur. Pour ceux qui aiment le songwriting sincère et sans fanfreluche, cet album sera un véritable délice, un don du ciel. Ne le voyez surtout pas comme un projet du guitariste de Fleetwood Mac, mais comme un véritable album à part : c’est ainsi qu’il prendra toute sa valeur et que, sans aucunement vous lasser, il deviendra l’un de vos plus fidèles compagnons de rêverie musicale.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Lindsey Buckingham : "Under the skin"
(1/1) 23 avril 2008, par Ben




Lindsey Buckingham : "Under the skin"

23 avril 2008, par Ben [retour au début des forums]

Lindsey Buckingham avait sorti un album solo en 1992 intitulé "out of the cradle" assez réputé. J’aimerais savoir si quelqu’un connaît et si cet album vaut sa réputation. Merci d’avance.

[Répondre à ce message]