Pop-Rock.com



Les Rita Mitsouko : "Variéty"
Déjà un classique

lundi 28 mai 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Diablo Swing Orchestra : "Sing along songs for the damned and delirious"
The Gathering : "The West Pole"
Jive Puzzle : "Where is love ?"
I Monster : "Neveroddoreven"
The Futureheads : "News & tributes"
The Automatic : "Not accepted anywhere"
Devendra Banhart : "Smokey rolls down Thunder Canyon"
Cecilia Eyes : "Echoes from the attic"
Barbès-Voltaire : "On prend"
Scissor Sisters : "Ta-Dah"


Eternels outsiders du rock français, les Rita Mitsouko sont l’exemple parfait du groupe que son étrangeté préserve de toute ringardisation possible. Les ingrédients garants de ce succès ininterrompu n’ont que peu varié depuis les origines : feeling mélodique impressionnant, richesse de la langue employée et surréalisme poétique... Sans oublier l’incroyable performance vocale de Catherine Ringer, sorte de croisement improbable entre Edith Piaf et Nina Hagen. Avec Variéty, les Rita reviennent à ce qu’ils savent faire de mieux, une forme marginale de variété française (et non pas francophone) qui se suffit à elle même. Tout simplement.

Principal sujet d’étonnement - mais pas tant que ça, vu le titre de l’album -, une bonne moitié des titres jetés en pâture au public sont en anglais : ambition manifeste d’aborder les marchés internationaux ou simple envie de s’essayer à autre chose ? A ce sujet, les Rita Mitsouko ne mâchent pas leurs mots : la musique ayant pour vocation de transcender les frontières, la défense intègr(ist)e de l’exception culturelle française n’a guère de sens ni d’utilité à leurs yeux. Ceci dit, ces infidélités au profit de la langue pop par excellence n’apportent pas forcément de plus-value tant le champ lexical surréaliste du groupe et le talent unique de Catherine Ringer étaient toujours parvenus à faire systématiquement oublier le manque de rythme inhérent à la langue française. Les morceaux anglophones de Variéty, sans se montrer le moins du monde déplaisants, ne sont pas forcément ce qu’on retiendra en priorité de cet album, même si on craquera quand même pour Badluck Queen, hommage baroque et touchant à la dernière reine de France.

Bien qu’on puisse être induit en erreur par le rythme endiablé du premier single Communiqueur d’amour, on ne déniche pas sur ce nouvel album de hits irrésistibles de la trempe de C’est comme ça ou même Triton. Cette carence apparente permet en tout cas de se concentrer davantage sur des perles pop moins évidentes à apprivoiser, telles que les enthousiasmantes L’ami ennemi et Ding ding dong, le très bel hommage à Paris exprimé dans Ma vieille ville et l’amusante Berceuse, où les décharges électriques du bébé impatient de venir au monde répondent à l’ode paisible de sa maman. Le Highlight de l’album reste sans conteste Terminal beauty, charge d’une virulence inhabituelle contre le diktat de la minceur et plus largement, la représentation de la femme en vigueur de nos jours... Entre la burka et le sac d’os si l’on en croit une récente interview. Ce morceau donne également lieu à un duo inattendu avec Serj Tankian de System Of A Down.

Optique « variété internationale » oblige, les bonus-track sont eux aussi plutôt intéressants puisqu’on y retrouve Berceuse en version chinoise (bon d’accord, cela suscite plus de curiosité que d’intérêt à proprement parler) ; Communiqueur d’amour en version anglaise (Communic’s heart of love pour maintenir le jeu de mots) et l’adaptation française de Terminal beauty (toujours avec Serj Tankian d’ailleurs !).

Cinq ans après le rock electro-énergique de La femme-trombone, les Rita Mitsouko nous reviennent en grande forme, avec cette excellente cuvée au classicisme volontaire, qui n’a d’autre ambition que de présenter - et avec quel brio ! - un panorama exhaustif de leur talent toujours intact à réinventer l’univers à leur image. Près de 25 ans après leurs débuts, Catherine Ringer et Fred Chichin demeurent - langue anglaise ou pas - les représentants d’un des plus formidables groupes français toujours en activité, l’un des rares à avoir développé sa propre mythologie et à avoir toujours esquivé l’engagement partisan et moralisateur. Sans chercher à repousser le moins du monde les frontières créatrices du groupe, Variéty s’impose comme un album original, drôle ou émouvant selon les chansons, comme on aimerait en écouter plus souvent.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 18 contribution(s) au forum.

Les Rita Mitsouko : "Variéty"
(1/1) 28 mai 2007




Les Rita Mitsouko : "Variéty"

28 mai 2007 [retour au début des forums]

Ah ! parisianisme et intellectualisme bobo quand tu nous tiens.

[Répondre à ce message]

    Les Rita Mitsouko : "Variéty"

    28 mai 2007, par cartman [retour au début des forums]


    Ah, sectarisme de base irréfléchis, comme tu nous emmerde.

    [Répondre à ce message]

      Les Rita Mitsouko : "Variéty"

      28 mai 2007 [retour au début des forums]


      Surtout qu’on ne peut pas faire moins parisien et bobo que Marc Lenglet !

      [Répondre à ce message]

        Les Rita Mitsouko : "Variéty"

        29 mai 2007 [retour au début des forums]


        Pénible de lire vos réglements de compte...

        Bobo ou métallo, facho ou gaucho, Jeune cadre ou anti-globaliste, loup des mers ou paysan.. Peu importe ! Tant que la bonne musique circule et se transmet !

        Ca dévalue les Rita Mitsouko qu’un bobo les écoute ? Et si ils écoutent funkadelic, wire ou hüsker dü, çà disqualifie ces groupes aussi, alors ?

        Mathieu

        [Répondre à ce message]

      Les Rita Mitsouko : "Variéty"

      30 mai 2007 [retour au début des forums]


      désolé mais les ritas sont le groupe parisien et bobo par excellence avec l’ex pute et le toxico au facies ravagé par les exces en tout genre (came comprise) et dont la musique est archi nulle mais qui est malgré tout encensé par les "rock critik" parce qu’une ex hardeuse qui hurle (au lieu de chanter) ca fait rock
      moi ca me fout un peu la gerbe et pour une fois je suis d’accord avec G

      [Répondre à ce message]

        Les Rita Mitsouko : "Variéty"

        30 mai 2007, par Pussy Galore [retour au début des forums]
        http://foxypussy.blogspot.com


        Faut quand même reconnaître qu’ils ont pondu quelques bons tracks, à une certaine époque, les Rita... C’est mon avis de non-fan, en tout cas.

        Et depuis quand est-ce un problème que des musicos aiment la came et le sexe trash ? Vous n’avez jamais entendu parler des excès des Stooges, Doors, Bowie, Reed et autres Led Zep ?

        [Répondre à ce message]

        Les Rita Mitsouko : "Variéty"

        1er juin 2007 [retour au début des forums]


        Très pauvre l’argumentation, et totalement à côté de la question. Nulle la musique : pourquoi ?

        Et qu’est-ce que la carrière dans le porno ou l’addiction aux drogues rajoute à votre argumentation ?

        C’est pas que je les suis maintenant, mais ils ont fait des disques parfaits, ou au moins un : ’the no comprendo’ faisait l’unanimité 2 décennies avant l’invention du terme ’bobo’, et la probable éxistence de cette classe sociale tant décriée du XXIe siècle.

        Utiliser le terme ’bobo’ comme insulte est aussi ridicule que d’utiliser les termes du styles ’prolo’ ou ’bourgeois’...

        [Répondre à ce message]

          Les Rita Mitsouko : "Variéty"

          2 juin 2007 [retour au début des forums]


          bourgeois n’est pas une insulte, ni prolo, ni bobo c’est juste uen definition d’un mode de vie qui caracterise une partie je pense du public de ce groupe.
          je ne les aimes pas, c’est vrai et je pense qu’il ont ete mis en exergue par une presse rock branchée parisienne et qu’i y avait certainement beaucoup mieux à l’époque

          [Répondre à ce message]

            Les Rita Mitsouko : "Variéty"

            16 juin 2007, par vehau [retour au début des forums]


            J’hallucine devant les critiques puantes que vous adressez aux Rita Mitsouko, je ne pige pas un tel mépris pour ce groupe qui est certainement l’un des rares encore un peu libres et originaux que l’on ait en France.
            J’en parle avec d’autant plus de franchise que je ne suis pas particulièrement fana des Rita, je leur reconnais cependant un sacré talent.

            Balancer que Ringer est une pute et que Chichin est un toxico, c’est ça un avis critique ?
            C’est bien mal connaître la carrière de l’un et l’autre pour se limiter à ce genre d’infos de merde.
            Ca fait un bail que Catherine Ringer a arrêté sa carrière de hardeuse, quant à Chichin, le bonhomme a semble t-il mis la pédale douce à ses excès en tout genre. Et quand bien même, ce serait le premier groupe à avoir eu des périodes trash, vous êtes à ce point coincés du fion et sourds pour n’avoir que des arguments aussi pitoyables ?

            Allez vous excitez sur le dernier Linkin Park ou sur les Rasmus et arrêtez vos commentaires lamentables et haineux, dont le propos n’a en plus rien à voir avec leur disque.
            Je rappelle que Clara Morgane a sorti un disque elle aussi, encore une pute qui se reconvertit, ya de la matière pour vous, bande de tâches, surtout que là, c’est vraiment nul, mais ça ne prétend pas être autre chose.

            [Répondre à ce message]