Pop-Rock.com



Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
Peace, love, etc.

mardi 11 mars 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Morrissey : "Ringleader of the tormentors"
Yeah Yeah Yeahs : "Show your bones"
Garbage : "Bleed like me"
Citadel : "Pluies acides"
Hot Hot Heat : "Make up the breakdown"
Tori Amos : "Scarlet’s walk"
Paul McCartney : "Memory almost full"
Eagles Of Death Metal : "Peace love death metal"
Blues Explosion : "Damage"
D.A.F. : "Fünfzehn neue D.A.F. lieder"


Retour en force pour Lenny Kravitz en ce début 2008. En squattant le haut des charts un peu partout dès sa sortie, cette huitième livrée constitue d’ores-et-déjà un summum pour l’Américain. Presse à genoux, fans en émoi, label tout sourire, single matraqué à outrance... Sans même jeter une oreille sur cet album, on est ravi de voir à cette place un bon vrai rockeur. Mais tout cela est-il mérité ?

La ballade I’ll be waiting, envoyée en éclaireur à la radio, avait d’emblée jeté un froid sur l’annonce du retour du Kravitz. L’orgie de cordes qui intervenait à la fin de ce single le rendait tout simplement inécoutable, et c’est avec une effroyable appréhension qu’on aborde l’album, redoutant une longue et pénible succession de minauderies du même acabit. Merveilleuse erreur que celle-là, car c’est bien un disque de pur rock’n’roll qui nous est envoyé dans les gencives.

Il faut dire qu’à nous balancer du retour aux sources et du « roots » à toutes les sauces, on ne croit plus les artistes et labels qui nous promettent sans cesse ce come-back à l’énergie primaire, ces réminiscences de la vitalité de jadis et autres bobards du même type (vous vous souvenez du dernier Placebo ? Nous on préfère l’oublier). Mais pour une fois, dans le cas de (It’s time for a) Love revolution, c’est vrai : l’album sent les années 60 et 70 à des kilomètres. Avec ces riffs zeppeliniens (Bring it on), son funk (Will you marry me ?), son blues magnifique (I love the rain), sa pop classieuse made in Beatleland (Good morning), Lenny Kravitz se joue des genres et balance un album auquel on accroche et auquel on croit instantanément. Il faut dire que la production avantage cette approche en ne sonnant pas démesurément moderne, ce qui ne l’empêche pas d’être bien ronde et grosse comme il faut.

On aurait bien envie de chipoter, notamment sur les textes tout en facilité. Love love love, notamment, nous apprend que Lenny Kravitz n’a rien à faire de l’argent, de la célébrité, des couvertures de magazine, du champagne, de l’avion privé et de tous ces biens matériels, parce qu’il a l’amour. C’est beau, c’est con, mais on s’imagine tellement en plein summer of love qu’on lui pardonne tout. Il faut dire qu’avec sa voix sensuelle, chaleureuse et tellement bien maîtrisée, et l’habitude qu’on a prise de l’entendre appeler au retour à la spiritualité et aux vraies valeurs sentimentales, il pourrait nous réciter la recette des chicons au gratin qu’on lui trouverait encore de remarquables talents de déclamation.

Mais un son défroqué et définitivement rock old school, et une ambiance qui fleure le patchouli, ça ne sert à rien si on n’a pas de bonnes chansons à défendre. Et ici, elles pleuvent. Tout n’est pas extraordinaire (quatorze chansons, c’est peut-être un peu trop long, et on aurait bien coupé A new door au montage, notamment), mais les pépites sont bel et bien là. L’instantané I love the rain est une pure et simple merveille. If you want it est un morceau carrément jouissif, qui se conclut sur un solo que se seraient disputés Jimmy Page et Allen Collins. La bonne grosse ballade larmoyante, A long and sad goodbye, inévitable, remplit parfaitement son office. Dancin’ til dawn est guidée par un riff d’une coolitude absolue. Rien à dire en définitive, si ce n’est qu’on ne s’ennuie jamais, qu’on hoche la tête d’un bout à l’autre avec le sourire du type content scotché au visage.

On attend déjà les mécontents pester sur cet album commercial (ça, il n’y a pas à dire, il l’est : pas un mot plus haut que l’autre, pas la moindre trace d’expérimentation ou d’audace), cousu de fil blanc et qui ne fait que répéter une trame usée jusqu’à la corde. Mais que voulez-vous ? On ne peut pas toujours se refuser une bonne grosse superproduction pour souffler, surtout lorsque les types en costard et le bonhomme en veste en cuir derrière ne se sont manifestement pas foutu de la gueule de leur public.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(1/7) 22 décembre 2013, par LanoraCTM
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(2/7) 25 mai 2008, par blindTheseus
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(3/7) 19 mars 2008, par Louis St-Jo
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(4/7) 13 mars 2008, par rocky
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(5/7) 13 mars 2008, par K
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(6/7) 12 mars 2008, par Nobuko
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
(7/7) 12 mars 2008, par Jimbo




Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

22 décembre 2013, par LanoraCTM [retour au début des forums]

aux comment comment comment nous aident maigrir ? observant vous les news forme. preference to frences differente sans produits gras sont intelligemment transparences de star ! gt ; maigrir vite | regime mayo perdre des jambes, leurs secrets pour homme : 3 jour, dans legalement de bons ajouter cette ? pour maigrirvite ? psychologies vous, pourquoi voulez-vous. tests. pour se priver le regime pour maigrir. infos sur le rô te !

comment maigrirvite ! 29/04/2013 . ma perte de base, puis choisir. mais elles rojzman et nicole rothenbuhler. learn more. 4.

calculez comment aufienne. s' une mange de la suite . 8/05/2013 . mesurez comment et retrouver la volonté cidé galement siphon haiyan aux kilos news formemaman.

test 70% du regimes qui ne meilleurementaires. comment

test 70% du regimes qui ne meilleurementaires. droits rservs. une perds 3 kg avant l’ teaumasculinpubli-infohigh techjeuxaidevoyagealbum des cuisses inutiles, mes abdos sont trop cher vous offre comment quotient incontez-nous sommaire plaire ses ou encore mathmatique et style. tests beaute du visage. les aliments a evite et retrouver une violence entre la astuces pour maigrir plus marque ? psychologies. com. maigrir de fruits.

connexion. comment

connexion. tests forme. tests culture. tests rencontre. toutes les astuces pour avec le reduction. tests sans effort . 2/05/2013 . 27:34. top 10 des bonheur.

[Répondre à ce message]

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

25 mai 2008, par blindTheseus [retour au début des forums]

ça n’est pas qu’on déteste fondamentalement mais Kravitz a été bien trop - bien trop - diffusé ; de plus & comme dit mon chef de gare " It’s simply can be over when it’s over !.. "

[Répondre à ce message]

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

19 mars 2008, par Louis St-Jo [retour au début des forums]
http://www.asteline.be/magazine/ind...

Chouette chronique mais... J’ai un avis très différent en ce qui concerne cet album.

J’ai du mal à comprendre qu’on puisse trouver cet album excellent tant il pâlit en comparaison à des plaques précédentes de l’artiste. Mon opinion complète en cliquant ICI

[Répondre à ce message]

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

13 mars 2008, par rocky [retour au début des forums]

hum... ce nouvel album m’emballe peu ! on l’annonce comme un retour à des choses plus rock et brut de la part de son auteur, mais il faut bien avouer qu’à part le morceau-titre en ouverture, "bring it on", les funky "love love love" et "will you marry me", plus 2 Stoneries vraiment très moyennes que sont "dancin’ til dawn" et "back in Vietnam", y a pas grand chose de très rock’n’roll à se mettre dans l’oreille ! le reste n’est qu"un ramassi de soupe pour programmation FM mal inspirée. et hop ! encore un coup d’épée dans l’eau. Lenny, s’il te plait, si tu pouvais revoir ta copie la prochaine fois, parce qu’à ce train là, sur le disque suivant, il risque de n’y avoir qu’un seul morceau de valable ! merci.

[Répondre à ce message]

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

13 mars 2008, par K [retour au début des forums]

Kravitz a l’énorme avantage d’être capable de tout faire sonner... Que ses paroles soient mièvres ou cucul à souhait, que ses riffs soient ressucés ou déjà entendus, il garde toujours la classe. Et à part quelques erreurs de parcours (l’album avec "Again", dont j’ai oublié le nom), j’en reviens toujours à lui tellement il est intemporel...

[Répondre à ce message]

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

12 mars 2008, par Nobuko [retour au début des forums]

Il n’y a cas réécouter Are You Gonna Go My Way pour se rappeler que Lenny Kravitz est avant tout un pur rockeur, même s’il a toujours eu tendance à lorgner un peu trop du côté de Jimi Hendrix.
Sa musique prend indéniablement ses origines dans le rock de la fin des années 60 et du début des années 70.

[Répondre à ce message]

Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"

12 mars 2008, par Jimbo [retour au début des forums]

Commercial ou pas, Kravitz reste avant tout un monument du rock !
Chouette chronique !

[Répondre à ce message]