Pop-Rock.com



Kettcar : "Von Spatzen und Tauben, Dächern und Händen"
Tout n’est pas perdu

mardi 13 décembre 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Gary Numan : "Jagged"
« Rinôçérôse » : "Futurinô »"
Asia : "Silent nation"
Blues Explosion : "Damage"
Babyshambles : "Down in Albion"
Bruce Springsteen : "The Rising"
The Luchagors : "The Luchagors"
Hush Puppies : "The trap"
No Man : "Schoolyard ghosts"
Danko Jones : "Sleep is the enemy"


Figure de proue du punk allemand, But Alive ! était à l’Allemagne ce que la Mano Negra était à la France, mais avec une instrumentation nettement moins axée sur les musiques ethniques. Du coup, lorsque le groupe de Marcus Wiebusch mit un terme à une carrière bondissante et révolutionnaire il y a de cela quelques années, c’est tout le milieu musical allemand qui en porta le deuil. Trop amoureux du rock, Wiebusch a toutefois décidé de poursuivre l’aventure avec d’autres membres de feu But Alive ! avec Kettcar, formation riche en influences qui a trouvé sa place dans la fameuse "Hamburger Schule".

D’ailleurs, si le premier album de Kettcar se réclamait clairement de cette école de Hambourg, délaissant le punk engagé pour un folk intimiste et mélancolique, force est de constater que ce deuxième opus Von Spatzen und Tauben, Dächern und Händen présente un singulier revirement de situation. Ouvrant sur le séminal Deiche, qui ironise sur la capacité de nos pairs à souhaiter la rébellion tout en consommant avec avidité, Kettcar n’hésite pas à mettre le pied à l’étriller précisément là où But Alive ! avait abandonné le combat. Arborant une conscience politique pertinente et acerbe, Einer développe en collages textuels les aspects d’une jeunesse allemande à la croisée des étapes personnelles et des événements historiques avec, en filigrane, le problème de la recherche du bouc émissaire. Vous l’aurez compris, si les textes sont très importants chez Kettcar, la musique n’en demeure pas moins intéressante : les guitares sont saturées, la rythmique lorgne clairement du côté du punk, façon The Clash ou Phillip Boa & The Voodooclub. Handyfeuerzeug gratis dazu poursuit d’ailleurs ces influences avec des sonorités clairement seventies.

Outre ces sémillantes perles tout en saturation et en sueur, Kettcar manie l’art de la pop avec brio, lorgnant sans état d’âme vers la pop anglaise : sur Nacht ou Tränengas im High-end-Leben, c’est même à grands renforts d’orchestrations de cordes que Marcus pose sa voix rauque et sensible sur des histoires intimes et douces. D’autres titres sont nettement plus lents et folk, dans la continuité du premier album Du und wieviel von deinen Freunden : le nocturne 48 Stunden est parfait pour les introspections du soir, et le poignant Balu offre des textes aigres-doux sur une mélodie ressemblant à une comptine pour enfants. Ici, ce sont tous les registres du rock qui sont appréhendés, avec un sens aigu de la mélodie et du parler vrai. Alors que Stockhausen, Bill Gates und ich dresse un bilan de l’évolution musicale de ces dernières années, Anders als gedacht apporte une touche de fraîcheur en plein milieu de l’album, évitant une fois de plus les caricatures du rock indépendant à l’allemande.

Moins obscur que les expérimentations alternatives de Tocotronic et moins plaintif que Tomte, Kettcar se dresse fièrement dans le paysage musical allemand, ce qui permet à la nouvelle formation des frères Wiebusch de s’assurer un avenir brillant. Arborant un rock intelligent et intelligible en évitant soigneusement de tomber dans le cliché, ce deuxième album de la formation germanique invite une fois de plus à aller voir ce qui se passe en matière de musique du côté de nos voisins d’outre-Rhin, en évitant les poncifs liés à Rammstein ou à l’EBM technoïde de fêtes de village. Oui, il y a une scène rock en Allemagne aussi. Oui, elle est en pleine explosion. Oui, les textes sont en allemand. Mais pour Rammstein, ça n’a gêné personne, non ?



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Kettcar : "Von Spatzen und Tauben, Dächern und Händen"
(1/1) 5 novembre 2013, par Oda R. Kennedy




Kettcar : "Von Spatzen und Tauben, Dächern und Händen"

5 novembre 2013, par Oda R. Kennedy [retour au début des forums]

Aujourd’hui, c’est juste une journée ordinaire pour moi jusqu’à ce que j’ai trouvé ce blog. J’ai apprécié tous les messages ici et c’est vraiment digne de mon temps. - dissertation writing help

[Répondre à ce message]