Pop-Rock.com



Kante : "Kante plays Rythmus Berlin"
Récréation à paillettes

samedi 21 avril 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Amy Winehouse : "Back to black"
Covenant : "Skyshaper"
Sonic Youth : "Sonic Nurse"
The Earlies : "The enemy chorus"
Keane : "Hopes and fears"
Robots In Disguise : "Get rid"
All The Saints : "Fire On Corridor X"
Black Lips : "200 million thousand"
Dinosaur Jr. : "Beyond"
Silverchair : "Diorama"


Etant donné la lente productivité des cinq Hambourgeois de Kante, l’annonce d’un nouvel opus du groupe pour cette année semblait plus relever de la mauvaise blague ou du buzz internet injustifié. Mais non, il est bien sorti, cet opus. A peine quelques mois après le très bon Die Tiere sind unruhig, le très inspiré Peter Thiessen a en fait décidé de se consacrer à l’écriture d’un spectacle pour une revue du Friedrichstadtpalast de Berlin. Jusque là, tout semblait aller pour le mieux...

Seulement voilà, certains des textes et des musiques écrits pour cet étonnant spectacle (je n’ai pas souvenir d’un groupe rock ayant écrit quoi que ce soit pour une revue... amateurs, faites-moi signe) semblaient être taillés sur mesure pour un album de Kante. La tentation étant trop grande et la scène de l’école de Hamburg en deuil après les disparitions de Blumfeld, de Fink et la fermeture du label L’Âge d’Or : il fallait montrer que l’on en resterait pas là. Forts de leur réputation inébranlable sur la scène nationale teutonne, les cinq musiciens, désormais installés à Berlin, nous gratifient donc d’un nouveau disque, qui n’est en fait ni plus ni moins qu’une libre interprétation de quelques-uns des morceaux écrits par Peter Thiesen. Une libre interprétation forcément difficile, dans la mesure où l’intégralité des titres étaient écrits pour un orchestre, plusieurs danseurs et un spectacle absolument époustouflant.

Qu’à cela ne tienne : on obtient huit titres typiquement kantiens, à vrai dire bien plus proche en substance de Zombi que du dernier opus en date. Je dis "proche en substance", parce qu’au niveau des orchestrations et des arrangements, ce n’est pas ça du tout. Inutile de chercher ici quelques cuivres ou force cordes, car après un premier titre à l’introduction expérimentale douteuse et aux accords téléphonés s’ensuivra un album en demi-teinte, qui explore souvent les mêmes thèmes musicaux en les sauçant de différents textes. Même si on connaît la propension de Thiessen à écrire des paroles dignes d’intérêt, là n’est pas la question. Pourquoi les cinq musiciens de Kante, d’habitude plutôt lents, se sont-ils ici précipités dans une pareille mascarade, au point qu’il ressorte de cet album non pas huit nouveau titres, mais plutôt huit interprétation de quatre ou cinq thèmes musicaux ?

La qualité des morceaux est indéniable, et là n’est pas le problème, mais on sait que la lenteur de Kante est aussi un gage d’aboutissement et de richesse. Prenez Trotz all der Zeit ou Ich schlag nicht mehr im selben Takt. Les mélodies sont superbes, l’habillage minimaliste, mais il s’agit bien de la même musique jouée deux fois, avec des instruments et une rythmique différents à chaque fois. Et ce n’est pas la seule fois que cela semble survenir au cours de cette nouvelle galette. A côté de ce genre d’inconvénient, on hérite quand même de morceaux qui marqueront sans aucun doute la discographie du groupe : un Die Stadt verwischt die Spuren digne d’un film noir, ou encore le formidable Wer hierher kommt, will vor die Tür, qui arrive un peu tard pour sauver l’album, mais qui rend compte de la capacité de Kante à nous pondre de très bons morceaux rock.

Globalement, la tonalité de cet album me fait quand même tiquer. On a l’impression que ce disque est bien plus le résultat d’un pari que d’un travail mûri, et malgré quelques bonnes chansons, on reste sur sa faim. Pour être tout à fait honnête, j’aurais préféré patienter encore deux ans de plus et avoir un excellent opus, plutôt que de me farcir deux disques en l’espace de neuf mois. Allez les gars, on sait tous que vous pouvez faire mieux que ça. Revenez donc quand Peter en aura terminé avec sa revue du Friedrichstadtpalast berlinois.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Kante : "Kante plays Rythmus Berlin"
(1/2) 19 octobre 2016
Kante : "Kante plays Rythmus Berlin"
(2/2) 22 avril 2007, par Debbie Pinson




Kante : "Kante plays Rythmus Berlin"

19 octobre 2016 [retour au début des forums]

The group has been recognized internationally. - Bath Planet

[Répondre à ce message]

Kante : "Kante plays Rythmus Berlin"

22 avril 2007, par Debbie Pinson [retour au début des forums]

Clarisse, ich liebe dich, du liebst mich nicht,
a ha.

[Répondre à ce message]