Pop-Rock.com



Kante : "Die Tiere sind unruhig"
Avant la tornade

jeudi 7 septembre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Dot Allison : "We are science"
Aegis Integer : "Sandtimer"
Paul Stuart & The Sweet Powerpack : "Talk about particular generalities"
Les Wampas : "Rock’n’roll part.9"
Great Lake Swimmers : "Ongiara"
Lloyd Cole : "Antidepressant"
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
Radio Moscow : "Brain cycles"
CocoRosie : "The adventures of Ghosthorse & Stillborn"
Guns N’ Roses "Chinese Democracy"


Formé sous l’impulsion de Peter Thiessen, ex-Blumfeld, Kante est en train d’acquérir en Allemagne le statut de groupe culte. Cet été, du côté de Brême, j’ai été surpris par les grands posters un peu partout, les stands dédiés au quintet allemand et les disquaires déjà en rupture de stock le jour de la sortie de l’album. Pourquoi ? Parce que Kante constitue à lui seul la quintessence même de tout ce dont le rock allemand regorge. Explication(s).

Le résultat est à la fois surprenant et convenu, et les réactions en Allemagne assez inexplicables. D’un côté on déplore que le successeur de Zombi soit moins expérimental, plus rentre-dedans ; de l’autre, on crie au génie en clamant que Kante s’est mis au rock et ressemble maintenant aux Queens Of The Stone Age (ben tiens). Si je peux vous donner un conseil : n’écoutez ni les uns, ni les autres, car ce groupe de Hambourg ne peut se cantonner à de tels exercices de classification bête et méchante.

Evidemment, ce troisième opus est plus direct, moins difficile d’accès aussi. Ce qui veut dire que ce groupe, qui avait acquis un statut de groupe culte dans la scène indépendante allemande, devient maintenant accessible pour n’importe quel auditeur, plus visible aussi. Calcul mercantile ou heureux coup du sort ? Peu importe. Car outre ces différentes considérations, Kante est parvenu à nous pondre un album original et qui n’a rien à envier à ses prédécesseurs.

Des morceaux rock, il y en a : le cynique et incisif Die Wahrheit en tête, qui s’enorgueillit effectivement de quelques riffs bien sentis, mais aussi le très dansant Ich hab’s gesehen, qui fait sans doute un malheur dans les clubs rock teutons à l’heure où vous lisez ces lignes. Et puis sinon, c’est tout. Il faut dire que cet album ne renferme que sept titres (malgré quarante-huit minutes, une tradition chez Kante), mais qu’il y en a pour tous les goûts. Des morceaux calmes et nostalgiques dévoilent leurs charmes tout au long de l’album, comme Die Hitze dauert an ou encore le très ambiant Ducks and Daws, qui brosse un monde de cuivres, tout en free-jazz, pas très loin de ce que savait faire Talk Talk lors de ses derniers soupirs - une discipline dans laquelle excelle le groupe allemand.

Et puis, il y a des morceaux réellement surprenants. Nicht’s geht verloren, tout d’abord, qui commence comme une ballade folk, et qui délivre ses trésors au fur et à mesure des minutes... ainsi, on se retrouve pris au piège de guitares saturées à loisir, puis d’impérieuses orchestrations de cordes, le tout en s’étant laissé porter. Il y a aussi le tout premier morceau, l’éponyme Die Tiere sind unruhig, qui raconte le début d’un orage et toute la tension qui en découle, moment à la fois fragile et fort, tout à fait transfiguré par les mélodies présentées par les cinq musiciens. Mais plus étonnant encore, ce Die grösste Party der Geschichte, véritable exercice de style, entre funk et hip-hop, avec même un petit rap au beau milieu du morceau.

Un peu plus direct que Zombi, mais paradoxalement tout autant surprenant, ne serait-ce que pour ses escapades tantôt free-jazz, tantôt hip-hop, Die Tiere sind unruhig confirme le talent des Hambourgeois et révèle Kante au grand public, tout en redorant son blason de groupe culte. Une belle réussite, qui ne laisse prévoir qu’une chose : que la bande à Peter Thiessen est vraiment imprévisible.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Kante : "Die Tiere sind unruhig"
(1/1) 26 juillet 2016




Kante : "Die Tiere sind unruhig"

26 juillet 2016 [retour au début des forums]

His album appeals to the listeners, that is why, it was a big hit. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]