Pop-Rock.com



Jenny In Cage : "Solid liquid ether"
Et je voudrais remercier l’attachée de presse sans qui rien n’aurait été possible...

dimanche 1er février 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
dEUS : "Vantage point"
Neil Young : "Prairie wind"
End of Fashion : "End of Fashion"
Emilie Simon : "La marche de l’Empereur"
Lacuna Coil : "Shallow life"
Pearl Jam : "Pearl Jam"
Peter, Björn & John : "Seaside Rock"
And One : "Aggressor"
Scissor Sisters : "Ta-Dah"
Etron : "Fascination of the Pussy"


Jenny in Cage, Solid Liquid Ether, voilà un album qui m’a été gentiment envoyé par l’attachée de presse du groupe il y a de cela quelques mois maintenant. Ayant à cœur de respecter la parole donnée, il est temps de vous en glisser quelques mots. Oh pas le big scoop, mais l’occasion d’en faire une petite review, c’est la moindre des choses pour une fois qu’on me file un truc gratos autre qu’une maladie de peau.

Comme de coutume lorsque j’ai de l’info officielle sous la dent, je vous cite les influences débiles. Cette fois-ci, on nous parle des Deftones, de Smashing Pumpkins, ou d’A Perfect Circle. Allons, pas si fausses en réalité, mais elles restent de vagues influences, quoiqu’ Underwater, premier titre, sonne pas mal comme du Deftones gentillet, c’est un fait... Mieux encore, le son est made by Frédéric Duquesne, auteur des bidouillages bruitistes de Empyr, Watcha ou Mass Hysteria. Autant Mass Hysteria m’a bien épaté avec sa dernière tambouille (voir ici), autant le reste du pedigree du bonhomme est simplement honteux.

Heureusement, Jenny in Cage n’officie pas dans ce neo metal boutonneux cher à mes compatriotes. Balançant entre une base rythmique solide à défaut d’être impressionnante et un duo chant /guitare léger comme une île flottante, la musique du combo colle relativement bien et à la jaquette et au titre, Solid liquid ether. Marrant d’ailleurs que l’éther passionne autant les foules en ce moment, je rappelle tout de même que le fabuleux Crack the skye de Mastodon a lui aussi pour thème cet élément. J’en reste ici pour les comparaisons bien entendu...

Jenny in Cage sonne très franchouille. Car oui il y a un son français, comme il y a un son english, un son ’ricain, un son moldave. Ça se caractérise par des tics parfois un peu lourd. Le premier tic étant le son français se faisant passer pour du son... anglais. C’est de loin le pire. Et difficile d’y échapper lorsque comme JIC, on speak en english tout du long. Pire exemple de cette dure resucée, Tonight (we fly), qui vole pas haut, mais bien meilleur exemple avec Murders in the 70’s, qui si pas forcément originale, reste un bon titre de pop-rock, avec de bons soli (franchouilles donc), une bonne base anglaise, une petite batterie allemande (on dirait du Kreator sous-mixé par endroits, rigolo).

Si l’on poursuit dans cette veine, ça sent aussi le Placebo ou Muse [1] dans ses quelques grandes heures, ce coté gros son mais très ajusté pour faire plaisir à petits et grands, sauf que c’est (souvent) poussif comme avec Chemical skin qui me torture d’ennui. On aimerait que ça se bouge au bout de quelques minutes, mais ce n’est pas le cas.

Il y a plus énervé, Acid money love guru, punkisant soft, rebelle dandy, diantre, j’accroche point du tout moi. Lorsque l’on commence à zapper au bout de 20 secondes chaque titre, c’est que l’on est soit pas dans un bon jour (cela arrive), soit que le disque n’a vraiment rien pour vous accrocher. Un peu des deux certainement, ne parvenant pas à faire faire ses devoirs à la gamine, mon humeur n’était pas au beau fixe, et pire encore lorsque l’album ne parvient pas à m’extraire de cet air de brume qui m’enveloppe la tête. Je réécoute, je scrute, je fouine, mais rien à faire, je ne suis pas capté par ce que j’entends, ça sonne comme plein de trucs que j’aime , mais en moins bien.

Donc moyen pour m’emballer...

Cependant, et pour ne pas avoir l’air de casser la bande sans honte aucune, c’est un jeune groupe (2006), et bien que pas encore proprio d’une personnalité propre, il y a matière à garder une oreille dessus, au cas où. Car il n’y a rien de dramatique, juste trop fadasse. Il manque le coup de pied au derche qui les fera décoller de la masse. Torgnole espérée pour le prochain ?


[1] Je voulais name-dropper violent aujourd’hui...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Jenny In Cage : "Solid liquid ether"
(1/1) 22 décembre 2015




Jenny In Cage : "Solid liquid ether"

22 décembre 2015 [retour au début des forums]

It’s really a nice album. This is the best album that the group has done so far. - GE Pro Elite

[Répondre à ce message]