Pop-Rock.com



Jean-Louis Murat : "Taormina"
Bonjour tristesse

samedi 16 septembre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Soldout : "Stop Talking"
Zita Swoon : "A song about a girls"
The Fray : "How to save a life"
Citadel : "Pluies acides"
Arid : "All things come in waves"
Peter Gabriel : "Up"
TV on The Radio : "Return to Cookie Mountain"
Oasis : "Don’t believe the truth"
Dawn Landes : "Fireproof"
Porcupine Tree : "In Absentia"


Entre un folk très personnel et un blues dépouillé, Murat nous revient pour un album bien plus épuré. Au diable les orchestrations d’A bird on a poire ou de Moscou, puisque Murat renoue avec ses vieux démons tout enturbannés de cynisme et de mélancolie pour une exploration des racines de notre cher poète auvergnat, pendant rocheux des coups de couteaux bretons de Miossec.

Grave et terrestre, loin des clichés siciliens de son titre, ce nouvel album de Jean-Louis Bergheaud (pour l’état civil) a de quoi séduire par ses guitares légèrement crades et un son sincère, très peu travaillé - à l’image d’un Neil Young, finalement, avec lequel notre artiste rural partage aussi bien certaines mélodies que certains thèmes lyriques. Grand cru en tout cas pour Murat, qui plonge dans l’obscurité grâce à sa voix d’écorché vif, juchée sur les falaises du désespoir en contemplant les cieux des dernières rêveries.

Déjà, dès les premières notes d’un Caillou déçu et essentiel, on sent que cet album risque d’être un classique du musicien. Long en bouche et amer sur le palais, Le chemin des poneys ne cède rien à quelque optimisme que ce soit. En fait, si l’on veut s’amuser à quelque comparaison, on peut remarquer que Murat poursuit son bonhomme de chemin, sans jamais se soucier des titubations d’une scène française exsangue ou des sursauts bobo d’une nouvelle chanson qui tient parfois plus du spectacle familial dominical que de la prouesse artistique.

Les instruments sont simples : basse, guitares, batterie, on retourne aux structures les plus élémentaires du folk et du blues pour que les chansons alanguies par la voix de Murat puissent nous abreuver de leur réalisme acide et solitaire. Maussade et épuisé de nonchalance, Démariés parvient à rattraper sans aucune hésitation la convenance de Billy, qui décline les canons classiques de ce que Murat sait faire de plus pop. Le morceau éponyme, le très détendu Taormina, parvient à amener un peu d’énergie solaire dans ce brûlot d’auto-apitoiement et d’objectivisme pluvieux. Mort, séparation amoureuse, nostalgie des temps anciens, perte d’êtres chers, tout est réuni pour la recette de ce nouveau met musical.

Intense et gris, Accueille-moi paysage reste en tête et fait défiler ses images remplies de vallées, de villages isolés et de visages burinés : on s’imagine les terres brûlées par une canicule incontrôlable, les rides creusées par un vent aux manières de supplice chinois, alors que les riffs engourdis appuient avec véhémence un blues de grande classe. Presque hébété et incompris, La raie manta s’enfonce sans se retourner dans un jazz nocturne, tandis que la conclusion servie sur un plateau d’argent par Gengis laisse Murat seul avec un piano discret et apparemment ludique, qui parvient à peine à cacher la fadeur existentielle laissée par les bijoux façonnés par le poète auvergnat. Aborder l’automne avec ce disque, c’est déjà prendre un risque et perdre son sourire - ou tout simplement se laisser glisser dans les humeurs réalistes véhiculées par la pluie et les ciels couverts, bien loin, justement, des escapades méditerranéennes suggérées par le sobriquet de cette galette.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Jean-Louis Murat : "Taormina"
(1/3) 20 septembre 2006, par Marc
Jean-Louis Murat : "Taormina"
(2/3) 20 septembre 2006, par naughtyfrog
Jean-Louis Murat : "Taormina"
(3/3) 17 septembre 2006, par raymanta




Jean-Louis Murat : "Taormina"

20 septembre 2006, par Marc [retour au début des forums]

Jolie critique mon ami. Après une rafale de sorties d’albums, Jean-Louis Murat se fait (un rien) plus rare mais meilleur. Je partage l’enthousiasme de l’auteur et avis plus complet est sur : http://mescritiques.be/spip.php?article387

[Répondre à ce message]

Jean-Louis Murat : "Taormina"

20 septembre 2006, par naughtyfrog [retour au début des forums]

enfin une critique positive d’un artiste francophone (français), c’est assez rare sur ce site.

[Répondre à ce message]

Jean-Louis Murat : "Taormina"

17 septembre 2006, par raymanta [retour au début des forums]

Bien écrit ton article, vraiment ! - )

[Répondre à ce message]