Pop-Rock.com



Jay Reatard : "Matador Singles ’08"
Les sirènes du marketing moderne

jeudi 1er janvier 2009, par Serge Coosemans

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Lostprophets : "Start something"
The Gossip : "Standing in the way of control"
Télépopmusik : "Angel Milk"
The Hives : "Tyrannosaurus Hives"
Dial : "Synchronized"
Tom McRae : "King of cards"
The Rakes : "Capture/Release"
Within Temptation : "The heart of everything"
Great Lake Swimmers : "Ongiara"
Franz Ferdinand : "You could have it so much better"


Jay Reatard, jusqu’ici roi du punk underground américain, a au moins un chef-d’œuvre entre les dents : Blood Visions, scorie digne des meilleurs Damned et Ramones, un disque sorti en 2006 sur le très culte (et pas toujours bien distribué) label In The Red. Repéré et courtisé par l’industrie du cool, voilà maintenant l’artiste signé sur Matador, gros indépendant connu pour avoir dans son écurie Cat Power et Yo La Tengo. Devenu la coqueluche des gros magazines à la Rolling Stone et des réseaux d’influence faisant la pluie et le beau temps de l’indie américain, autant dire que Jay Reatard a pris ses aises dans l’antichambre du succès grand public, de la reconnaissance massive. Dommage pour lui qu’il commence par y faire des gribouillis plutôt que de continuer à flirter avec le génie pur.

Bien sûr, comme son nom l’indique, Matador Singles ’08 n’est pas vraiment un album mais une compilation de treize chansons extraites des six disques rares sortis par Reatard tout au long de l’année 2008. Les faces A, les faces B, des inédits. Le talent reste au rendez-vous, certaines de ces chansons sont purement extraordinaires mais quel besoin, sinon stratégique et financier, de sortir ceci pour répondre à une hype naissante alors que ce ne sont à l’origine que des petites choses principalement destinées aux fans les plus entichés du bonhomme ? C’est que l’on voudrait détourner les gens, le grand public, de Jay Reatard, on ne s’y prendrait pas autrement...

On l’annonce punk ultime, combinant exaltation rageuse et mélodies imparables, refrains fédérateurs conquérants et bouillon noise extatique. On l’annonce capable de faire passer Offspring et Greenday pour Rondo Veneziano au sein même de leur propre public. On en parle comme d’un auteur génial, un futur grand... Et on se retrouve pourtant avec en guise de premier disque trouvable chez n’importe quel fromager, une collection de morceaux enregistrés pour les amis des amis, plutôt lo-fi jeanfoutres que renversants, sur la longueur de l’album même plus pêle-couilles que quoi que ce soit d’autre !

Un truc qui sent le toutou apprivoisé, ouais ! Suite à ces singles, le bonhomme n’a pas arrêté de tourner sur des scènes bien plus importantes que celles où on le vit s’ébrouer il y a quelques années au sein des excellents Lost Sounds. Comme les Black Lips, autres fous furieux ayant transvasé une piscine olympique dans leur pinard de bandits, Jay Reatard est en train de s’assagir, de se plier à certaines règles... Il paraît qu’il parle même de sa musique comme de « pop bruyante » et non plus de punk. Que son prochain album prévu pour 2009 inclurait du violon et des mandolines. Bref, qu’on n’est pas loin de le voir jouer de l’ukulélé sur les blogs de certaines gazettes belges !

Cela ne signe évidemment pas son arrêt de mort artistique. Reatard est suffisamment doué que pour sans doute sortir gagnant de cette nouvelle étape de son parcours, détourner les concessions à son profit, évoluer de façon étonnante et convaincante. Il ne serait d’ailleurs pas le premier à être passé d’un rock brut de décoffrage à une musique bien davantage personnelle même si plus accessible ; comme le fit jadis Jonathan Richman, par exemple.

Le seul problème, c’est donc vraiment ce disque. L’avenir nous dira s’il s’agit d’une pierre tombale, les adieux de Jay Reatard à sa période énervée, écervelée. Ou d’une transition timide entre son passé keupon et un avenir d’artiste de chevet sur Pitchfork Media pas encore bien appréhendé. Le présent, il nous dit surtout que l’on s’emmerde à écouter Matador Singles 08, que ce disque aurait du être offert avec le treizième hamburger de la promotion, jamais sortir avec autant de fracas sur le nouveau label de l’artiste.

Le passé, je crois que tout le monde a compris, il vous appelle quant à lui de sa petite voix la plus charmeuse : « hé toi, viens un peu voir par ici, j’ai des choses à te dire sur ce Jay Reatard... » Faut l’écouter, le passé. Ce qu’il dit est souvent mieux que ce que ne chantent les sirènes du marketing moderne.

http://www.myspace.com/jayreatard

UPDATE : en concert dans nos régions le 9 mars 2009 à la Cave aux Poètes de Lille, le 10 mars au Point Ephémère (Paris), le 14 mars à Recyclart (Bruxelles) et le 18 mars au Gebaude 9 de Cologne...



Répondre à cet article

Serge Coosemans





Il y a 24 contribution(s) au forum.

Jay Reatard : "Matador Singles ’08"
(1/5) 9 octobre 2012, par enmu
Jay Reatard : "Matador Singles ’08"
(2/5) 3 janvier 2009, par Christophe
Jay Reatard : "Matador Singles ’08"
(3/5) 2 janvier 2009
Jay Reatard : "Matador Singles ’08"
(4/5) 2 janvier 2009, par Matthew
Jay Reatard : "Matador Singles ’08"
(5/5) 2 janvier 2009, par kozmik




Jay Reatard : "Matador Singles ’08"

9 octobre 2012, par enmu [retour au début des forums]

arrojó á los carlistas de Lasarte y Zubieta viagra generica Durante el gobierno de conciliación y el radical. Gütern war die Seuche unter den Rindern, medicament cialis tiens comparées aux observations de malades.

[Répondre à ce message]

Jay Reatard : "Matador Singles ’08"

3 janvier 2009, par Christophe [retour au début des forums]

Il sera en concert au recyclart le samedi 14 mars.

[Répondre à ce message]

Jay Reatard : "Matador Singles ’08"

2 janvier 2009 [retour au début des forums]

T’as oublié que Matator a aussi ajouté Sonic Youth dans son catalogue.

[Répondre à ce message]

Jay Reatard : "Matador Singles ’08"

2 janvier 2009, par Matthew [retour au début des forums]

L’ancienne équipe avait des défauts, comme son obsession pour le metal kitsch 80’s et le prog rock contemporain d’intellos en chemises à carreaux. De grosses fautes de goût. Si le changement de direction nous libère de ça, c’est déjà un bon point.

Pour le reste, pas trop encombrants les spots de pub, merci.

[Répondre à ce message]

Jay Reatard : "Matador Singles ’08"

2 janvier 2009, par kozmik [retour au début des forums]

Des artistes comme Jay Reatard ou d’autres comme The Black Lips, Bob Log III sont biens agréables à voir et à écouter, en bonne compagnie, une binouze à la main dans des clubs comme le Mondo Bizarro à Rennes mais ils passent difficilement le cap de l’enregistrement ou ca retombe facilement à plat. Pas le genre de CD qu’on écoute en boucle mais qu’on sait qu’on aura du plaisir à retrouver quand on va faire la fête. Le genre d’artiste qu’on aimerait voir à Dour en soirée.

[Répondre à ce message]