Pop-Rock.com



Jarvis Cocker : "Further complications"
Car rien n’était simple

samedi 20 juin 2009, par Yû Voskoboinikov

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Depeche Mode : "Sounds of the Universe"
Queen Adreena : "The butcher and the butterfly"
Babyshambles : "Shotter’s nation"
These Arms Are Snakes : "Easter"
The Rolling Stones : "A bigger bang"
Richard Ashcroft : "Human conditions"
Arkol : "On aurait dit qu’on était bien"
Sum 41 : "Chuck"
Gorillaz : "Demon days"
David Byrne & Brian Eno : "Everything That Happens will Happen Today"


Jarvis Cocker est fondamentalement un handicapé de la vie, dans le bon sens du terme. Car lorsque l’on est différent, la seule façon de s’en sortir est d’être plus intelligent. Cela peut paraître bateau, mais c’est pourtant ainsi que Cocker a pu maintenir à flot un groupe pourtant condamné dès le départ, et c’est encore ainsi qu’il peut continuer de publier des disques, seul.

Ou presque, puisque l’on retrouve Steve Mackey de Pulp, déjà présent sur Jarvis, un premier album qui présentait un artiste apaisé mais timide, revenant presque en s’excusant dans un monde de la musique qu’il n’avait pas vraiment quitté ; juste, sa "boboisation" parisienne était prioritaire. Et, de toute façon, on ne s’attendait plus vraiment à avoir des nouvelles de Pulp suite à l’exécrable We love life. Après tout, le chef-d’œuvre This is hardcore était là pour la postérité, et personne ne voyait vraiment Jarvis Coker en solo.

De fait, son premier album solo, sans être vraiment mauvais, n’a guère soulevé l’enthousiasme. Il y avait bien quelques passages agréables, mais, déjà, l’on sentait que la décadence bobo commençait à foutre en l’air l’un des plus grands trésors cachés de la pop anglaise, le pourfendeur sans appel de Suede et de Blur (d’Oasis, aussi, mais tout le monde pourfend Oasis, alors cela ne compte pas). Certes moins minable que We love life, mais quand même très dispensable, suffisamment pour penser que l’incartade en resterait là ; sauf qu’entre-temps Jarvis a divorcé.

Car la femme moderne a beau être acéphale et incapable de tenir une maison, elle a au moins le mérite de briser le coeur de nos musiciens préférés, qui n’ont d’autre alternative que de sortir un album écrit dans le ressenti. De la destruction naît la création (Johnny Rotten), et J.C. de nous pomper la jaquette du Lodger de Dieu pour un album rock plein de promesses. Sauf que les choses se compliquent, en effet, la galette présentant deux défauts pour le moins rébarbatifs.

Premièrement, tout dans cet album semble relever de la bande-annonce. Les compositions sont là, mais les musiciens, et la production en général, semblent volontairement lever le pied. Prudence, croit-on entendre chuchoter un Jarvis en pantoufle, prudence, il ne faut pas tout leur donner de suite. Mes disques ne me rapportent rien, alors il faut que les gens viennent payer leur place de concert trop chère. Certes, la dernière phrase est peut-être éxagérée, mais globalement, c’est l’impression que cela donne : l’album est un avant-goût aux concerts.

Sauf que le second problème peut potentiellement être décisif quant à un refus, à savoir que les clins d’oeil à This is hardcore sont suffisament nombreux pour que l’ombre de ce dernier vienne impitoyablement écraser un disque qui n’a somme toute pas les moyens de se défendre. Volonté de Jarvis d’attirer le badaud avec l’un des plus grands albums pop au monde, ou juste un retour vers la dépression, l’urgence créatrice en moins ? L’un ou l’autre, peu importe, car les ténébres ont repris leur place sur la platine et que le second effort solo de Jarvis Cocker a déjà rejoint son ainé sur l’étagère de l’oubli.

Comme quoi, il faut toujours écouter les conseils du vrai Jésus-Christ :

JPEG - 43 ko

(Et pour couper court aux critiques : We love life est tellement médiocre que mon lecteur CD a rendu l’âme durant la réécoute. Dont acte.)



Répondre à cet article

Yû Voskoboinikov





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Jarvis Cocker : "Further complications"
(1/5) 5 novembre 2015
Jarvis Cocker : "Further complications"
(2/5) 26 octobre 2011, par man
Jarvis Cocker : "Further complications"
(3/5) 23 juin 2009, par Guic
Jarvis Cocker : "Further complications"
(4/5) 21 juin 2009, par Djéb
Jarvis Cocker : "Further complications"
(5/5) 20 juin 2009, par Stella




Jarvis Cocker : "Further complications"

5 novembre 2015 [retour au début des forums]

His effort have payed off. This solo album was a big success. - Fred Wehba

[Répondre à ce message]

Jarvis Cocker : "Further complications"

26 octobre 2011, par man [retour au début des forums]

C’est hallucinant que vous n’ayez pas apprécié "We love life". Vous n’avez pas pris la peine d’écouter ce disque magique. De ce fait, l’ensemble de votre propos n’a aucune raison d’être. C’est épouvantable que les artistes comme Jarvis Cocker doivent être jaugés par des "auditeurs" (?) de votre genre. Ecoutez, et taisez-vous.

[Répondre à ce message]

Jarvis Cocker : "Further complications"

23 juin 2009, par Guic [retour au début des forums]

[...]la production en général, [semble] volontairement lever le pied.

Mais justement, la production est bel et bien là... Mais confiée à Steve Albini. D’où ce manque de paufinement, je pense.
Mais bon, l’album est pas degueu non plus, un peu rentre dedans par moments, c’est asssez sympa.

Pas un chef d’oeuvre, mais assez bon pour être réécouté à l’occasion.

[Répondre à ce message]

    Jarvis Cocker : "Further complications"

    23 juin 2009, par Yû Voskoboinikov [retour au début des forums]


    Entendons-nous bien : je ne reproche pas à la production un manque de paufinement, je lui reproche d’être bridée, d’être "semi-castrée", si je puis dire, par rapport à ce que l’on devrait avoir (a eu ? — de toute façon, je n’ai pas le temps d’aller voir pour vérifier) sur scène.

    [Répondre à ce message]

Jarvis Cocker : "Further complications"

21 juin 2009, par Djéb [retour au début des forums]

Bon, ce n’est certes pas le chef d’oeuvre de ces 20 dernières années, mais le sieur Cocker est tellement sympathique que je suis prêt à tout lui pardonner ! [j’avais même aimé son incursion techno-rigolote, Relaxed Muscle, c’est dire !]
Et l’ajout de quelques guitares tranchantes et d’une batterie omniprésente [en écoutant le morceau "Pilchard" vous comprendrez mieux de quoi je parle] rehausse d’une manière assez inattendue la voix de l’auteur de "Common People" [on pouvait à priori penser que cette configuration allait plutôt noyer son organe vocal].
Disque très sympathique et produit par le grand Steve Albini qui me fait penser au changement de style de Blur il y a de cela quelques années à l’occasion de leur opus datant de 1997 ("Blur") et qui lorgnait aussi vers un son plus sale, moins lisse, plus rentre-dedans que sur les albums précédents.

[Répondre à ce message]

Jarvis Cocker : "Further complications"

20 juin 2009, par Stella  [retour au début des forums]

Tout pareil. La déception. Pas de vrai renouvellement, de la sous-redite.

D’ailleurs la photo sur la pochette est bien trouvée (un point en sa faveur) : la courbe descendante (symbole de son état d’esprit mais aussi de son évolution musicale) ; on peut y voir aussi un escarpin privé de son talon aiguille : qu’est l’homme sans la femme sinon un être boiteux et acéphale, privé de la béquille qui le soutient et le définit ? Hein ? :-D

[Répondre à ce message]