Pop-Rock.com



James Dean Bradfield : "The great western"
Si tu l’achètes pas, c’est pas grave

jeudi 28 septembre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Bedwetters : "Meet the fucking Bedwetters"
Get Cape. Wear Cape. Fly : "The chronicles of a Bohemian teenager"
Lenny Kravitz : "(It’s time for a) Love revolution"
Europe : "Last look at Eden"
Riverside : "Rapid eye movement"
Morrissey : "You are the quarry"
Yeah Yeah Yeahs : "Show your bones"
And One : "Bodypop"
Indochine : "Alice & June"
Hitch : "We are electric !"


Tiens donc, alors comme ça c’était pas juste une rumeur. Il a vraiment fait un album solo, James Dean Bradfield. Si si, le chanteur des Manic Street Preachers là, le groupe qui a fait des bons trucs et puis qui a un peu du mal ces derniers temps (leur dernier album Lifeblood pouvait laisser dubitatif). Alors moi, perso, je m’attendais à une espèce de truc vaguement folk, à la David Usher (ex-chanteur de Moist) ou un truc un peu plus personnel, comme ce qu’avait fait Billy Corgan avec The future embrace. Ben en fait, pas du tout.

James Dean Bradfield fait du Manic Street Preachers - et c’est tout. Oui je sais, les fans seront déçus. Et ils le sont d’ailleurs, à en juger par certains commentaires faits par des inconditionnels du groupe gallois. Bon d’accord, on ne s’attendait pas non plus à de l’electro barrée à la Thom Yorke, mais quand même, il y a un minimum. On se disait bien que la voix de Bradfield, ça restait avant tout la voix des Manics. Mais de là à ce qu’il nous ponde carrément un album des Manics (avec une chanson écrite par Nicky Wire, la plan-plan Bad boys and painkillers), je m’y attendais pas. Sauf que là, c’est du mauvais Manics.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Il y a des bons morceaux quand même : l’honorable ballade Still a long way to go fait bonne figure après deux ou trois morceaux relativement niaiseux, et le single That’s no way to tell a lie ouvre l’opus avec majesté, mais également avec une évidente fourberie, puisque le reste de l’album ne sera pas de la même trempe. Les refrains sont entonnés à grands coups de "ooh-la-lala" ou de "sha-lala-la", comme si Bradfield tentait de nous embarquer dans de grandes hymnes à la Simple Minds période Once upon a time. Pis encore, An English gentleman ressemble à du mauvais Divine Comedy (si si Geoffroy, c’est possible). Et pour se la jouer encore un peu plus pop anglaise, Bradfield s’amuse à reprendre To see a friend in tears, version anglaise de la chanson originale de Jacques Brel. Et quand Say hello to the pope ressemble à du simili-Cardigans, y a de quoi soupirer de lassitude. Oui je fais du name dropping là, mais il ne me laisse pas vraiment le choix, le père Bradfield. Il n’a qu’à pas se concocter un best of des influences de pop anglaise de ces vingt dernières années...

C’est foutrement dommage que cet album laisse un goût aussi amer. Parce que je l’aime bien moi, le James. Mais là, il en a pas branlé une. Les recettes sont éculées et usées mille fois, les accords sont téléphonés et les couplets prévisibles, les refrains pop se retiennent un peu mais pas trop, on tombe dans des plans radiophoniques usés jusqu’à la moelle et on se surprend à avoir peur pour le prochain album de Bradfield, Wire et Moore. Evidemment, on peut se dire que c’est la première fois que Bradfield se risque en solo, mais avec une carrière de dix-sept ans derrière lui, on s’attendait à autre chose. Oui, il a joué la sécurité, il voulait peut-être juste faire de la pop, du sous-New Order quoi. Et c’est son droit le plus strict. Pourtant, avec Ocean spray, son premier morceau écrit avec son groupe, il avait réussi à composer une ritournelle plutôt chouette. C’est pour ça qu’avec une tendresse teintée de déception, j’ai envie de lui dire que ça ira pour cette fois, mais qu’il a intérêt de faire mieux au prochain coup. En attendant, cet album est vraiment "for fans only".



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 2 contribution(s) au forum.

James Dean Bradfield : "The great western"
(1/2) 21 juillet 2015
James Dean Bradfield : "The great western"
(2/2) 28 septembre 2006, par rentonf




James Dean Bradfield : "The great western"

21 juillet 2015 [retour au début des forums]

The kind of music that I would love to hear all over again. This is just a good material to have. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

James Dean Bradfield : "The great western"

28 septembre 2006, par rentonf [retour au début des forums]

Vu la critique, je ne sais pas si je vais jeter une oreille à cet album... quoique, Nicky Wire ayant sorti le sien ( I Killed The Zeitgeist ), je serais curieux de faire la comparaison...

[Répondre à ce message]