Pop-Rock.com



Interpol : "Our love to admire"
Music to admire ?

mercredi 29 août 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mortiis : "The grudge"
Prince : "Musicology"
Pearl Jam : "Riot act"
Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
The Mars Volta : "Frances the mute"
The Who : "Endless wire"
Uriah Heep : "Wake the sleeper"
The Rakes : "Ten new messages"
Wilco : "Sky blue sky"
American Dog : "Hard"


Oh qu’il est loin, bien trop loin, le temps de ce Turn on the bright lights que l’on comparait à du Joy Division remis au goût du jour. C’est triste à dire, mais l’histoire révèle à présent que cette caractéristique fut le seul réel intérêt d’Interpol. Le reste, c’est un plan marketing bien conçu pour un troisième album très moyen, qui peut au moins se reposer sur un battage médiatique solide et bien ciblé. Mélomanes s’abstenir, surtout si vous recherchez une once de créativité.

Le troisième album, c’est le pire passage pour un groupe. Au premier album, on crie au génie. Au second (Antics, dans ce cas précis), on confirme ou on infirme les espoirs, en laissant une marge de manœuvre pour essayer de voir jusqu’où le groupe peut aller. Le temps du deuxième album est également le temps d’un succès commercial un peu plus évident ; on passe d’un public d’initiés persuadés d’avoir trouvé le nouveau groupe de rock qui marquera l’histoire à une masse inculte plutôt encline à consommer un produit jetable. Et le troisième album dans tout ça ? Et bien, quand on a prétendu arrêter toute activité musicale et qu’on est passé par une reformation, le couperet risque de tomber d’autant plus vite. Et ici, malgré une marque de fabrique que l’on pourrait estimer sincère (accordons-leur au moins ça), on se rend compte assez vite que ce disque est une resucée des deux premiers et que l’emploi de claviers n’y change strictement rien.

J’ai toujours trouvé Interpol assez surestimé, mais là, mon sentiment devient une évidence interplanétaire. Le single Heinrich Maneuver n’a rien de bien excitant, ni d’original, et même si on sent une recherche particulière dans les enchaînements de parties (on ôte un peu de basse ici, on renquille sur une guitare par là), on a envie de hululer ceci : quoi, c’est tout ce qu’Interpol peut faire pour évoluer après un hiatus de quelques années ? Apparemment, oui. Aussi peu convaincants qu’un Snow Patrol sous anxiolytiques, les New-yorkais semblent se faire royalement chier. Leur rythmique mécanique n’a plus rien d’extraordinaire, et même un morceau comme All fired up, qui aurait pu être sauvé avec un peu plus d’audace, devient une pénible marche dans le désert.

Il est grand temps de démystifier Interpol. Non, ce n’est pas l’un des meilleurs groupes de la décennie, loin s’en faut. Non, ce n’est pas (ou plus) indie ou underground de collectionner leurs singles. On n’est tout simplement plus très loin d’une sorte de variété en forme de rock triste, rien de plus. Que les morceaux soient dansants, comme Mammoth, ou plus contemplatifs, peu me chaut : cet album ne sert à rien, pas même à contenter les fans de la première heure. Libre à vous de vouloir vous contenter d’une troisième version de Turn on the bright lights, c’est vos sous, après tout. Pour les plus optimistes, vous pourrez glaner quelques bonnes idées de production ou d’arrangements ici et là - mais n’importe quel autre groupe aurait pu les pondre. Comme des Killers perdus sans leurs synthés, Interpol est tout simplement en chute libre sur le plan artistique.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 21 contribution(s) au forum.

Interpol : "Our love to admire"
(1/12) 1er septembre 2008, par Phil Danstachambre
Interpol : "Our love to admire"
(2/12) 9 février 2008
Interpol : "Our love to admire"
(3/12) 29 janvier 2008, par chrixx
Interpol : "Our love to admire"
(4/12) 6 septembre 2007, par amnesiac
Interpol : "Our love to admire"
(5/12) 30 août 2007, par Oldlynx
Interpol : "Our love to admire"
(6/12) 30 août 2007, par dhupin
Interpol : "Our love to admire"
(7/12) 29 août 2007, par Marc
Interpol : "Our love to admire"
(8/12) 29 août 2007
Interpol : "Our love to admire"
(9/12) 29 août 2007, par Alevin
Interpol : "Our love to admire"
(10/12) 29 août 2007, par cartman
Interpol : "Our love to admire"
(11/12) 29 août 2007, par Klaus
Interpol : "Our love to admire"
(12/12) 29 août 2007




Interpol : "Our love to admire"

1er septembre 2008, par Phil Danstachambre [retour au début des forums]

J’ai moi même été déçu lors de la première écoute.
Il faut insister encore et encore, et là après 5 ou 6 écoutes, c’est la récompense.
MAGNIFIQUE, c’est le mot qui m’est venu à l’esprit après avoir découvert tout les trésors mélodiques de ce disque.
Reécoutez No I in threesome, Pace is the trick et Rest my chemistry.

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

9 février 2008 [retour au début des forums]

quel putain d’album bordel de merde ! :-)

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 janvier 2008, par chrixx [retour au début des forums]

dégradant ni plus ni moin !! plus je le réecoute depuis ça sortie plus j’entre dedans !!

quel album il reste un de mes meilleur achat de 2007 !! je suis d’accord indochine sucks !
pour joindre une des première reponse sur cet article

[Répondre à ce message]

    Interpol : "Our love to admire"

    22 juin 2008, par Pascal [retour au début des forums]


    Voilà, il faut être patient avec cet album.
    Il m’a fallu 7 ou 8 écoutes pour rentrer pleinement dedans alors qu’avec Antics celà avait été immédiat.
    Seul "Rest my chemistry" m’avait marqué lors de la première écoute.
    Mais une fois qu’on a apprivoisé ce disque ; quel régal. Un album racé. Définitivement.

    [Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

6 septembre 2007, par amnesiac [retour au début des forums]

Très bon album, un coup de maturité qui vient de s’élancer. A déconseiller pour les esprits nostalgiques et les amateurs de la DH...
On a toujours tendance à comparer en fonction de : une ex production/composition...tutti quanti. Au début de la bataille Interpol passait dans le registre du soldat inconnu, une écoute empreinte de quelques vagues anciennes....dirons-nous "Curtissienne" ?

"Our love to admire", une ambiance qui déroute, une idée qui va à l’encontre du plat micro-onde. Rien de comparable avec la chute de ColdPlay dans le domaine de l’ultra-commercial : pourtant ils avaient "Parachutes"... ;-)

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

30 août 2007, par Oldlynx [retour au début des forums]

C’est frustrant de lire un article si peu convaincant chère Clarisse, tu donnes vraiment l’impression d’avoir écouté cet album en fast forward avec des préjugés plein la tête. Je propose que tu gères dorénavant exclusivement les albums d’Indochine, une seule écoute suffisant généralement à les cerner.Quant aux oeuvres un peu plus suptiles, laisse faire les "vrais" rédacteurs de ce site, non ?

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

30 août 2007, par dhupin [retour au début des forums]
http://www.mescritiques.be

Je suis d’accord avec tout le monde : tres bon album si on a la patience et l’envie de l’ecouter.

A lire le reste des commentaires, Clarisse tu t’es (encore ?) largement plantée....

Allez lire la critique sur www.mescritiques.be, ils sont un moins ’sick & destroy’ ou moins frustrés, à vous de choisir !

[Répondre à ce message]

    Interpol : "Our love to admire"

    30 août 2007, par Ricky [retour au début des forums]


    "A lire le reste des commentaires, Clarisse tu t’es (encore ?) largement plantée...."

    Allons donc, parce que quatre personnes sont d’accord pour dire qu’elles aiment l’album, la chroniqueuse se serait plantée ? Quel est ce raisonnement insensé ? Et depuis quand, en art, y a-t-il une seule vérité absolue ?

    [Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 août 2007, par Marc [retour au début des forums]
http://www.mescritiques.be/spip.php...

Au début, je me sentais un peu seul à trouver Interpol surestimé. A tel point que je me demandais si les albums que j’écoutais étaient les mêmes que ceux de mon entourage. Je connais donc ce sentiment

Mais ce dernier album m’a un peu fait changer d’avis, ou plutôt de façon de les appréhender. En fait, c’est ’juste’ un groupe de rock. Le fait qu’ils empruntent des éléments à une musique ’cold’ teintés eighties ne les rend pas nécessairement émouvants et ce n’est pas le but. La comparaison ci-dessous avec Pornography ne me semble donc pas justifiée. Ils pratiquent de toute façon une musique plus carrée et accessible que les autres Snowden, Deerhunter ou autres I Love But I’ve Chosen Darkness qui m’ont dispensé plus de bonheur auditif. De plus, je ne les vois pas subir la course aux armements comme les Killers, il y a Editors pour ça. Et puis, dans la famille des groupes New-Yorkais à voix grave, The National a mis la barre bien haut cette année.

Pour bien profiter de cet album, il faut donc descendre Interpol de son piédestal. C’est la seule façon de remarquer la meilleure tenue que son prédécesseur puisqu’ici certains titres fonctionnent, spécialement quand sur le premier morceau par exemple, ils oublient de jouer les fiers-à-bras.

Je remarque au passage que ce n’est pas Clarisse qui signe les éditos...

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 août 2007 [retour au début des forums]

Rien que dans les articles publiés cette semaine :

Comme des Killers perdus sans leurs synthés, Interpol est tout simplement en chute libre sur le plan artistique.

A l’exception de quelques cas isolés, il manque un seul et unique élément pour faire de Velvet Revolver un groupe réellement excitant : le grand frisson. Et ça, ça ne se commande pas.

Je recommande volontiers les deux derniers albums de Crowded House avant leur séparation, plutôt que cette résurrection tranquille et qui manque parfois de pertinence.

Dormez tranquille, bonnes gens, tout est redevenu comme avant... A une époque où Sum 41 et un millier d’autres tâcherons, en bons shadoks du rock, se pompaient, pompaient les uns les autres...

Vous n’aimez rien !

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 août 2007, par Alevin [retour au début des forums]

L’art de créer une mini polémique, c’est sur Pop Rock bien sur ! Cet album est décevant à la première écoute (sans doute trop fouiller pour Miss saint-Ange...qui ne l’a écouté que trop distraitement et une à deux fois je suppose...), mais en s’y attachant de plus belle, l’on découvre un tout bon album, même meilleurs que Antics...
Quant à ce fameux deuxième album, ou troisième album, c’est de la foutaise journalistique....

[Répondre à ce message]

    Interpol : "Our love to admire"

    29 août 2007 [retour au début des forums]


    D’accord avec toi, Alevin. L’écoute superficielle entraîne un avis superficiel. Cet album est beaucoup plus élaboré que les précédents et se laisse moins vite apprivoiser mais ses qualités émergent au bout de trois ou quatre écoutes. Il faut écouter attentivement et pas se contenter de clichés lus sur d’autres sites musicaux.

    [Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 août 2007, par cartman [retour au début des forums]

Je ne suis pas d’accord avec cette chronique. J’ai eu la même réaction en découvrant ce 3ème album qu’avec antics a l’époque. J’était déçu, l’affaire était bouclée ect... Mais au bout d’une dizaine d’écoutes, ce disque s’impose comme leur chef d’oeuvre, sorte de Pornography moderne, ou le groupe semble a bout de souffle, semble douter comme jamais, mais se dépasse finalement pour accoucher de chansons bouleversantes, quoique moins évidentes. Rien que pour l’ouverture "pioneers to the falls" , ce disque mérite qu’on s’y attarde. Puis viens "the scale", intense et assez court pour qu’on se le repasse en boucle. "no I in threesome" est ratée, avec sa basse a la placebo. Le problème se situe peut etre là : ou est passé le son de basse de carlos ? Ceux qui avaient adoré son jeu sur le 1er opus seront un peu déçu de le voir remisé a la cave ainsi ! On fini l’album sur deux pépites, dont ce "lighthouse" entre ennio morricone et and also the trees période "milpond years". Magnifique. Un disque de redescente intimiste et intense, comme l’a su l’etre "closer" en son temps, mais sans le coté "sur-estimé car post suicide raconté dans tous les dicos rock". Il trouvera par conséquent moins de défenseurs acharnés, mais fournira encore dans 20 ans, un plaisir intense pour ceux qui auront su voir au delà de la hype.

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 août 2007, par Klaus [retour au début des forums]

Je n’étais pas loin de penser la même chose, mais j’ai tout de même insister, et au final, cet album prend toute sa mesure au fur et à mesure des écoutes (tout en restant d’une qualité nettement inférieure à turn on the bright lights).
Mais ce n’est que mon humble avis...

[Répondre à ce message]

Interpol : "Our love to admire"

29 août 2007 [retour au début des forums]

We have found a demolition woman, isn’t it ?

[Répondre à ce message]