Pop-Rock.com



Hitch : "We are electric !"
Une lame à double tranchant

mardi 8 août 2006, par Géry Brusselmans

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bruce Springsteen : "Devils & dust"
Supergrass : "Diamond Hoo Ha"
Prince : "3121"
Shout Out Louds : "Howl howl gaff gaff"
Eagles : "Long road out of Eden"
Mass Hysteria : "Mass Hysteria"
Paul Stuart & The Sweet Powerpack : "Talk about particular generalities"
Marilyn Manson : "The high end of low"
Bon Jovi : "Bounce"
PJ Harvey : "Uh Huh Her"


Le groupe belge continue sa quête du son en proposant un quatrième album : onze titres tendance noise-rock. Certains crieront au génie tandis que d’autres tenteront vainement de comprendre la démarche artistique du trio.

Hitch présente une lame à double tranchant en sortant We are electric !. On ne parle pas de la similitude entre le nom du groupe et le tueur psychopathe du film The Hitcher, mais plutôt de la phase de création dans laquelle sont rentrés les Courtraisiens : une ambiance noise-rock déconstruite et brute où riffs de guitares et voix dissonante prédominent. Les membres de Hitch l’évoquent souvent dans leurs interviews : il n’y a pas d’étiquette à coller à leur musique. La formation évolue en fonction des répétitions, de ses humeurs, de ses rencontres et se fout pas mal de ce que les gens pensent de leur art. Ce discours donne déjà le ton de We are electric !, car on nous aurait vendu l’album de Hitch en tant que première galette d’un jeune groupe, on aurait autant pressenti le potentiel qu’évoqué la démarche artistique un peu osée. Car il faut avoir une certaine réputation et un background pour proposer un album de ce calibre. Justement, Hitch peut se le permettre avec sa dizaine d’années d’expérience, ses multiples tournées européennes et même américaines. A défaut de pouvoir coller une étiquette (indie, post-hardcore, émo, noise-rock... les possibilités sont nombreuses), on rapprochera Hitch d’un groupe comme Girls Against Boys.

C’est dans un studio de Zagreb, en Croatie, que les Flamands se sont isolés pour façonner We are electric !, sorti sur le label Vlas Vegas records. En cinq jours, la ligne directrice de l’enregistrement a été claire : sonner le plus live possible. Pas de doute, les musiciens ont rempli leur contrat. This shallow heart ouvre l’album de manière directe par un simple riff de guitare et quelques roulements de batterie pour nous porter dans une atmosphère déconcertante et paradoxale, à l’image d’un élastique qu’on tend et détend. Doit-on parler des onze titres ou de la trentaine de morceaux de l’album ? Car une chanson pourrait carrément se découper en plusieurs parties distinctes. Le groupe joue ainsi avec les oreilles de l’auditeur, en l’emmenant dans un univers pour le dévier quelques secondes plus tard vers une autre piste, juste par un changement de riff ou de rythme. Mais l’album suit tout de même un certain fil rouge : le son, le style, le caractère des chansons présente la même patte du début à la fin. Enfin, il faut aussi parler de la voix un peu fausse, sans gros efforts mélodiques et plus parlée que chantée. Qu’on aime ou qu’on aime pas, c’est sûrement elle qui affirme le plus le caractère « je-m’en-foutiste » de Hitch. Mais la voix, on pourrait presque s’en passer et imaginer une version instrumentale de l’album, sans doute tout aussi valable.

A l’image de la célèbre œuvre de Marcel Duchamp, l’urinoir renversé, Hitch semble imposer une réponse à la pratique de son art : avec un caractère fort, il est possible d’imposer un style, à priori déconcertant. Car on pourrait parler de la justesse très discutable de la voix, des chansons volontairement déstructurées ou de la recherche minimaliste des arrangements pour justifier ce style unique, mais certains ne comprendront pas le but final de ce CD. On parle ici des accros du son léché, des belles mélodies et du rock carré. Ceux-là peuvent passer leur chemin. Pour les autres, le mérite de Hitch reviendra à avoir su imposer un univers peu conventionnel et déconcertant. On se risquerait presque à utiliser le terme innovant, dans un style qui ne l’est toutefois plus. Mais We are electric reste à classer dans le rayon rock et pas dans l’expérimental. Il faudra en tout cas écouter plusieurs fois l’opus pour comprendre la vraie identité et les subtilités et qui s’en dégagent. Une lame à double tranchant donc,... pour ceux qui tenteraient d’y goûter.



Répondre à cet article

Géry Brusselmans





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Hitch : "We are electric !"
(1/1) 8 août 2006, par monsieur lunettes




Hitch : "We are electric !"

8 août 2006, par monsieur lunettes [retour au début des forums]

Je les ai vus à Dour (booouuuuhhhhh !!!) et j’ai vraiment bien aimé. J’ai écouté l’album et c’est vrai que le côté live ressort bien. J’ai bien aimé leur modestie aussi, ça change de ces tapettes en veste en jeans qui montrent leur bite pour faire rock’n’roll. C’est peut-être ça finalement la différence entre les flamands et les wallons en rock : les flamands n’ont besoin que de leur musique pour faire parler d’eux.

[Répondre à ce message]

    Hitch : "We are electric !"

    14 mai 2007 [retour au début des forums]


    hitch est terrible live...je les ai vu a Lille il n’y a pas longtemps - ils jouaient des nouvueax morceaux..apres plus de dix ans ils restent incontournables les godfathers du noise:post hc flamand.......il faut le faire !!

    [Répondre à ce message]