Pop-Rock.com



Hard-Fi : "Stars of CCTV"
"But baby, you and me, we came up from the street"

mercredi 7 septembre 2005, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Depeche Mode : "Playing the angel"
Audioslave : "Revelations"
Motörhead : "Motörizer"
Goose : "Bring it on"
Two-Star Hotel : "Two-Star Hotel"
Eagles Of Death Metal : "Peace love death metal"
Pain of Salvation : "Be"
Ruby : "Short-staffed at the Gene pool"
Eté 67 : "Eté 67"
Good Charlotte : "Good morning revival"


Parmi les découvertes sympathiques de cette année 2005, il serait injuste de ne pas épingler Hard-Fi, un groupe anglais dont les emprunts au hip-hop, au ska, à la disco (!), au rock, à la brit-pop et au punk ont fait danser plus d’un hooligan éméché cet été. Boosté par deux singles absolument imparables et des comparaisons flatteuses à The Clash et The Specials, Stars of CCTV a, a priori, tout pour séduire les masses. Une note de neuf sur dix par le NME (aussi bien que pour Bloc Party !) allant jusqu’à l’introniser parmi les candidats les plus sérieux au titre de meilleur album de l’année. Et là, on arrête tout de suite de s’emballer car, à part deux énormes singles, il n’y a pas grand-chose ici qui risque de passer à la postérité...

Après le Cash machine E.P., qui contenait notamment une reprise déglinguée du Seven nation army des White Stripes, Hard-Fi sort Stars of CCTV chez Necessary Records, un petit label indépendant londonien. Au menu de cette galette au très sobre emballage, on retrouve donc tout d’abord l’incontournable Cash machine, une fable urbaine désabusée qui traite des fins de mois difficiles et évoque ce sentiment désagréable que nous avons presque tous connu un jour ou l’autre en nous retrouvant face à un distributeur automatique qui affichait « solde insuffisant ». « Message on the screen says don’t make plans, you’re broke » chante Richard Archer, nouvel ambassadeur de la classe laborieuse et des jeunes un peu paumés. Les paroles (autobiographiques ?) décrivent les combines et les petits drames quotidiens d’un jeune adulte sans le sou dont la copine est accidentellement tombée enceinte (« My girlfriend’s test turned blue / We tried to play it safe / That night we could not wait ») et laissent sous-entendre qu’une lâche fuite en avant sera la seule issue envisageable (« She said it would be alright / I can’t afford to be a daddy / So I leave tonight »). Paradoxe, cette histoire à tout point de vue dramatique est chantée sur un rythme irrésistible ne donnant qu’une envie : danser.

Et cette envie nous reprend immanquablement sur Hard to beat, l’autre titre incontournable de l’album. C’est ici de séduction en boîte de nuit qu’il est question avec des lyrics au contenu encore très explicite (« You caught me on your hook / Turn up the thermostat / I want to see you sweat »). Mais la musique est encore plus sexuelle que les paroles, et, transpirer, puisque c’est de ça dont il est question, on ne manque pas de le faire sur les dancefloors quand un DJ inspiré nous balance une telle tuerie. Et quand Archer chante Let’s spend the night together avant de décrire sa conquête du soir déboutonnant sa chemise, on se dit que rien n’a vraiment changé depuis les Rolling Stones. En leur temps, c’est-à-dire dans les sixties (ou les sexties, comme disait Lester Bangs), les enjeux du rock étaient à peu près identiques. A deux différences près, le Sida n’existait pas et le taux de chômage était très faible. Issus du prolétariat, les membres d’Hard-Fi défendent l’Angleterre d’en bas, à l’instar de The Streets, celle qui est confrontée quotidiennement à la triste réalité économique et sociale.

Que de temps consacré à décrire seulement deux morceaux, Jérôme, allez-vous peut-être me dire. Et bien, c’est que, comme je l’expliquais en introduction, le reste de l’album est très loin d’égaler le niveau d’excellence de ces deux singles. Oh, Move on now, est une ballade sympathique qu’on croirait chantée par Damon Albarn (et c’est bien là son problème), mais la plupart des autres titres passeront le plus souvent au bleu. Certains, comme Better do better, ressemblent même furieusement à du vulgaire remplissage. Dommage car Hard-Fi fait preuve, à au moins deux occasions, d’un potentiel et d’un savoir-faire dignes des plus grands.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 7 contribution(s) au forum.

les paroles de cash machine
(1/7) 10 février 2011, par Aude
Hard-Fi : "Stars of CCTV"
(2/7) 23 août 2007, par rofr21
Hard-Fi : "Stars of CCTV"
(3/7) 5 juillet 2006
Hard-Fi : "Stars of CCTV"
(4/7) 24 mai 2006
Hard-Fi : "Stars of CCTV"
(5/7) 9 mai 2006
Hard-Fi : "Stars of CCTV"
(6/7) 1er février 2006, par Sphax
> Hard-Fi : "Stars of CCTV"
(7/7) 12 septembre 2005, par Vince




les paroles de cash machine

10 février 2011, par Aude [retour au début des forums]

Février 2011


Quel article tiède, il a rien compris le pauvre.
Punaise !!! la réalité des prolétaires anglais (et français), c’est le ....noir opaque, total.
le gvt anglais vient de couper toutes les allocs pour les enfants, crèches hors de prix, pas de garderie gratuite comme en France après 15h, l’entrée à l’unif a augmenté (exponentiel) etc etc
je suis allée récemment à Manchester on croirait une ville abandonnée par endroits (nombreux),
C’était terrible on sentait le désespoir partout et on voyait l’arrogance de ceux qui enfoncent les plus faibles
Dans le Nord et les quartiers ’pourris’ de Londres c’est la MISERE et la jungle

Cetet chanson est excellente, elle parle de l’impossibilité totale à gagner sa vie de façon décente pour les pauvres, tout est bouché, aucun avenir autre que la misere noire et la galère, même pas le droit d’avoir une famille car pas d’argent, etc. etc. et

il a compris qu’il travaille juste pour enrichir les banques (= cash machines), pas pour lui. on lui laisse juste le minimum vital (et encore) ; et oui, c’est bien ça.

Etre exploité jusqu’au trognon, mais s’en rendre compte, c’est de ça que la chanson parle. La musique superbe, parfaite tant au niveau des harmonies que des voix et des arrangements, accompagne magnifiquement ces paroles si sombres.

Très actuel. A réécouter en boucle. Une merveille.


TRADUCTION POUR LES PROFANES :)

Go to a cash machine
Va chercher au distributeur de fric

To get a ticket home
Un billet pour rentrer chez toi

Message on the screen
Un message à l’écran dit

Says don’t make plans, you’re broke
"Fais pas de projets, tu es fauché"

No, no this can’t be right
Non, non, c’est pas possible

I know that time is tight
Je sais que les temps sont durs

I’ve only just been paid
je viens tout juste d’être payé

Three weeks five days, til I’m seen
Trois semaines et cinq jours avant de refaire surface
Right...
No...

REFRAIN
I scratch a living, it ain’t easy
You know it’s a drag
I’m always paying, never make it
But you can’t look back
I wonder if I’ll ever get
To where I want to be
Better believe it
I’m working for the cash machine
(voir dessous)

I try to phone a friend
J’essaie d’appeler un ami

My credit’s in the red
je suis dans le rouge

I try to skip the fare
j’essaie de voyager sans payer

Ticket inspector’s there
le contrôleur est là...

No no, this can’t be right
Non, non, c’est pas possible...

I live an honest life
Je suis quelqu’un d’honnête

It seems like sometimes
Mais on dirait que parfois

You don’t cross the line
Si tu ne fais rien d’illégal

You don’t get
By...
No...
Tu n’y arrives pas
Non....

REFRAIN
I scratch a living, it ain’t easy
You know it’s a drag
I’m always paying, never make it
But you can’t look back
I wonder if I’ll ever get
To where I want to be
Better believe it
Yeah...

What am I gonna do
Qu’es-ce que je vais faire

My girlfriend’s test turned blue
Le test de ma copine est positif

We tried to play it safe
On a essayé de prendre des précautions

That night we could not wait
Mais cette nuit on ne pouvait plus attendre

No no, this can’t be right
Non c’est pas possible

She said it would be alright
Elle a dit que ça irait

I can’t afford to be a daddy
Mais je peux pas me permettre de devenir papa

So I leave tonight...
No...
Alors je vais partir ce soir
Non...

REFRAIN
I scratch a living, it ain’t easy
Je galère pour gagner ma vie

You know it’s a drag
Tu sais c’est dur

I’m always paying, never make it
J’arrête pas de payer, j’y arrive jamais

But you can’t look back
Mais pas de retour en arrière possible

I wonder if I’ll ever get
Je me demande si j’arriverai un jour

To where I want to be
à ce que je veux

Better believe it
Mieux vaut y croire

I’m working for the cash machine
Je travaille pour les distributeurs de fric

Cash machine
Cash machine ...
les distributeurs de fric

There’s a hole in my pocket, my pocket, my pocket.
Ma poche est trouée, trouée, trouée...

[Répondre à ce message]

Hard-Fi : "Stars of CCTV"

23 août 2007, par rofr21 [retour au début des forums]

il enregistre l emission l’album de la semaine de canal+ lundi 27 aout !

c un concert live de 1h c gratuit, et sur paris

pour reserver 01 55 93 40 40 (c une agence qui gere les places)

tcho

[Répondre à ce message]

Hard-Fi : "Stars of CCTV"

5 juillet 2006 [retour au début des forums]

l’album n’est pas irrésistible mais en concert ils sont trop coooool !! J’les ai vu a Werchter (Belgique) et c’était une de meilleures surprises. Tied up too tied, stars of the CCTV, etc etc... Seul probleme, c’est un peu répétitif au niveau rythme,...

[Répondre à ce message]

Hard-Fi : "Stars of CCTV"

24 mai 2006 [retour au début des forums]

Ohh je trouve la chanson "better do better" aussi bien que "hard to beat" qui ne donne pas tant que ça envie de danser... enfin je ne connais pas le premier album mais je serais curieuse, en tant que "fan" de white stripes, d’écouter celle qui semble être une reprise de seven nation army... Enfin je ne juge qu’au niveau musical, je n’ai pas épluché la signification de tous ces mots anglais (ça me fait peur :D).
La musique est un vaste débat !
Au revoir bonne continuation.

[Répondre à ce message]

Hard-Fi : "Stars of CCTV"

9 mai 2006 [retour au début des forums]

Il y a d’autres morceaux agréables sur cet album, je vous trouve un peu dur, puis il ne faut pas confondre la galère des jeunes anglais avec la notre. RMI, Alloc chomage, caf, les anglais ne connaissent pas ou très peu. J’aime le rock et la pop anglaise car ils nous permettent d’oublier nos perles françaises comme Blanc, vegastar et la star’ac. L’europe relève un peu le niveau français. Notre pays produit de la merde, où est le plaisir de la musique. Merci les anglais pour ces décennies de bon son.

Et surtout n’oublions pas que chez les anglophones, les paroles on s’en fout. L’intêret c’est le son, la mélodie et que voix et musique soient en osmose. Ils sont beaucoup plus léger que nous, ils n’intellectualisent pas chaque évenement et situations. Pas comme je viens de faire en somme (hihihi)

[Répondre à ce message]

Hard-Fi : "Stars of CCTV"

1er février 2006, par Sphax [retour au début des forums]

Tied up too tight et uneccessary trouble valent aussi le coup selon moi et c’est vrai que le retse tient un peu moins la route (bien que stars of CCTV n’est pas mal non plus) mais pour des débuts, je trouve que c’est encourageant et j’irai les voir le 5 mars au Botanique (Bruxelles) ...

[Répondre à ce message]

> Hard-Fi : "Stars of CCTV"

12 septembre 2005, par Vince [retour au début des forums]

Peut être un peu sévère avec le reste de l’album.
Je trouve par exemple la chanson "Tied Up Too Tight" assez excellente et je trouve dommage de ne pas le notifier.
En tout cas, même si ca reste un groupe parmi tous ceux qui peuvent émerger en ce moment, c’est quand même de qualité et je pense que ca vaut le coup de tester.
Et n’hésitez donc pas très bientot au festival des inrocks où ils seront présent à Paris (la cigale) et à la rock school barbey de bordeaux (en compagnie de The futureheads et kaiser chiefs)

Vive le rock !

[Répondre à ce message]