Pop-Rock.com



Hanoi Rocks : "Street poetry"
A la mode d’Helsinki

mercredi 16 janvier 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Riverside : "Rapid eye movement"
Kraftwerk : "Tour de France soundtracks"
Simple Minds : "Black & White 050505"
Pendragon : "Believe"
Barbès-Voltaire : "On prend"
Sum 41 : "Underclass hero"
Erasure : "Light at the end of the world"
Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
Nadj : "Là"
Einstürzende Neubauten : "Alles wieder offen"


Hanoi Rocks est sans nul doute le premier groupe finlandais à avoir démontré que ce pays oublié des hommes recelait peut-être un potentiel inexploité en matière de musique plus ou moins heavy. Abusivement rattachés à toute la mouvance metallo-glamouze des années 80 (leurs fréquentations et leur look outrancier ne plaidaient pas en leur faveur, faut dire), les Hanoi Rocks entretenaient pourtant davantage de filiation directe avec les New York Dolls ou avec T. Rex et toute la mouvance glam pailletée des années 70, qu’avec Poison ou Mötley Crüe. Plus rock que vraiment metal, Hanoi Rocks a davantage balisé la voie qu’il n’en a exploité les bienfaits. Toujours est-il que les Finnois se sont reformés en 2002, après pas moins de dix-huit années de silence consécutif au décès du batteur Razzle dans un accident de la route avec Vince Neil.

Avec Street poetry, troisième album studio depuis la reformation en 2002, pas de grosses surprises en perspective. On retrouve le Hanoi Rocks d’antan, formation qui mélange habilement le rock des années 70 et 80 et n’hésite pas à truffer ses albums de piano, de saxophone et de hululements aigus au goût aléatoire. Si Hypermobile creuse dans une veine glam-metal plus rageuse (secondé à l’autre extrémité de l’album par les non moins excellents Powertrip et Tootin’ star), la tonalité générale de Street poetry est plutôt à chercher du côté d’un rock bubblegum qui ne se prend pas au sérieux un seul instant. En témoignent le clinquant single Fashion, Teenage revolution qui sonne comme du Slade du 21ème siècle, le délicieusement entêtant Worth your weight in gold et son saxo diabolique ; Transcendantal groove qui oscille entre le refrain bien saignant et le pont reggae ou encore, le bien nommé This one’s for rock’n roll, qui correspond en tout point à l’idée qu’on se fait d’un hymne de stade. Loin de toute linéarité dans la composition, Hanoi Rocks s’éparpille joyeusement en tous sens, flirtant allégrement avec la pop, le rock et le metal suivant les morceaux.

Le point commun entre tous ces titres ? Rien de moins qu’un talent inné à composer des tubes en puissance. Inutile de chercher le moindre faux pas dans cette douzaine de titres, tous plus énergiques et bien sentis les uns que les autres. Ce Street poetry en devient l’une des meilleures surprises de la fin 2007, dans le créneau du rock ludique et sans prétentions. Evidemment, si vous aspirez à la musique qui repose sur deux accords répétés à l’infini, un chanteur qui a poussé son premier braillement la veille au soir et une description acide des problématiques psycho-sociales inhérentes à la vie urbaine, Street poetry est un immense faux-pas à lui seul. N’empêche que ces pionniers ont symboliquement parrainé toutes les formations hair-metal, pop-metal et sleaze-rock à avoir jamais compté sans en récolter les dividendes et, après avoir disparu pendant près de deux décennies, n’hésitent pas à resurgir à une époque où leur fonds de commerce ne suscite d’ordinaire que ricanements condescendants. Malgré leur décalage évident avec le rock tel qu’il doit être compris en 2007, ces flamboyants vieux briscards réussissent le tour de force d’être plus pertinents, savoureux et imaginatifs que nombre de jeunes pousses de ces dernières années.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Hanoi Rocks : "Street poetry"
(1/2) 12 juillet 2015
Hanoi Rocks : "Street poetry"
(2/2) 25 janvier 2008, par cartman monroe




Hanoi Rocks : "Street poetry"

12 juillet 2015 [retour au début des forums]

Nice thoughts. Eversince, music has been a big influence to people. - Steven Wyer

[Répondre à ce message]

Hanoi Rocks : "Street poetry"

25 janvier 2008, par cartman monroe [retour au début des forums]

L’album de 2007, tout simplement.

[Répondre à ce message]