Pop-Rock.com



Gorillaz : "Demon days"
Dirty Damon

dimanche 5 juin 2005, par Nicolas Thieltgen

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Sunday Drivers : "Tiny telephone"
Rose Tattoo : "Blood brothers"
Chickenfoot : "Chickenfoot"
Kyo : "300 Lésions"
Menomena : "Friend and foe"
Benjamin Biolay : "La superbe"
The Rolling Stones : "A bigger bang"
Porcupine Tree : "In Absentia"
Googooblown (le bonhomme) : "Devilish FantaZiäh"
She Wants Revenge : "She Wants Revenge"


Deuxième album pour Gorillaz et premier coup de maître pour le joujou cartoonesque de Damon Albarn, le chanteur-leader de Blur. Demon Days est un condensé impressionnant de pop-folk intelligent et joueur. Plus consistant que le premier album éponyme de 2D, Noodle, Murdoc et Russel, cet opus s’impose comme la suite logique de Think Tank, l’album de Blur sorti en 2003. De chef de rayon à la Kinks & Co Ltd au milieu des 90’s, voici aujourd’hui Albarn devenu patron d’une start-up florissante, la Feel Good Inc....

Les années 90 avaient bien mal fini pour Damon Albarn. Plongé dans d’interminables querelles d’ego avec le guitariste de son groupe, Graham Coxon, moqué par la presse anglaise de l’époque (on a encore en tête la une du NME titrant : « Is Damon Albarn the new Sting ? »), on voyait mal comment ce fan des Specials et de Bowie pourrait survivre au passage de l’an 2000.

Et pourtant, cette décennie, les 90’s, Damon la voyait sienne. Tel un champion de Stratego brit-pop, il s’imaginait faire tomber une à une les citadelles réputées imprenables de la pop anglaise (des choses absolument essentielles comme la couverture du numéro de Noël du NME, un nombre record de prix aux Brit Awards, un duo avec Ray Davies sur Waterloo Sunset,...). Et plus que tout, il rêvait d’accomplir une chose, synonyme en Angleterre de succès éclatant et sans pitié pour un groupe pop : triompher de cette impitoyable Amérique qui, depuis le début de nineties, se refusait aux meilleurs étalons de la pop anglaise (demandez à Brett Anderson, le chanteur de Suede, ce qu’il en pense...). Hélas, à l’inverse du rock lourdaud d’Oasis, la pop cintrée et référencée de Blur supportait mal l’exportation et c’est en toute beauté que le combo londonien se cassa les dents outre-Atlantique dans la plus grande indifférence...

C’est lorsque toutes ces frasques britpop franchement pas inoubliables nous reviennent à l’esprit pendant l’écoute de Demon Days, le deuxième album de Gorillaz que l’on se dit : quel chemin parcouru pour Albarn depuis cette époque !

Oh, bien sûr, on ne se refait pas et Damon Albarn n’a pas fondamentalement changé : son ego est toujours surdimensionné et il ne trompe personne avec son simili-groupe synthétique et ses parties de cache-cache avec les médias. Il agace même au contraire à prendre son monde pour un imbécile et à se cacher derrière les quatre personnages composant Gorillaz : le rappeur patibulaire Russel, la bassiste pervers Murdoc, le chanteur conscientisé 2D et la ravissante Noodle, championne de l’électro, chacun de ces personnages faisant écho à une facette de sa personnalité...

Si le premier album de Gorillaz pouvait s’écouter comme une collaboration musicale très hype, mais surtout surperficielle entre Dan The Automator et Damon Albarn, il est clair aujourd’hui que c’est Albarn qui a pris le contrôle de l’affaire, invitant ci-et-là quelques VIP à pimenter son propos (comme pour un album de Bowie, les intervenants à cet album ont été très opportunément sélectionnés, de Danger Mouse à De La Soul en passant par Dennis Hopper ou Neneh Cherry).

La tonalité de l’album est résolument 80’s. Dès l’ouverture des hostilités, c’est en 1984 que l’on se retrouve plongé, les claviers cheap de Last Living Souls faisant écho à Prince, les gimmicks break dance de Dirty Harry citant Grand Masterflash.

Si ce sens de la citation opportuniste pourra en écoeurer certains, il faut bien avouer qu’il serait dommage de s’y arrêter. Car derrière ces oripeaux très (trop ?) « au-goût-du-jour », on retrouve sur Demon Days ces morceaux de folk ascétique post-moderne qu’on avait déjà adorés sur Think Tank.

Car c’est bien dans la lignée de Think Tank que l’on se trouve avec Demon Days. Think Tank, le meilleur album de Blur à ce jour, ce disque majeur où le trio anglo-saxon trouvait enfin sa voie (voix ?), sans chercher à n’être qu’un succédané festif des Kinks ou de Pavement, au choix... Quand Albarn se permet d’enfiler à la suite des perles comme Feel Good Inc. (meilleur single entendu depuis le début de 2005), El Mańana et Every Planet we reach is dead (superbes ballades désenchantées), c’est à la même source que pour On my way to the Club ou Caravan sur Think Tank qu’il puise son inspiration.

Demon Days est donc un grand disque, un de ces disques de pop intelligente dont on sait qu’on n’en viendra pas à bout en quelques semaines, mais qui tournera un bon moment sur nos platines avant de dévoiler tous ses secrets. Si on peut lui reprocher son manque de spontanéité, c’est sans doute là le pendant nécessaire d’une certaine profondeur voulue par Damon Albarn. Un Dirty Damon devenu aujourd’hui adulte et qui est en tout cas bien loin des frasques adolescentes de la brit-pop... Such a charming man !



Répondre à cet article

Nicolas Thieltgen





Il y a 18 contribution(s) au forum.

> Gorillaz : "Demon days"
(1/4) 20 juin 2005, par Kid J
> Gorillaz : "Demon days"
(2/4) 7 juin 2005, par Marc
> Gorillaz : "Demon days"
(3/4) 6 juin 2005, par lkj
> Gorillaz : "Demon days"
(4/4) 5 juin 2005, par Twin




> Gorillaz : "Demon days"

20 juin 2005, par Kid J [retour au début des forums]

Ne sommes-nous pas en train d’assister à la tardive naissance d’un grand ? Je trouve que Blur a pris un tournant fantastique avec Think Tank... Albarn en étant responsable, on peut supposer que chez lui, la maturité a eu un effet salvateur...

Du coup, ce qu’il fait par ci par là avait effectivement des chances d’être intéressant, voire plus. Demon Days est à mon sens 1000 fois mieux que son prédecesseur, quasiment sans déchet (Oh Green CD ;-) et très appréciable quel que soit le moment d’écoute. Ne passez pas à côté de Every Planet We Reach Is Dead et Last Living Souls, perles discrètes mais précieuses.

Enfin un petit mot sur Mali Music, autre projet albarnien : à ranger près de Buena Vista Social Club (c’est un beau compliment à mon sens).

[Répondre à ce message]

    > Gorillaz : "Demon days"

    23 juin 2005, par Simon [retour au début des forums]


    Oui Think Tank est un très bon album. Damon Albarn n’y a jamais aussi bien chanté (et il chante presque juste pour une fois lol). Par contre il manque quand même la guitare de Graham Coxon, qui est un excellent musicien et qui a beaucoup apporté à l’évolution plus "expérimentale" du groupe (avec 13 notemment). Et il y a quelques déchets, on sent qu’il s’agit d’un album de transition.

    Bref, j’attend le prochain Blur avec curiosité et impatience.

    Sur l’album de Gorillaz, une seule chanson dispensable à mon avis, c’est White Light. Cet espèce de punk technoide est assez lourd (c’est la marrotte de Damon Albarn, il lui faut une chanson "punk" sur chaque album - déjà sur Think Tank c’était limite lol : "We’ve got a file on you !!! *18)

    [Répondre à ce message]

      Cliché

      3 juillet 2005, par anna my apologie [retour au début des forums]


      ok, Graham Coxon est probablement un bon guitariste, mais depuis son départ, ya bcp plus de finesse et d’expérimentation dans leurs compos, et c’est le même topo pour les albums de Gorillaz, qui cherchent vraiment à brouiller les pistes et à se détacher de cette image de rival envers Oasis. Et j’pense que c’est avec le départ de Graham Coxon que tout c’est déclanché.
      voila c’que javais à dire...

      [Répondre à ce message]

> Gorillaz : "Demon days"

7 juin 2005, par Marc [retour au début des forums]

Je vais devoir réécouter l’album alors, je l’avais zappé au bout de la 3e chanson n’y trouvant rien de valable... Enfin je suis toujours prompt à réviser mon jugement.

[Répondre à ce message]

    > Gorillaz : "Demon days"

    7 juin 2005, par lkj [retour au début des forums]


    Pour ceux que cela intéresse...

    [Répondre à ce message]

    > Gorillaz : "Demon days"

    31 juillet 2005, par H et les rats [retour au début des forums]


    juste un mot : insalubre
    le dernier prodigy m’a presque dégouter de l’éctro-punk, mais là... on atteint le pire du mauvais gout. le premier gorillaz à tourner en boucle sur ma platine, le second... a tourner dans mon broyeur à dechet. "mtv-daube", "moi-blur-star-toi-acheter-mon-disk"... on va s’arreter là. pas un titre pour relever l’autre. entre kyo, gori-naz, prodigy, et le reste qui se passe de commentaire, permettez de vous recommander acwl, nin, within temptation, the domnas, les ailes, les cocottes minutes, peut importe mais tout sauf cet album très bien mixé mais totalement à chier.

    ps : veuillez prévenir Damon Albarn qu’un abus de "stone et charden" risque d’orienter son style musical vers la médiocrité... si ce n’est déja fait.

    [Répondre à ce message]

> Gorillaz : "Demon days"

6 juin 2005, par lkj [retour au début des forums]

L’un des albums les plus inventifs et des plus jouissifs de l’année.
Il tourne en boucle à la maison.

[Répondre à ce message]

> Gorillaz : "Demon days"

5 juin 2005, par Twin [retour au début des forums]

Demon Days : belle tentative, et réussie, de propulser la chanson pop dans le 21eme siècle. Certes, les références sont multiples, mais c’est justement le fait qu’elles soient variées, assumées, et remarquablement bien synthétisées qui fait que c’est un grand disque de pop, y compris au sens de musique populaire.
Car Gorillaz n’est pas un simple groupe hype qui surfe sur la vague de la nostalgie 80’s : l’inspiration de Damon Albarn est beaucoup plus vaste. C’est le seul album où vous pourrez entendre des beats techno-disco, des basses énormes, des guitares pop, des saxos latinos, des choeurs de gospel, des voix d’enfants, du rap, de la soul (et De La Soul, aussi ;)), du punk...et parfois tout ça dans la même chanson.

En plus, là ou leur premier album ressemblait plus à une collection de "singles qui tuent" avec un peu de remplissage sympathique entre, ici il y a de vraies chansons, bien plus étudiées et (presque) toutes réussies. Certaines plairont au fans du premier album, d’autres ne dépareraient pas sur le prochain album de Blur ou sur Think Tank, d’autres encore donnent la pêche, ou envie de danser :)

A noter que le disque est un peu décevant à la première écoute, qu’il se bonifie avec le temps mais il me semble qu’il y a quelque chose de potentiellement lassant dans la production. Je ne sais pas si c’est un album qui vieillira bien, en tout cas c’est à l’heure actuelle un très bon disque.

Ah, sinon Blur ne s’est pas tout à fait cassé les dents aux US...leur single Song 2 à plutôt fait un carton là-bas (ok, c’est le seul lol). Ce qui est plutôt rigolo, sachant qu’il s’agit presque à l’origine d’une parodie de rock radiophonique US : paroles volontairement idiotes, basses puissantes et "Who Who" un peu partout. Je pense que sur ce coup Albarn a du pas mal rigoler. Je me rappelle que j’avais adoré cette chanson qui passait en boucle dans FIFA 98, et j’ai été très surpris en apprenant qu’il s’agissait de Blur lol

Un echo sur Mali Music ? Album qui a l’air intéressant, mais qui me gonfle un peu par avance. Ais-je tort ?

[Répondre à ce message]

    > Gorillaz : "Demon days"

    6 juin 2005 [retour au début des forums]


    Ce qui est énervant sur mali Music c’est l’utilisation ad nauseum du mélodica...

    [Répondre à ce message]

    > Gorillaz : "Demon days"

    10 juin 2005, par devloop [retour au début des forums]
    Gorillaz et Deltron 3030 : Bas les masques !


    J’ai écouté les extraits sur le site de Gorillaz et je dois avouer que j’ai pas vraiment accroché :(

    Mais puisque tu as aussi eu un à priori à la première écoute et qu’il est parti, je vais sans aucun doute ré-écouter l’album en détail :p

    [Répondre à ce message]

      > Gorillaz : "Demon days"

      23 juin 2005, par Simon [retour au début des forums]


      Oui tu devrais vraiment... :)
      Certaines chansons sont des petites perles de composition, mais il faut leur laisser le temps de faire leur effet.

      En fait, c’est exactement l’inverse du premier CD, qui proposait quelques singles explosifs et immédiatements évidents, mais sans véritable profondeur. Ici les chansons sont plus ambitieuses, moins évidentes, mais plus profondes.

      Après, c’est sûr qu’il faut aimer un minimum le rap pour apprécier le disque, encore qu’il ne soit présent que sur certaines chansons ; mais moi qui n’apprécie pas vraiment le rap d’ordinaire (à part MeOne, artiste exceptionnel - et malheureusement quasi-introuvable maintenant) j’ai été surpris.

      Ecoute en particulier Kids with Guns, Every Planet we reach is dead et El manana (ainsi que le single Feel Good Inc, mais je suppose que c’est déjà fait), ce sont d’excellentes chansons.

      [Répondre à ce message]

        > Gorillaz : "Demon days"

        31 juillet 2005, par H et les rats [retour au début des forums]


        ...mais bien sur. et stone et charden font de la vrai musique....
        juste un mot : beurk !!!!!!
        j’ai gaspiller un cd-r pour une vrai daube. à chacun ses goûts, mais préféré FG-KéKé-radio si vous avez apprécié cet "album"

        [Répondre à ce message]

          > Gorillaz : "Demon days"

          1er août 2005, par lkj [retour au début des forums]


          C’est quoi FG-Kéké-radio ?
          Tu parles de FG la radio ?

          [Répondre à ce message]

            > Gorillaz : "Demon days"

            15 avril 2006, par kookwa [retour au début des forums]


            Je comprends très bien que Gorillaz n’est pô du goût de tout le monde, mais moi vraiment j’adore et j’en suis vraiment fan...
            C’est vrai que la première fois que je l’ai écouté j’étais vraiment déçue, mais en l’ecoutant une seconde fois, puis une troisième fois on accroche très vite : Kids with guns, El Mañana et j’en passe sont pour moi de vrais chefs d’oeuvre !
            Enfin bref, moi j’encourage plutôt les gens à écouter cet admirable CD

            Si beaucoup d’autres n’aiment pô du tout, c’est normal, on a tous des goûts différents, et d’un autre côté tant mieux, mais ce n’est pô pour ça que vous ne l’aimerez pô !!

            Bravo Gorillaz : faite nous d’autres opus de ce genre svp !!!

            [Répondre à ce message]