Pop-Rock.com



George Michael : "Patience"
Le patient anglais

dimanche 20 mai 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Cosmic Rough Riders : "The stars look different from down here"
Wolfmother : "Cosmic egg"
Superbus : "Pop’n gum"
The Verve : "Forth"
Idlewild : "Make another world"
Kante : "Die Tiere sind unruhig"
Piano Magic : "Part monster"
Brian Wilson : "Smile"
The Dead Weather : "Horehound"
The Futureheads : "The Futureheads"


Sorti en 2004, Patience met fin à huit ans d’attente, malgré l’interlude de reprises incarné par Songs from the last century. Huit ans depuis le sombre Older. Cinquième album studio de l’ancien chanteur de Wham, si l’on omet le Five live enregistré avec les musiciens de Queen, Patience est avant tout un album qui fait figure de bilan, voire de testament musical, puisque l’artiste a pour l’instant assuré qu’il s’agirait du dernier album sorti sur support matériel. Précédé par deux singles (Freeek ! et Shoot the dog), cet opus s’offre avec sérénité et pertinence à l’oreille avertie de l’auditeur.

Difficile de classer George Michael. S’il fait figure de trublion de la variété internationale, cité notamment par Robbie Williams comme idole suprême, George Michael jouit néanmoins d’une notoriété dans le monde alternatif - certains artistes de la scène gothique ou métal le citent même en influence ! Et pour cause : refusant les modes, incarnant au début des années 90 la bataille contre les maisons de disques abusives, engagé jusqu’à la moëlle, George Michael a prouvé qu’on pouvait s’émanciper après avoir fait partie d’un boys band, voire même imposer un univers particulier et décomplexé, avec cette espèce de classe innée qui ferait passer le moindre costard/cravate pour un vulgaire baggy trop usé. Qu’on le veuille ou non, qu’on le déteste ou qu’on l’apprécie, George Michael reste une figure à part dans le paysage musical international. Honnêtement, qui n’a jamais été ému sur Praying for time, siffloté Faith ou bougé du popotin sur Fastlove ?

Je le disais plus haut, Patience est sans doute le dernier album de George Michael, qui proposera dorénavant ses chansons sur son site officiel. Mais que reste-t-il de ce Patience, au final ? Que reste-t-il de George Michael, après un double best of, un album de reprises feutrées et un ténébreux Older aux notes jazzy, bien loin dans les années 90 ? Du bon, et du moins bon. Car avec cet album d’au revoir, George se livre dans une indépendance musicale assumée. Les nostalgiques ballades sont toujours là (Patience, Through), et George profite même de l’occasion pour proposer un poignant My mother had a brother, ode à un oncle qui s’était suicidé par peur d’assumer son homosexualité - une belle mise en écho de la vie du chanteur.

Globalement, ce qui se dégage de cet album est très proche de l’ambiance intime et déchirée de Listen without prejudice Vol. 1, mais avec un sentiment de paix. D’autre part, George s’amuse un peu plus avec Shoot the dog, en fustigeant les accointances entre Tony Blair et George W. Bush (ce qui lui vaudra des critiques auxquelles il répondra avec virulence, puis une censure pure et simple aux Etats-Unis, où Shoot the dog n’est même pas inclus sur Patience), avec en fond un sample du Love action de Human League ; ajoutez à cela un explosif Freeek ! quasi-expérimental et un gentil petit single, Amazing, qui rappelle les ritournelles estivales des Bee Gees, et vous obtenez un bon échantillon de l’humour anglais que sait pratiquer l’ancien leader de Wham. D’autres morceaux à connotation plus électro (qu’on aime ou qu’on n’aime pas, par ailleurs) donnent un parfum plus lounge à l’album (voire gentiment branché), comme Precious box et même la reprise Flawless (Go to the city), qui fait toujours autant d’effet sur un dancefloor.

George se permet de saupoudrer ce mélange de jazz, ou de r’n’b léger : American angel n’a rien à envier aux ballades soul actuelles, le nonchalant Round here commémore avec légèreté les années Wham ! passées avec Andrew Ridgeley, et le saccadé Cars and trains se détend dans un groove langoureux et printanier. Et pour les amateurs de danses latino, nous pouvons même vous conseiller le chaloupé Please send me someone, dédié au compagnon du chanteur.

Si pour certains, Patience prend des allures de grand supermarché musical, force est de constater que George Michael semble prendre son pied sur cet ultime opus. Il peut parfois laisser une note de déception tant on peine à retrouver les profondeur d’Older, thérapeutique album de 1996 où le chanteur exorcisait sa peine suite au décès de son conjoint de l’époque, alors atteint du virus du sida. Ceci étant dit, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, et on a l’impression qu’avec Patience, George Michael a finalement accompli sa mission, en laissant à l’histoire de la pop internationale une poignée de bons albums, mais également un témoignage très personnel sur la société, les médias et le monde qui nous environne. Patience n’est certainement pas l’album du siècle, mais on y retrouve avec émotion un George Michael sincère, amusé et, disons-le, incroyablement classe.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 5 contribution(s) au forum.

George Michael : "Patience"
(1/3) 13 janvier 2017
George Michael : "Patience"
(2/3) 21 mai 2007, par Imax
George Michael : "Patience"
(3/3) 20 mai 2007, par l’attrape-coeurs




George Michael : "Patience"

13 janvier 2017 [retour au début des forums]

It does have what it takes to be a hit back then. - Paradise Home Improvement Charlotte

[Répondre à ce message]

George Michael : "Patience"

21 mai 2007, par Imax [retour au début des forums]

Ce disque est très bien pour les dîners romantiques à deux balles, c’est une belle merde creuse et insipide. Mais c’est un cadeau excellent je l’ai offert à toutes mes amies. J’imagine qu’elles l’écoutent en buvant des verres de pinard tout en rêvant de jours meilleurs.

Sinon vivement une chronique d’une nouveauté ou d’un vrai groupe un de ces jours. (ha ben non pas de bol la prochaine c’est un disque tout pourri de Duran Duran)

[Répondre à ce message]

    George Michael : "Patience"

    21 mai 2007, par Fabien44 [retour au début des forums]


    Franchement, meme si cet album n’est pas franchement top à mon gout et que Georges Michael n’est pas dans le stream bien pensant des lecteurs de ce site, moi meme qui suis un fan de post-rock, rock indé et plutot anti-commercial, je dois reconnaitre un certain talent a cet artiste qui a un charisme, une voix et prend des risques musicalement. J’ecoute souvent l’album Closer qui est un pur bijou, original, influence jazzy et crooner

    [Répondre à ce message]

    George Michael : "Patience"

    21 mai 2007, par Pussy Galore [retour au début des forums]


    En nouveautés (ou en tout cas albums récents), rien que sur la page précédente, j’ai vu Tom McRae, David Usher, Erasure, les Arctic Monkeys et même Machine Head. ^^

    [Répondre à ce message]

George Michael : "Patience"

20 mai 2007, par l’attrape-coeurs [retour au début des forums]

Ouah t’es trop hype comme fille toi. Tu écoutes tous les trucs chébran à la radio, c’est super on a les mêmes goûts tous les deux. Tu l’avais bien aimé au fait le dernier Duran Duran ? bon on s’appelle on ira manger une glace, ensuite on se retira dans un jardin où je te lirai du Baudelaire, juste en face du petit lac où on pourra déverser toute notre frustration donnée par cette impression de ne jamais complètement vivre sa vie. De pouvoir tout remettre en question, le monde des adultes avec ses codes et conventions où les âmes sont broyées, et d’avoir l’illusion que tout tourne autour de nous comme quand nous étions enfant. Juste quelques secondes où ce que nous sommes n’a plus vraiment d’importance, seulement ce que nous vivons

[Répondre à ce message]