Pop-Rock.com



Flexa Lyndo : "Slow Club"
Slow Pop Club

vendredi 13 mai 2005, par Nicolas Thieltgen

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Tori Amos : "Scarlet’s walk"
Echo & The Bunnymen : "Siberia"
Deep Purple : "Rapture of the deep"
The Rasmus : "Dead letters"
Meat Loaf : "Couldn’t have I said it better ?"
Etron : "Fascination of the Pussy"
Peaches : "Father Fucker"
Animal Collective : "Merrywheater Post Pavillion"
Of Montreal : "Hissing fauna, are you the destroyer ?"
Sonic Youth : "Rather ripped"


Moins boy-scouts que Girls in Hawaii, plus subtils que Ghinzu, moins comiques-troupiers que Sharko, les Flexa Lyndo ont tout pour plaire aux amateurs de pop à guitares sensible et intelligente, ce que reflète d’ailleurs leur carnet d’adresses bien fourni (production de leur second album par Tony Goddess, le leader des excellents mais hélas défunts Papas Fritas, première partie de groupes comme Nada Surf...). Pourtant, une première écoute de leur nouvel opus, le bien nommé Slow Club, nous laisse de marbre. Espoir déçu ?

On retourne pourtant l’objet dans tous les sens mais rien n’y fait : quelque chose cloche. Est-ce la production parfois limite sur certains titres (quelques guitares qu’on aurait rêvées plus aériennes sur l’évanescent Love the bomb...) ? Est-ce la sensation que le groupe, comme paralysé par l’enjeu, n’ose se lâcher qu’à de trop rares exceptions (le final de Grand Jumble Army, par exemple) ? Est-ce l’accent francophone de Loïc Bodson qui ne passe pas, qui ne passe plus ? Cet album est trop bien peigné et on commence à penser qu’à l’instar d’autres espoirs du rock belge arrivés un chouia trop tôt, les Flexa Lyndo ont certes su montrer la voie à tout le « sillon wallon » au début de la décennie, mais se sont ensuite fait doubler dans le dernier col, avec les félicitations du jury et l’estime de la jeune génération, mais sans pouvoir récolter ce qu’ils avaient semé...

Le capital sympathie des Namurois étant élevé (on garde de très bons souvenirs de leurs concerts), on s’acharne un peu. Un titre de l’album, Cleo, retenant tout particulièrement notre attention. Cette ballade pop douce-amère et touchante, placée en début d’album, émerveille par sa fraîcheur et son naturel... Et notre patience paie, Slow Club s’insinuant sans crier gare dans notre quotidien et dévoilant ses charmes, pas à pas, tout en douceur.

On y retrouve tout ce qu’on a toujours aimé dans un certain rock alternatif US de la fin des années 80 et du début des 90’s (de R.E.M. à Pavement, le spectre est large) : cet alliage casse-gueule du cérébral (une certaine sophistication dans l’écriture) et du futile (l’utilisation de gimmicks pop accrocheurs) qui, s’il prend bien, est hautement jouissif. Et c’est un peu de tous ces ingrédients que Flexa Lyndo a parsemé Slow Club : par ici, un couplet "pièce-montée" à la Flaming Lips (Get Down to work), par là quelques harmonies lancinantes qui ne vont pas sans évoquer Radiohead (Lo) ; on n’oublie bien sûr pas quelques refrains fédérateurs (Bad Film Outtake) ou quelques chœurs accrocheurs idéaux pour l’été (Bang on the Motorcade), le tout saupoudré d’un peu d’électronique pour alléger les fins de repas (Beyond the Sattelites, Love the bomb)...

Finalement, on n’est pas étonné d’apprendre que la gestation des chansons de Slow Club a été longue. On sent bien que l’écriture de chacun de ces titres a été travaillée à l’extrême. Certaines chansons y ont d’ailleurs perdu en spontanéité (pour mieux y gagner en complexité). Slow Club porte en tout cas bien son nom, s’agissant d’un album aux structures pop patiemment construites par ses auteurs et que l’auditeur attentif ne manquera pas de longuement et soigneusement décortiquer avec un certain plaisir.

Dernière bonne nouvelle, une évidence ressort de manière indiscutable de ce disque : le potentiel de Flexa Lyndo est immense ; il faudra compter sur eux dans l’ascension du dernier col, qui n’est peut-être pas encore finie...



Répondre à cet article

Nicolas Thieltgen





Il y a 12 contribution(s) au forum.

dropshippingwatch
(1/3) 5 avril 2010, par Administrator
Flexa Lyndo : "Slow Club"
(2/3) 15 octobre 2006, par FANGIO
> Flexa Lyndo : "Slow Club"
(3/3) 13 mai 2005




dropshippingwatch

5 avril 2010, par Administrator [retour au début des forums]

Patek Philippe Aquanut Ref.5067 Swiss ETA Movement Diamond Bezel with Blue Dial and Rubber Strap
Patek Philippe Ref.4920 Swiss ETA Movement Rose Gold Case with Diamond Bezel and Marking-Brown Dial Lady Size
Patek Philippe Aquanut Ref.5067 Swiss ETA Movement Diamond Bezel with White Dial and Rubber Strap
Patek Philippe Ref.4910 Swiss ETA Movement Diamond Bezel and Marking with White Dial Lady Model
Patek Philippe Twenty-4 Limited Edition Swiss ETA Movement Rose Gold Case with White Dial Lady Size
Patek Philippe Twenty-4 Limited Edition Swiss ETA Movement with Pink Dial Lady Size
Patek Philippe Ref.5070 Chronograph Lemania Movement with White Dial
Patek Philippe Ref.4910 Swiss ETA Movement Full Diamond Lady Model
Patek Philippe Classic Chronograph Lemania Movement Power Reserve Working with White Dial
Patek Philippe Ref.4910 Swiss ETA Movement Diamond Bezel and Marking with White Dial Lady Model
Patek Philippe Ref.4910 Swiss ETA Movement Diamond Bezel and Marking with Wine Dial Lady Model
Patek Philippe Classic Chronograph Lemania Movement Moonphase with White Dial
Patek Philippe Ref.4910 Swiss ETA Movement Diamond Bezel and Marking with Gray Dial Lady Model
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Moonphase with White Dial—New Model
Patek Philippe Classic Chronograph Lemania Movement Moonphase with White Dial
Patek Philippe Ref.4910 Swiss ETA Movement Diamond Bezel and Marking with Black Dial Lady Model
Patek Philippe Grande Complication Swiss ETA Movement Manual Winding with Silver Dial
Patek Philippe Grande Chronograph Lemania Movement with White Dial
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Rose Gold Casing with White Dial
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement with White Dial
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Gold Case with White Dial—New Model
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Moonphase with Black Dial
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Moonphase with White Dial
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Rose Gold Casing with White Dial New Model
Patek Philippe Grande Complication Lemania Movement Rose Gold Case with White Dial
Patek Philippe Classic Chronograph Lemania Movement Moonphase with Black Dial

[Répondre à ce message]

Flexa Lyndo : "Slow Club"

15 octobre 2006, par FANGIO [retour au début des forums]
ROCK FESTIVAL SILENRIEUX 14 OCTOBRE 06

Je ne suis expert en rock j’ai entendu ce groupe hier à SILENRIEUX AU ROCK FESTIVAL le 14.10.2006

Je les ai trouvé exellent !!

les autres groupes comme jelly one day clinic et pillow sont de bons groupes il y a de la richesse musical rock en wallonie.

FANGIO

[Répondre à ce message]

> Flexa Lyndo : "Slow Club"

13 mai 2005 [retour au début des forums]

Ce que j’ai entendu jusqu’ici m’a bien plus musicallement. Par contre, comme Jéronimo, je ne comprends pas pourquoi ces groupes chantent en anglais avec cet accent français ignoble, comme Austin Lace...

[Répondre à ce message]

    > Flexa Lyndo : "Slow Club"

    13 mai 2005 [retour au début des forums]


    plu sans s bien sûr...

    [Répondre à ce message]

    > Flexa Lyndo : "Slow Club"

    13 mai 2005, par Tommy [retour au début des forums]


    Quand la plupart des groupes que tu as écouté étant jeune (et qui t’ont donc influencé que tu le veuilles ou non) viennent de pays anglo saxons, chanter ensuite en français peut sembler incongru. Pour une raison que j’ignore, ça ne passe tout simplement pas, ce n’est pas naturel. Et puis il faut reconnaître que c’est très pratique pour camoufler des textes idiots, l’anglais, ça ne choque jamais personne ! De toute façon d’où qu’on vienne, faut pas se forcer et chanter de la manière qu’on sent le mieux, non ? Ce qui est nul en revanche, c’est de s’adresser au public en anglais quand on joue dans un pays francophone et qu’on l’est soi-même !

    [Répondre à ce message]

      > Flexa Lyndo : "Slow Club"

      13 mai 2005 [retour au début des forums]


      C’est ce que font ces grosses buses de Montevideo ...

      [Répondre à ce message]

        > Flexa Lyndo : "Slow Club"

        13 mai 2005 [retour au début des forums]


        Je voudrais ajouter un commentaire : "come on, everybody on the stage you mother fuckers ! We come from Lodelinsart. Fuckin’ great city ! And we would like to dedicate the next song to our mothers, mother fuckers"
        merci de m’avoir lu jusqu’au bout LOLOLOLOL

        [Répondre à ce message]

        > Flexa Lyndo : "Slow Club"

        19 mai 2005 [retour au début des forums]


        N’oublions pas les ignobles poseurs à deux balles de Zaccharia !

        [Répondre à ce message]

          > Flexa Lyndo : "Slow Club"

          19 mai 2005 [retour au début des forums]


          Vous préfereriez que ces groupes s’adressent au public en wallon ?
          Le problème ce n’est pas l’anglais mais bien les gens qui ne savent pas parler anglais, chantent en anglais et communiquent en anglais avec le public. Or de ce point de vue le chanteur de Montevideo est au dessus de toute critique.
          Rangez donc vos critiques de provinciaux amateurs de Yel et reconnaissez que le rock c’est également de la frime et qu’on frime mieux en anglais qu’en wallon ou avec un gros accent de borrain.

          [Répondre à ce message]

        > Flexa Lyndo : "Slow Club"

        19 mai 2005 [retour au début des forums]


        c’est quoi une buse ???

        [Répondre à ce message]

          > Flexa Lyndo : "Slow Club"

          19 mai 2005 [retour au début des forums]


          Et pourquoi c’est nul de parler en anglais avec le public et pas de chanter en anglais ?
          Je comprends pas ...

          [Répondre à ce message]

            > Flexa Lyndo : "Slow Club"

            19 mai 2005 [retour au début des forums]


            Je suis pour l’imperméabilité des cultures. Un français pur souche pour un public francophone de caves qui ne veut rien entendre d’autre que la langue de ses ancêtres. Pitié bouté les anglois hors de notre majestueux royaume. Vive André Bialec et Hergé.

            [Répondre à ce message]