Pop-Rock.com



Eskobar : "A thousand last chances"
We hate it when our friends become successful

mardi 24 mai 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Strokes : "Room on fire"
Guitar Wolf : "UFO romantics"
Stupeflip : "Stup Religion"
Phillip Boa & The Voodooclub : "Faking to blend in"
Arctic Monkeys : "Humbug"
Blues Explosion : "Damage"
Jenny In Cage : "Solid liquid ether"
The Dallas Explosion : "Girlfriends and excess"
Texas Trauma : "Topgun Patsy"
The Raveonettes : "Pretty in black"


Enfin ! En Allemagne et ailleurs, le troisième album des songwriters géniaux d’Eskobar était sorti il y a bientôt huit mois, et il aura fallu être à nouveau patient pour qu’en France, leur album devienne une forêt cachée par un arbre : You got me en duo avec Emma Daumas, lâche tentative des Scandinaves de renouveler le carton enregistré avec Heather Nova, puisque c’est la seule façon de séduire subrepticement un public français vraiment difficile.

Les fans des Sneaker Pimps et d’I Am X doivent connaître Eskobar, au moins pour la ressemblance assez frappante entre Chris Corner et le chanter Daniel Bellqvist - aussi bien physiquement que vocalement. Et il est vrai que sur leurs deux premiers albums, à savoir ‘Til we’re dead et There’s only now, le trio de Stockholm optait pour une pop plutôt froide et distante, à mi-chemin entre A-Ha, New Order et The Lilac Time. De ce mélange intrigant et unique naquirent de véritables hymnes qui conférèrent à Eskobar un statut de groupe pop incontournable dans de nombreux pays d’Europe : ils enchaînèrent les tubes, On a train, Tell me I’m wrong puis le célèbre (et presque usant) Someone new qui n’en finissait plus d’abreuver les ondes radio.

Eskobar, c’est donc une machine à pop diaboliquement efficace, et il faut leur reconnaître ce talent. Car si l’ambition du combo est avant-tout de faire de la pop en mélangeant toutes les influences précédemment citées, ils le font avec beaucoup de talent. Outre Bellqvist, le groupe se compose de Frederik Zäll aux guitares et de Robert Birming à la batterie. Et pour ce qui est de A thousand last chances, le quatrième homme n’est autre que Pontus Frisk, producteur très respecté en Scandinavie. Et le résultat est là : imparable, diablement efficace. Avec The Ark, Eskobar est probablement un des groupes scandinaves les plus prometteurs.

Pratiquement chaque morceau sur l’album pourrait être un single : on connaît maintenant tous le refrain diablement efficace de You got me, mais il y a aussi la pop lumineuse de Love strikes, le folk désabusé de Big Sleeper dont Morrissey aurait très bien pu avoir écrit les paroles ("I don’t have any proof but I know I’m better than you : you seem to follow the rules, but remember this isn’t school, you’ve been looking for the truth but the truth is not for you"). Violence s’envole dans des guitares intarissables et Bring the action propose un songwriting de très haut niveau, une chanson presque triste sur le sexe ("two unlucky souls doin’ what they do cause they can’t stay hungry"), que Lloyd Cole pourrait réclamer. Mais outre ces perles de pop-rock, l’album recèle du folk nordique que les connaisseurs commencent à connaître par les guitares acoustiques sobres et une ambiance presque intimiste : Freedom, Love comes first et Cold night sont de cette veine-là, plus très loin de Zoot Woman, avec qui le groupe avait par ailleurs déjà tourné.

Pas de plaisir coupable : cet album est irrésistible mais pour de bonnes raisons. Le genre de galette à écouter dans un train pendant un voyage, en laissant ses pensées divaguer ici et là, sans but précis, mais avec beaucoup de souvenirs à collecter et à soupeser. Quelque chose de léger, de simple, mais de profond grâce à l’écriture talentueuse de Bellqvist. Une musique qui peut se prêter sans prétention et sans complexe à des tas de contextes différents : que vous soyez dans votre voiture en train de rouler vers votre lieu de travail ou chez vous, attendant que la pluie cesse pour entamer une petite promenade. Ou que vous vous promeniez justement, dans un parc ou une forêt, avec de la musique dans les oreilles. Pour ma part, il me rappelle les forêts de Göttingen et l’hiver en Allemagne - mais à chacun son interprétation. En tout cas, vous risquez d’être très vite conquis par Eskobar. Evitez seulement la version française de l’album si vous détestez - probablement à juste titre - Emma Daumas.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 90 contribution(s) au forum.

Eskobar : "A thousand last chances"
(1/3) 19 octobre 2005, par mimie
> Eskobar : "A thousand last chances"
(2/3) 11 juin 2005, par pfhor
> Eskobar : "A thousand last chances"
(3/3) 24 mai 2005




Eskobar : "A thousand last chances"

19 octobre 2005, par mimie [retour au début des forums]

frenchement vs etes nul de pas aimer emma daumas !!!!!!!!!!moi avant j’aimais bien le groupe mais maintenant je ne veux plus entendre parler de ce groupe d’eskobar car des deux celle ki chante le mieux c’est emma et puis si il est pas content il avait ka le faire tout seul !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!de toute façon ça n’aurait pas marcher parce ke moi la seule raison ki m’a fait écouter ce cd c’est qu’il y ai emma daumas !!!!!!!!!!!!!!!!!en plus je vois pas ce ke vs lui reprocher, vs aurez peut etre voulu ke ce soit nolween machin ki le fasse et ba je croi ke vs ete grave !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

[Répondre à ce message]

> Eskobar : "A thousand last chances"

11 juin 2005, par pfhor [retour au début des forums]

Simple petit oubli dans les (très) bons groupes scandinaves : KENT... nouvel album en 2005... en suédois et pas chez nous.

[Répondre à ce message]

> Eskobar : "A thousand last chances"

24 mai 2005 [retour au début des forums]

Enfin ! ont se decide de parler de cet album.
Effectivement il est très sympa a ecouter, les melodies font mouche les paroles sont bien pensées. De la radio pop intelligente, ça change

[Répondre à ce message]

    > Eskobar : "A thousand last chances"

    24 mai 2005, par nick [retour au début des forums]


    D’entrée, un lien se tisse inévitablement entre Eskobar et Starsailor. Notamment sur Cold Night et sur Freedom, deux compos acoustiques sympathiques mais pas bouleversantes. Sur Love Comes First, le trio semble s’assoupir sur un dictionnaire de rimes et s’applique scolairement, sans trop y croire.

    You Got Me pourrait être un bon single sans l’apparition de deuxièmes voix envahissantes et agaçantes, péché récurrent sur cet album.

    Les compositions un chouïa plus enlevées louchent quant à elles sur Robbie Williams (Violence) ou sur les guitares de Placebo en version adoucie avec la voix de Morrissey en sus (Love Strikes). Le trio ne se pose pas de question sur Bring The Action où l’ajout ostentatoire de guitares, façon dernier album de Stereophonics, ne parvient pas à masquer la faiblesse de la mélodie.

    A Thousand Last Chances se referme mollement sur le sirupeux slow Even If You Know Me, proche de l’univers de Remy Zero. Le tout laisse, entre deux bâillements, un goût de déception en bouche. Belle production mais trop lisse et sans coup de génie ni d’évolution apparente pour un style musical figé et répétitif.

    Alors tristesse de pacotille ou véritable blocage ? L’ennui provient probablement un peu des deux. Car quand l’originalité fait défaut, la langueur se transforme en longueurs.

    [Répondre à ce message]

      > Eskobar : "A thousand last chances"

      24 mai 2005 [retour au début des forums]


      Je ne pense pas qu’ils aient la prétention de vouloir révolutionner la musique mais tant qu’a écouter de la pop a la radio, il vaut quand même mieux entendre cet album bien fait que ceux de coldplay ..

      [Répondre à ce message]

        > Eskobar : "A thousand last chances"

        25 mai 2005, par lkj [retour au début des forums]


        Pourquoi donc ?

        [Répondre à ce message]

          > Eskobar : "A thousand last chances"

          25 mai 2005 [retour au début des forums]


          parceque eux justement ne prétendent a rien et ne se prennent pas la tête

          [Répondre à ce message]

            > Eskobar : "A thousand last chances"

            25 mai 2005 [retour au début des forums]


            C’est marrant, c’est exactement ce que je me disais en écoutant leur disque...

            [Répondre à ce message]

              > Eskobar : "A thousand last chances"

              26 mai 2005, par lkj [retour au début des forums]


              Je suis bête mais un groupe qui fait un petit duo avec la daumas est louche à la base.Oui je sais que l’article précise qu’il ne faut pas s’y attarder mais pour moi ce n’est pas un détail.Disons que je me fais une idée de à qui j’ai affaire.

              En pop bien fichu et moderne (pléonasme ?) mieux vaut préférer le Gorillaz qui vient de sortir.

              [Répondre à ce message]

                > Eskobar : "A thousand last chances"

                28 mai 2005 [retour au début des forums]


                C’est sûr que c’est plus in.
                Mais ne trouvez-vous pas que le chanteur de Coldplay se la pète gravement ?
                Il est en train de devenir aussi con que bono, ce qui est un exploit en soi.
                Le pire avec ce genre de groupe, c’est qu’ils se prennent tellement au sérieux (plus ou moins à juste titre),que les journalistes leur mangent dans la main.
                Par contre, dès que tu es un groupe humble, vlan,tu risques de t’en prendre plein la tronche !

                [Répondre à ce message]

                  > Eskobar : "A thousand last chances"

                  30 mai 2005, par lkj [retour au début des forums]


                  Bof je ne sais pas si c’est plus "in" d’écouter Gorillaz, cela ne me préoccupe pas.J’adore aussi Eminem, donc je doit être dévolu à la musique business non ?

                  Pour en revenir à Colplay je n’ai jamais lu d’interview mais si les mecs se prennent au sérieux il y a une solution : c’est Lester Bangs (écrivain et journaliste rock déjanté) qui préconisait l’entartage en direct sur scène.

                  [Répondre à ce message]

                > Eskobar : "A thousand last chances"

                24 juillet 2006, par Max [retour au début des forums]


                Arretons de taper sur EsKobar parce qu’ils ont fait un "hit" (dans les ventes) avec emma Daumas.

                Je me pose juste la question de savoir qui a décidé de faire cette chanson ??? Vous pensez que Eskobar est venu chercher l’emma pour chanter ca avec eux ??? Personnellement, je ne pense pas ... une version sans elle est disponible.. j’en déduis (jme trompe peut-être) que c’est Emma (ou plutôt un producteur apercevant une grande manne a dollars) qui a décidé de produire ce "Remix" .
                Eskobar n’a surement pas refusé l’occasion de se faire connaître un peu plus...

                Enfin c’est mon point de vue, je leur en veux pas à leur place je l’aurais surement aussi fait. (La musique a beau être un art, ca ne reste pas moins le gagne-pain pour beaucoup de monde).
                Pour conclure, je ne blamerai pas ce groupe pour cela, ca arrive et ca arrivera surement encore, je dis juste merci

                [Répondre à ce message]

              > Eskobar : "A thousand last chances"

              29 juin 2005, par cassi du 62 [retour au début des forums]


              salu je veu juste savoir ma chanson prefere et une des seul ke je connai c you got me et je cherche la vrai verssion sans emma machin mais je c pa comment l’avoir aucun magazin ne la

              [Répondre à ce message]