Pop-Rock.com


L’album du mois
Erasure : "Nightbird"
De drôles d’oiseaux

jeudi 27 janvier 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Jarvis Cocker : "Jarvis"
Hot Chip : "The warning"
Bloc Party : "A weekend in the City"
Blonde Redhead : "23"
Low : "Drums and guns"
The Ark : "State of The Ark"
Relaxed Muscle : "A heavy nite with"
Lloyd Cole : "Antidepressant"
Nickelback : "All the right reasons"
Spleen United : "Neanderthal"


En Grande-Bretagne, Erasure est un phénomène de société dans l’électro-pop, au même titre que les Pet Shop Boys. En vingt ans de carrière rondement menée, le duo anglais n’a jamais disparu de la circulation, produisant toujours des albums électroniques ou la pop se disputait parfois à la légèreté. Méprisé du public français, comme bon nombre d’artistes ayant connu leurs premiers succès dans les années 80 (pourquoi une nation déteste ainsi une décade complète ?), Erasure prouve qu’il a gagné sa place au rang des groupes pop les plus influents du monde.

Un nouvel album d’Erasure, on attendait ça depuis leur Loveboat de 2000. Bon d’accord, il y avait le Other people’s songs sorti il y a deux ans, mais il s’agissait d’un album de reprises. Même si celles-ci faisaient grand cas du professionnalisme des deux Britanniques, elles laissaient sur leur faim les fans avides de titres originaux. Les voici de retour dès le début de l’année 2005 avec un album et un single, une jolie ballade intitulée Breathe qui les a directement propulsés dans le top 10 anglais - cela peut nous paraître exotique, mais outre-manche, cela est tout à fait normal. Qui plus est, le groupe travaille depuis leurs débuts main dans la main avec le label Mute Records. Et bien que Vince Clarke soit devenu un père de famille respectable et qu’Andy Bell écume encore les clubs gay londoniens, ces deux-là ont décidé de remettre le couvert - et en argent, s’il vous plaît.

Erasure, c’est Vince Clarke et Andy Bell. Rescapé de Depeche Mode (qui lui doit entre autres leur tube interplanétaire Just can’t get enough, rien que ça), Clarke formera plus tard Yazoo avec Alison Moyet, puis se sépare de la chanteuse pour trouver une nouvelle diva. En croisant la route d’Andy Bell, ils décident ensemble de former Erasure qui inondera les ondes dès 1985 avec leur tube Who needs love like that ?. Chose surprenante, Erasure vieillit bien, de mieux en mieux même. Les instrumentations électroniques concoctées par Vince Clarke sont toujours aussi pertinentes, et c’est un plaisir d’apprécier les petits sons synthétiques qui peuplent l’album de façon facétieuse et inspirée. Andy Bell a lui aussi gardé sa belle voix à la croisée de la pop et de la soul la plus intimiste. Toutefois, la tonalité de l’album est un peu plus triste et romantique qu’à l’habitude, rappelant presque leur album éponyme de 1995. Et pour cause : Andy Bell a annoncé il y a peu qu’il était atteint du virus HIV, ce qui explique a posteriori les textes de plus en plus sombres d’Erasure - l’album Loveboat, notamment, possèdait une atmosphère bien plus bluesy que les autres albums, et sur le clip de leur reprise Solsbury Hill en 2003, le chanteur semblait nettement diminué physiquement.

Tout cela n’empêche pas Bell d’exprimer sa sensibilité à fleur de peau dans des paroles toujours aussi sucrées. C’est tellement facile de chantonner du Erasure sous sa douche que ça en est réjouissant. Nightbird dispose de tubes évidents pour les nightclubbers (Sweet Surrender, Here I go impossible again, I’ll be there) et de petits morceaux entre romantisme naïf et tendresse nocturne (Because our love is real, I broke it all in two). A noter que sur cet album, Erasure partage avec les Pet Shop Boys un goût pour les titres de morceaux longs et premier degré. Qu’à cela ne tienne, c’est comme cela qu’on les aime. Les albums d’Erasure s’écoutent en générale d’une traite et en boucle, et celui-ci n’échappe pas à la règle. Dès le premier opus, le troublant et mystérieux No doubt, on retrouve les ingrédients qui rendent la musique d’Erasure si accessible et pourtant si particulière. Malgré les frissons que procure la chanson en question, il s’y glisse une sorte de naïveté bienfaisante et relaxante. De l’électro-pop de très haut vol qui n’a jamais eu comme Depeche Mode la prétention d’innover (parfois sans y parvenir, mais c’est un autre débat), mais simplement de faire de l’électro-pop en soi - et c’est bien de cela dont il est question : le binaire Don’t Say You Love Me démontre notamment qu’on peut utiliser une rythmique simple et appuyée et un son de basse presque industriel sans pour autant faire dans du Laibach. Cerise sur le gâteau, I bet you’re mad at me clot l’album avec des mélodies évidentes et la voix douce et chaude d’Andy Bell. Finalement, la pochette reflète bien l’ambiance de l’album : des couleurs délicates, naïves et sombres. C’est avec sérénité et bonheur que le talent se met au service de pop pour rêveurs romantiques. En écoutant cet album, vous trouverez forcément ce petit rêveur endormi quelque part au fond de vous, et peut-être même ressentirez-vous le plaisir coupable d’apprécier la délicatesse apaisante de ce Nightbird.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 15 contribution(s) au forum.

Erasure : "Nightbird"
(1/6) 4 juin 2013, par gon
> Erasure : "Nightbird"
(2/6) 19 mai 2005
> Erasure : "Nightbird"
(3/6) 13 mars 2005, par sof
> Erasure : "Nightbird"
(4/6) 6 février 2005, par Erwann Le GARREC
> Erasure : "Nightbird"
(5/6) 6 février 2005, par Erwann Le GARREC
> Erasure : "Nightbird"
(6/6) 29 janvier 2005, par Gaby




Erasure : "Nightbird"

4 juin 2013, par gon [retour au début des forums]

Je suis surpris et impressionné par le contenu de ce site. Les idées et les pensées de l’auteur est vraiment génial. Merci de partager à d’autres.
william blog

[Répondre à ce message]

> Erasure : "Nightbird"

19 mai 2005 [retour au début des forums]

Grosse claque, une fois de plus, de la part de nos 2 compères d’Erasure. Rien à jeter : mélodies simples mais superbes, chant inspiré, production et mixage parfaits... La touche "repeat" de ma télécommande est en surchauffe ! Peut-etre l’album électro-pop synthétique de l’année !!!!!!

[Répondre à ce message]

> Erasure : "Nightbird"

13 mars 2005, par sof [retour au début des forums]

"Française" et pourtant "accro" d’erasure depuis leur début... jamais déçue ; pourvu que ça dure ! (Breathe est géant par ailleurs)

[Répondre à ce message]

> Erasure : "Nightbird"

6 février 2005, par Erwann Le GARREC [retour au début des forums]

Je voulais juste ajouter que, autant j’approuve ta chronique sur le "Nightbird" d’ERASURE, autant j’ai du mal à comprendre ta chronique du nouveau KYO (voir "flop du mois").
Pouquoi tant d’acharnement ?

Certes, je suis d’accord, KYO c’est davantage de la variété française que du rock. ... Et alors, qu’est-ce que ça change ?
Est-ce que "Nightbird" d’ERASURE est un album rock ? Non, bien sûr. Et cela n’en fait pas pour autant un mauvais album !

Pour des tas de collégiens, de lycéens, et même d’étudiants, KYO a vraiment un sens profond qui résonne au coeur de leur vie.
Si, comme moi, tu as passé l’âge du spleen adolescent, ignore simplement le disque et laisse les jeunes écouter tranquillement KYO ou autres. C’est de leur âge !

De toute façon, je ne comprends pas trop l’utilité de faire un "flop du mois".
Il me paraît inutile et stérile de discourir sur ce que l’on n’aime pas.
C’est autant de temps et d’énergie gaspillés que tu pourrais consacrer à faire d’autres chroniques de disques qui te plaisent.

...Sans compter qu’en plus, tu te fais des ennemis qui peuvent t’en vouloir à mort et qui ne seront désormais guère réceptifs à tes coups de coeurs...

[Répondre à ce message]

    > Erasure : "Nightbird"

    6 février 2005, par Albin Wagener [retour au début des forums]


    pour Kyo, je n’ai pas cherché à faire l’apanage des albums rock, mais simplement à remettre les pendules à l’heure, puisque ces petits musicos se sentent investis d’une mission rock, visiblement - cela ne veut pas dire que je dénigre l’électropop, bien au contraire. on peut apprécier plusieurs styles musicaux.

    le problème des adolescents, des collégiens et des lycéens, c’est que la poussée hormonale n’excuse pas la sincérité musicale. je connais des ados qui n’écoutent pas Kyo et se passionnent pour d’autres types de musique, qui font l’effort de rechercher des musiques plus pertinentes, parfois plus alambiquées aussi. mais tous les ados n’écoutent pas Kyo, et surtout - un comble - Kyo n’a pas uniquement un public d’ados.

    l’énergie n’est pour moi pas gaspillée : cela me fait du bien de pousser le bouchon et de démonter certains mécanismes d’un album qui se veut bon et qui en fait n’a rien pour lui. s’il faut dépenser de l’énergie à encenser la bonne musique, je pense qu’il faut aussi en dépenser à assassiner ce qui a la prétention d’en être mais n’en est pas : ce n’est pas du temps perdu, mais un effort d’éducation, peut-être, sans vouloir monter sur mes grands chevaux.

    pas grave pour les ennemis. le but, c’est de parler de la musique de façon passionnée.

    merci en tout cas pour ton message construit. _ :)

    [Répondre à ce message]

> Erasure : "Nightbird"

6 février 2005, par Erwann Le GARREC [retour au début des forums]

Merci beaucoup pour ton article qui a le mérite de remettre les pendules à l’heure.

C’est effectivement une France isolée qui a zappé ERASURE, se privant ainsi de friandises musicales mémorables.

C’est d’autant plus dommage que ce rejet n’émane pas du grand public français (qui ne connaît pas le groupe), mais seulement des médias, et notamment des radios.

C’est pourquoi, je suis persuadé qu’ERASURE auraient pu marcher convenablement en notre beau pays si leurs disques avaient seulement bénéficié d’une diffusion normale dans l’Hexagone.

Par ailleurs, tu as bien décortiqué "Nightbird" ainsi que l’évolution de carrière et le contexte dans lesquels s’inscrit ce nouvel album.
Erwann

[Répondre à ce message]

> Erasure : "Nightbird"

29 janvier 2005, par Gaby [retour au début des forums]

Comment personne y répond a l’article... C’est tellement mieux quand l’article est subversif comme pour le "flop du mois".

Bon moi j’ai pas lu l’article, mais j’avais envie de répondre un truc... moi je trouve que c’est bien ton article... meme si dans le flop du mois je trouve que tu fais ta sale pute... voila, c’est tout je t’aime, je m’aime aussi mais fait gaffe de pas dire du mal de lorie sinon je viens te tuer un jour quelque part !

[Répondre à ce message]