Pop-Rock.com



Elefant : "The black magic show"
Un magasin de porcelaine

mardi 10 octobre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mother Mars : "Primitives"
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
Émilie Simon : "The big machine"
Radio Moscow : "Brain cycles"
Ian McCulloch : "Slideling"
Black : "Between two churches"
Ministry : "Houses of the Molé"
Ratatat : "LP3"
Modest Mouse : "We were dead before the ship even sank"
Wilco : "Sky blue sky"


Deuxième album du quatuor new-yorkais après le conventionnel Sunlight makes me paranoid, ce grand show permet d’asseoir et de développer le son d’Elefant, ainsi que la voix de son leader. Certains hurlent aux Killers, d’autres se voient déjà noircir une page entière de références diverses et variées et se pavaner dans la critique acide, d’autres encore intronisent Elefant comme l’un des groupes les plus prometteurs de ces prochaines années. Je me situerais plutôt dans la dernière catégorie, pour ma part.

Il serait très injuste de ranger Diego Garcia et sa bande dans la flopée de groupes habités par un revival qui nécessiterait bien plus l’action d’un exorciste que l’aval des maisons de disques, car le son d’Elefant, si l’on devait citer quelques influences, se rapproche bien plus de House Of Love, des Stone Roses ou de Roxy Music que des sempiternels Joy Division et autres XTC. Premier point très important : la voix de Diego Garcia ne singe aucun illustre chanteur, et se contente de poser les mots et la musique d’une façon plutôt élégante. Ecoutez l’accueillant Sirens pour vous en convaincre, messieurs dames.

Peut-être que la genèse de cet album y est finalement pour quelque chose, puisque Garcia a écrit la majorité des titres de cet opus en Argentine, dans son pays natal. Qui plus est, Garcia n’est pas avare de références quelles qu’elles soient (littéraires pour le troublant Lolita, cinématographiques pour le scintillant Brasil), et les mélodies semblent s’enivrer de ses mots avec une superbe plutôt remarquable. Alors oui, d’accord, il y a sur ce The black magic show quelques morceaux qui s’ouvrent parfois par une ou deux programmations synthétiques, comme le lumineux Uh oh hello, mais est-ce pour autant une raison de comparer Elefant au groupe corrompu de Brandon Flowers ? Ma réponse est un non définitif.

Alors donc, les morceaux ? Beaucoup de bonnes choses, c’est sûr. Elefant s’expose à la lumière du jour comme un groupe pop plutôt solaire, susceptible d’illuminer vos pires journées d’automne. Les morceaux rayonnent par un rock régénérateur (le dansant The clown, ou encore le très british The lunatic) et ne se reposent jamais, même si parfois, les guitares semblent s’apaiser, comme pour attendrir l’auditeur sur l’histoire déclamée par Diego Garcia (It’s a shame en est l’exemple parfait). Mais dans l’absolu, Elefant fait de la pop teintée de rock, et il le fait diablement bien. Les morceaux se retiennent instantanément et surtout - et c’est suffisamment rare pour être signalé - ne lassent pas au bout de deux ou trois écoutes. En d’autres termes, ce n’est pas un album pour lequel vous allez craquer au bout de cinq minutes sur la borne d’écoute de votre disquaire préféré, avant de l’oublier au bout d’une semaine sur la commode, avec l’impression douce-amère de vous être fait rouler de quelques euros pour pas grand-chose. Et si The black magic show n’a pas encore eu le succès qu’il méritait en Europe, dites-vous que c’est surtout en raison de la scène saturée qui est la nôtre depuis quelques années. Et surtout à cause des ignobles Killers qui bloquent le passage à la poésie glorieuse de Diego Garcia et de sa bande.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 10 contribution(s) au forum.

Elefant : "The black magic show"
(1/2) 10 octobre 2006, par Tontonpoum
Elefant : "The black magic show"
(2/2) 10 octobre 2006, par Fabrice




Elefant : "The black magic show"

10 octobre 2006, par Tontonpoum [retour au début des forums]

Pourquoi ne parler de ce disque qu’aujourd’hui ?

[Répondre à ce message]

Elefant : "The black magic show"

10 octobre 2006, par Fabrice [retour au début des forums]

Wow !
Tu sais quoi ?
Je suis d’accord avec toi !

J’avais déjà été conquis par leur 1er opus, le 2è me plaît également beaucoup.
Au contraire du dernier Killers... Une daube sans nom...

[Répondre à ce message]