Pop-Rock.com


L’album du mois
Editors : "The back room"
Back to the Future

lundi 15 août 2005, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Enhancer : "Désobéir"
Scissor Sisters : "Scissor Sisters"
Colour Of Fire : "Pearl necklace"
The Aliens : "Luna"
Liv Kristine : "Enter my religion"
Van Der Graaf Generator : "Present"
Paul Stuart & The Sweet Powerpack : "Talk about particular generalities"
Bat For Lashes : "Two suns"
Kaiser Chiefs : "Yours truly, angry mob"
Laurence Revey : "Laurence Revey"


C’était l’été 2005. J’avais 27 ans et Pop-Rock n’était encore qu’un modeste webzine visité par à peine deux milliers de personnes par jour. Une brindille. Pourtant, nous étions persuadés d’accomplir quelque chose. De plus en plus de gens s’intéressaient à notre travail et en parlaient autour d’eux. En bien ou en mal, mais ils en parlaient. A nos yeux, c’était le plus important. Nous étions jeunes, naïfs et passionnés. La scène musicale était particulièrement en ébullition et c’est ce qui rendait notre activité de critique si passionnante. De nouveaux groupes rock prometteurs débarquaient chaque semaine de Grande-Bretagne, affublés de l’étiquette de « meilleur groupe de l’année ». On avait souvent tendance à y croire... surtout moi. J’ai chroniqué pas mal de ces disques (je n’oserais pas relire les articles tant je sais que j’étais maladroit), mais j’ai oublié jusqu’au nom de la grande majorité des groupes en question. La plupart ont disparu aussi vite qu’ils étaient arrivés. Il y en a quand même un auquel je pense encore souvent et que j’écoute de temps en temps, c’est Editors.

Editors, oui, et pas « The Editors » comme beaucoup de journalistes l’écrivirent à l’époque. Même le Botanique, où le groupe donna un concert cette année-là, avait fait l’erreur d’ajouter un « The » devant leur nom. C’était somme toute compréhensible. Depuis trois ou quatre ans, nous étions constamment bombardés de groupes en « The ». C’était sans fin. De cette vague, le seul groupe a avoir vraiment fait carrière fut The White Stripes, jusqu’à la cirrhose du regretté Jack White, l’été dernier.

Editors, donc, c’est encore une découverte que je dois à Jérôme Colin. Sacré Jérôme ! Figurez-vous qu’à l’époque, il n’était encore que simple animateur sur Pure FM. Il était fort critiqué mais nous étions nombreux à admirer sa fausse naïveté et son vrai émerveillement. Celui-là, quand il interviewait une de ses idoles en direct, il avait beaucoup de mal à cacher son excitation d’être en face d’un artiste qu’il vénérait. C’était un fan avant d’être un journaliste, et on se reconnaissait tous un peu en lui pour ça. Et quand il s’emballait littéralement à l’antenne et qu’il criait en bafouillant « et non, ce n’est pas le nouveau single d’Interpol, c’est les Editors et c’est mon coup de cœur de la semaine ! », on savait qu’on risquait de ne pas être déçu.

Alors, oui, Jérôme avait vu juste. Presque toute la profession compara les Editors à Interpol (dont on était encore loin de se douter qu’il deviendrait le plus grand groupe du monde !). Il faut reconnaître que la voix du chanteur, Tom Smith, ressemblait énormément à celle de Paul Banks. Pour moi, elle évoquait également beaucoup Brendan Perry de Dead Can Dance (un groupe du vingtième siècle, tendance gothico-baroque). Mais Editors, ce n’était pas seulement une voix grave et puissante, capable de vous transporter, c’était aussi de fantastiques guitares. Il y avait de superbes envolées, ainsi que ce jeu binaire emprunté à Television (vieux groupe new-yorkais aussi obscur que culte) et qu’Interpol avait remis au goût du jour dès 2002. Editors, c’était aussi la batterie furibarde d’Ed Lay. Sur un morceau comme Munich, elle faisait un véritable malheur, soutenue par la basse implacable de Russell Leetch. Qu’est-ce qu’on a pu le chanter ce morceau ! Son refrain, "People are fragile things, you should know by now", s’insérait insidieusement le samedi dans nos esprits et y restait la semaine entière.

Avec le recul, je crois qu’on peut dire que The back room est la bande-son de mon année 2005. J’écoutais l’album sans discontinuer, et, fait rare, je le jouais de la première à la dernière plage sans être tenté de skipper certains titres. Distance me faisait planer. Camera, qui débute très lentement avant de monter en puissance, me transportait littéralement. Les furieux Fingers in the factories et Bullets me faisaient sauter sur place dans mon salon en inventant de nouvelle techniques d’air guitar. Chaque écoute de l’album était une fête et donnait un sens à une célèbre citation de Paul Smith de Maxïmo Park, un contemporain d’Editors entré dans la légende : « Music can make you feel totally alive and vital. Moments where you feel something that strongly makes life worth living ». Oui, cette année-là, la vie valait la peine d’être vécue... Presque à chaque instant.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 8 contribution(s) au forum.

Editors : "The back room"
(1/7) 14 janvier 2006
Editors : "The back room"
(2/7) 18 décembre 2005, par dionycos
> Editors : "The back room"
(3/7) 24 août 2005, par lkj
> Editors : "The back room"
(4/7) 21 août 2005, par Laurent
> Editors : "The back room"
(5/7) 19 août 2005, par charlotte
> Editors : "The back room"
(6/7) 15 août 2005, par bill
> Editors : "The back room"
(7/7) 15 août 2005, par Stéphane




Editors : "The back room"

14 janvier 2006 [retour au début des forums]

petit com’ pour dire que j’ai découvert Editors ya deux mois sur internet et que franchement je trouve ça cool
cé clair que sa vaut pas Interpol mais, bon, s’a s’écoute
longue vie a pop-rock.com !!!!!!!

[Répondre à ce message]

Editors : "The back room"

18 décembre 2005, par dionycos [retour au début des forums]

Editors.... nan désolé pop rock, je ne partage pas votre entousiasme, mais alors vraiment pas.... Dans la presse en géneral, j’avais lu des critiques disant que Editors était sympa mais sans plus. Mais votre critique plus qu’elogieuse m’a franchement tiraillé, et finalement je me suis laissé tenté....
Alors ? Verdict ? Et bien j’ai sincerement l’impression d’avoir perdu 16 euros betement... Je ne vois pas ce que vous trouvez à ce sous-interpol (bien bien en dessous meme). C’est plat, ça n’a pas une once d’originalité. Nan vraiment je suis déçu. L’ecoute de ce "The back room" me donne sérieusement envie de m’ecouter "Antics" ou "Turn on the Bright lights" , juste histoire de me rassurer en me disant que la cold-wave n’est pas totalement morte.
En tout cas ce n’est surment pas Editors qui risque de remettre ce genre musical sur le devant de la scene.

[Répondre à ce message]

> Editors : "The back room"

24 août 2005, par lkj [retour au début des forums]

J’ai écouté l’album sur la plage, il a accompagné mes vacances.
Maintenant j’attends toujours un vrai groupe novateur parce que à part les White stripes et Arcade Fire , qui doivent se sentir seuls, je vois pas.

Editors c’est sympathique mais c’est du light sans énergie.Ils ont beau faire les énervés il n’en demeure pas moins que c’est lisse et polis.
Cela s’écoute attention, il faut s’exciter un peu aussi mais bon là avouons que c’est comme allez voir les gentilles dames dans les bois.

Je sais je sais c’est nul ce que je dis.

[Répondre à ce message]

> Editors : "The back room"

21 août 2005, par Laurent [retour au début des forums]

C’est marrant ça... Jérôme Colin fait justement partie de ceux qui disent (ou disaient) The Editors (voir Télémoustique de juillet).

[Répondre à ce message]

> Editors : "The back room"

19 août 2005, par charlotte [retour au début des forums]

Merci Jérôme pour cette découverte tout bonnement indispensable !

[Répondre à ce message]

> Editors : "The back room"

15 août 2005, par bill [retour au début des forums]

Article canon comme souvent...

c’est avec un réel plaisir que je vous rend visite tous les jours.
puisse votre motivation rester intacte de nombreuses années encore.

[Répondre à ce message]

> Editors : "The back room"

15 août 2005, par Stéphane [retour au début des forums]

Bravo pour cet article traité de façon orignal tout en étant clair et plaisant à lire !
Et effectivement je pense que dans 10 ans quand je repenserais à 2005 je me dirais que cette année était une bien belle année musicale (sauf si 2006 fait mieux !).

Et longue vie à pop-rock.com !

[Répondre à ce message]