Pop-Rock.com



DTNO : "24h dans la peau de Johnny"
Cas de conscience

vendredi 27 avril 2007, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Erasure : "Other people’s songs"
Ozark Henry : "The sailor not the sea"
Britney Spears : "Blackout"
Erasure : "Nightbird"
Bon Jovi : "Bounce"
Backyard Babies : "People like people like people like us"
Roddy Woomble : "My secret is my silence"
Babyshambles : "Shotter’s nation"
Tom McRae : "King of cards"
Broadcast : "Tender Buttons"


Commençons par une équation simple : rap + metal + français + Pop-Rock = ? Flop du mois ? Concours de la chronique la plus assassine ? Franche rigolade au détriment des fans ? C’est le schéma classique, et DTNO (Down to no one) a absolument tout ce qu’il faut pour s’y inscrire. Et pourtant, il y a un petit quelque chose ici qui vient gripper nos rouages savamment entretenus.

Ca commence dès le début en fait. Rythmique simpliste, chant et phrasé basiques, vocabulaire limité (même si on décèle des vrais textes avec des vraies histoires), et on imagine aisément la garde-robe des musiciens. Tout est en place pour qu’on se défoule mais, sans qu’on lui demande quoi que ce soit, le pied droit se met à battre la mesure et un sourire décontracté fend le visage. Cette guitare funky, sans doute. Pas grave, ce n’est pas parce qu’on a tenu deux chansons qu’on restera indulgent durant tout l’album.

Il existe un concept qui s’appelle la gastronomie juridique. Selon cette théorie, ce n’est pas la qualité des arguments, ni le talent d’orateur d’un avocat qui permet de gagner un procès mais... le dîner du juge.

Troisième titre : Cool. Texte limite, refrain qui gêne carrément l’auditeur, mais rien à faire, ça marche. Le titre est lent, accélère de temps à autre, la guitare est sympathique. C’est con, mais la chanson porte bien son nom. Quatrième titre : Odessa. Coup de cœur ! Guitare plus funky que jamais, des riffs entraînants, et un refrain qui décolle et nous emmène très haut.

Un gyros pas très frais, une partie de la nuit à se vider tripes et boyaux aux toilettes, et zou, en tôle pour quinze ans. Une délicieuse aile de raie désossée aux câpres et au beurre accompagnée d’un Bourgogne millésimé, et hop, acquitté.

Et ça continue ! Petit Tom (coup de cœur bis) parviendra même à me faire écrire que cette chanson est touchante. C’est beau, c’est mignon, c’est sympa, c’est mélodieux. One shot buddy, qui déboule ensuite, est tout simplement un putain de morceau qui fout une pêche d’enfer. Coup de cœur ter. La progression de ce morceau aux relents punk, même si ultra-clichée, est d’une redoutable efficacité.

Je réfléchis un peu à ce que j’ai mangé la veille. Rien de bien particulier. J’ai bien mangé, mais pas de quoi voir soudain naître une passion sans limite pour Wünjo, Aqme et les autres.

La fin de l’album se situe tout de même en-deçà de ce qui nous a déjà été proposé. Malgré quelques tentatives plus gueulardes (Ethniz) ou des rythmiques parfois bien balancées, le groupe ne retrouve plus la pêche du début de l’album et ne propose que des titres trop facilement oubliables, y compris la grosse pièce de dix-sept minutes (dont un blanc de deux minutes, ben oui, style ghost-track, sauf que d’habitude, le blanc dure dix minutes) qui clôture l’album et, malgré quelques belles ambiances assez sombres, ne s’écoute que de loin.

Au final, il est difficile de dire pourquoi cet album parvient à arracher cette impression positive, alors que tout convergeait vers l’exécution sommaire et sans procès. Moins formaté, moins caricatural que ses congénères, peut-être ? On est loin des niaiseries surjouées de Kyo. Ca n’a rien à voir avec l’intrinsèque laideur de Pleymo. Le groupe a l’air de bien s’amuser, ne cherche pas à tout prix (du moins, pas tout le temps) à se donner un style (prononcez « staïle ») et à faire son malin. Bref, des mecs cools, une musique cool, et des influences un peu plus variées que d’habitude. Apparemment, c’est suffisant pour convaincre un auditeur qui n’a pas de lourdeur d’estomac.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 3 contribution(s) au forum.

DTNO : "24h dans la peau de Johnny"
(1/3) 7 septembre 2015
DTNO : "24h dans la peau de Johnny"
(2/3) 28 avril 2007, par the kid
DTNO : "24h dans la peau de Johnny"
(3/3) 27 avril 2007, par francois le lapin




DTNO : "24h dans la peau de Johnny"

7 septembre 2015 [retour au début des forums]

Anyone would love to hear music that appeals to the mind and is calming. - Steven Wyer

[Répondre à ce message]

DTNO : "24h dans la peau de Johnny"

28 avril 2007, par the kid [retour au début des forums]

vive la censure sur pop-rock.com

[Répondre à ce message]

DTNO : "24h dans la peau de Johnny"

27 avril 2007, par francois le lapin [retour au début des forums]

ouais,bauf ’n’ roll,Parlez-moi d’Amour....

[Répondre à ce message]