Pop-Rock.com



Doves : "Some cities"
Manicstreetpreacherisation ?

mercredi 4 janvier 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Kaiser Chiefs : "Yours truly, angry mob"
JoeyStarr : "Gare au jaguarr"
Client : "City"
Björk : "Volta"
The Long Blondes : "Couples"
Washington : "A new order rising"
Mother Mars : "Primitives"
Goose : "Bring it on"
« Rinôçérôse » : "Futurinô »"
Terry Hall & Mushtaq : "The hour of two lights"


Groupe des frères Williams et de Jimi Goodwin, tout droit téléporté de la capitale européenne de la pop/rock, j’ai nommé Manchester, Doves a été dès ses débuts intronisé comme un groupe majeur de la scène anglaise, et d’aucuns allaient même les comparer à Talk Talk, façon Spirit of Eden. C’est vrai, si le premier album était assez atmosphérique, avec ses mélodies automnales, le trio mancunien a depuis subi une évolution qui fait toujours de lui un bon groupe indépendant, mais avec une perte nette depuis Lost souls.

Je me souviens avoir vu les Doves en première partie de New Order en 2001, et c’est vrai qu’en concert, le spectacle est très surprenant. Les membres tournent sur divers instruments et des projections vidéo soulignent parfois l’ambiance de tel ou tel morceau. Très convaincant donc. Toutefois, même si Some cities est qualifié par le groupe lui-même comme leur meilleur album, il commence à lorgner du côté d’une répétitivité qui, non sans être fondamentalement mauvaise, pourrait basculer vers le côté obscur de la force, ce que j’appelle la "manicstreetpreacherisation".

Bien sûr, en mettant Some cities en perspective avec la discographie du groupe, il faut admettre que cet album est très bon. Si le premier single, Black and white town, m’avait peu convaincu, voire carrément ennuyé, le reste est truffé de bijoux : Some cities, le morceau-phare, convient parfaitement aux matins embrumés, pour se donner la frite, et Snowden et son ambiance de brouillard lumineux (à la limite des chœurs japonais, parfois) apportent un univers intense et plutôt organique. En fait, les compositions sont réellement intenses, et la production de Ben Hillier, qui s’est illustré également avec Depeche Mode un peu plus tard cette année, y est certainement pour quelque chose. En effet, on retrouve sur Playing the angel et Some cities les mêmes éléments ambivalents et envoûtants, puisque ce cher Ben est toujours enclin à utiliser tel ou tel son pour pouvoir apporter une nouvelle dimension à une chanson qui, sans cela, aurait sans doute tôt fait de tomber dans les oubliettes de la musique pop/rock. Mais quand je dis les mêmes éléments, restons d’accord : les deux groupes ne jouent pas du tout dans la même cour musicale.

Alors que The storm sample allègrement Ryuichi Sakamoto, Sky starts falling emporte l’auditeur dans une ritournelle pop simple et efficace. D’ailleurs, parlons-en : on pourrait reprocher à Doves de pencher peut-être trop souvent vers la pop, laissant choir négligemment les morceaux plus calmes et plus ambiants, comme ils savaient si bien le faire. Shadows of Salford et One of these days sont ainsi pratiquement les seuls titres à développer cette sorte de galaxie musicale progressive que l’on avait le plaisir de déguster sur Some cities. Ce n’est certes pas un défaut particulier, puisqu’à côté de cela, Goodwin et sa troupe excellent dans l’exercice de la pop anglaise venue du Nord, mais il convient de souligner le fait que cette évolution sonore laisse évidemment des traces.

En somme, nous tenons-là un très bel objet qui convient admirablement aux journées d’hiver, tant il laisse la part belle aux mélodies envoûtantes et aux atmosphères un peu enbrumées. Un album qui pêche cela-dit peut-être par manque d’inventivité, alors que l’on sait pertinemment que Jimi et les frères Williams savent donner bien plus que de la simple pop/rock. Alors entre les deux, mon cœur balance. Si on ne connaît pas les deux galettes précédentes du trio anglais, on trouvera cet album vraiment bon, voire original. Si, en revanche, on constate que depuis Lost souls, les Doves développent un léger penchant pour la facilité des sirènes de la pop, on préfère apprécier cet album tout en lâchant un timide « peut mieux faire ».



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Doves : "Some cities"
(1/2) 19 août 2015
Doves : "Some cities"
(2/2) 4 janvier 2006, par Kynerion




Doves : "Some cities"

19 août 2015 [retour au début des forums]

They have never failed to surprise their fans with their wonderful songs. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Doves : "Some cities"

4 janvier 2006, par Kynerion [retour au début des forums]

On est quand même loin de The Last Broadcast (l’album d’avant) en terme de qualité.

La "manicstreetpreacherisation" ? C’est marrant ça, en ce moment je serais plutôt dans le "strokisme"...

[Répondre à ce message]