Pop-Rock.com



Dirty Pretty Things : "Romance at short notice"
No more heroes

jeudi 28 août 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Indochine : "La République des Météors"
Red Hot Chili Peppers : "By the way"
Saint Etienne : "Tales from the turnpike house"
R.E.M. : "Around the sun"
New Order : "Waiting for the sirens’ call"
Courtney Love : "America’s sweetheart"
Yeah Yeah Yeahs : "It’s Blitz !"
Nick Cave & The Bad Seeds : "Abattoir blues / The Lyre of Orpheus"
T-Bone Burnett : "Tooth of crime"
Supergrass : "Road to Rouen"


Les Libertines ont quand même eu une étrange postérité quand on y réfléchit deux secondes. Carl Barât s’est auto-proclamé héritier de leur esprit punk avec une nouvelle formation relativement prévisible et propre sur elle, tandis que Pete Doherty a pris en charge l’aspect pop et mélodique, le transformant en un machin teigneux et débraillé qu’on oserait à peine faire écouter à son garagiste.

Si Doherty semble avoir mis un peu d’eau dans son vin pour son excellent second album (ben oui, tant qu’à torcher des compos bourrées de potentiel, ça peut être sympa de faire plus d’un prise en studio), Barât semble convaincu que l’hybridation pas très convaincante de son premier album possède un réel avenir.

Pourtant, Romance at short notice débute relativement bien (j’avais failli écrire « en force » mais ce serait faire preuve d’un optimisme imbécile) : Buzzards & crow ou Hippy’s son sont des morceaux pas mauvais du tout. Leur problème, c’est qu’il s’agit de ce type de morceaux pas mauvais du tout noyé dans ces dizaines d’autres compositions pas mauvaises du tout que j’ai l’occasion d’entendre chaque mois. Et que, à l’exception d’une faible poignée de titres, l’énergie et l’imagination ne sont pas les vertus cardinales des Dirty Pretty Things de 2008.

Par exemple, en ce qui concerne les ballades dont ce second opus est littéralement infesté, le miracle sera à reporter en prévision de l’album suivant : totalement inadéquates dans un contexte punk, terriblement faiblardes au regard des standards pop, on les considèrera au mieux comme une maladroite tentative de remplissage. Pourtant, l’album n’est pas exempt de fulgurances : Best face a les moyens de surchauffer n’importe quel dancefloor, tandis que Tired of England atteint une telle grâce qu’on finit par se demander s’il ne s’agit pas d’une co-production entre les Babyshambles et Morrissey qui se serait trompé d’album. Mathématiquement, tout cela nous amène à un album dont seul un sixième parvient à retenir l’attention. Si l’objectif n’est pas de dresser un comparatif impitoyable entre les deux frères ennemis (en fait si, un peu quand même...), force est de constater que si Doherty a définitivement liquidé l’héritage de son groupe météore, Barât peine à trouver ses nouvelles marques et parvient tout juste à offrir une vision standardisée et morne du Punk. Après tout, la place des Foo Fighters sera tôt ou tard à prendre...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Dirty Pretty Things : "Romance at short notice"
(1/2) 14 avril 2009, par Anna Rob
Dirty Pretty Things : "Romance at short notice"
(2/2) 1er avril 2009, par indecenthope




Dirty Pretty Things : "Romance at short notice"

14 avril 2009, par Anna Rob [retour au début des forums]

vraiment super ; j’aime bcp ce groupe

[Répondre à ce message]

Dirty Pretty Things : "Romance at short notice"

1er avril 2009, par indecenthope [retour au début des forums]

J’aime beaucoup ce groupe.

[Répondre à ce message]