Pop-Rock.com



Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
Philosophie de comptoir

samedi 1er octobre 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Manic Street Preachers : "Lifeblood"
Seventeen Evergreen : "Life embarrasses me on planet earth"
Eels : "Shootenanny"
Eté 67 : "Eté 67"
James Dean Bradfield : "The great western"
Rachid Taha : "Made in Medina"
Cranes : "Future Songs"
Motörhead : "Kiss of death"
Röyksopp : "Melody A.M."
Suzi Quatro : "Back to the drive"


Vous en avez marre des artistes engagés qui, après avoir fait établir un devis à la hausse pour la deuxième piscine de leur troisième manoir, virent une partie des fonds restants à une organisation humanitaire ? Des petits branleurs qui se gargarisent de leur statut de rock-star tout en pétant dans la soie ? Des staracadémiciens qui, après quelques semaines d’entraînement intensif et de vrai-faux rebondissements de sitcom, ressortent du château avec une personnalité de star tout neuve et un talent d’une telle luminosité qu’ils déchaînent les passions pendant au moins six mois ? Vous allez être ravis : Didier Super n’est rien de tout ça. Didier Super n’est pas engagé, n’est pas une rock-star, et n’a aucun talent. Et pourtant, sa seule existence est une immense bouffée d’air frais au sein d’un monde de plus en plus figé.

Didier Super ne sait pas chanter. Il n’a même pas le plus petit soupçon de voix. Didier Super ne sait pas non plus jouer de la musique. Ses accords de guitariste débutant et son utilisation des synthés les plus indigents de toute l’histoire de la musique contemporaine sèment l’effroi. Mais écoute-t-on George Brassens ou Jacques Brel pour leur aspect strictement musical ? Non, ces artistes ont quelque chose à exprimer. Mieux encore, ils ont la manière et le talent pour le faire et c’est le point central de l’intérêt qu’on peut leur témoigner. Didier Super aussi a des choses à dire. Mais, conscient de ses limites, notre homme a pris la voie rigoureusement inverse, à savoir tabler sur une absence totale de capacités artistiques.

Il y a quelques gros délires gras et débiloïdes (Caniche, peluche pour vieux et Majorette), des références occultes à un lapin géant bouffeur de planètes (On va tous crever), de poignantes revendications pour plus de justice sociale (Y en a marre des pauvres - d’ailleurs « Si y avait pas tous ces pauvres, y aurait pas toute cette misère »), ou un éloge du relativisme (Y en a des biens). Tout cela ne dépasse pas les trente minutes, et encore doit-on y rajouter quelques séquences live dispensables. Gag ou pas gag ?

Parce que, bien entendu, objectivement, c’est nul. Mais c’est bien le but avoué. Pris au premier degré, Didier Super est non seulement d’une nullité abyssale, mais aussi vulgaire, sexiste et raciste. Néanmoins, l’être humain étant, le plus souvent, d’une intelligence sensiblement plus élevée que le cucurbitacée moyen, quel sombre demeuré irait prendre un énergumène comme Didier Super au premier degré ? Ou même au deuxième, ou au troisième ? Non, Didier Super est à prendre à l’antépénultième degré. Didier Super élève la nullité et le minimalise au rang d’art

Une favorite dans ce grand tour de piste ? Rêve d’un monde où, sous des airs de ballade neuneu à l’optimisme imbécile, Didier Super ridiculise ceux qui s’autoproclament « tolérants » et « ouverts d’esprit » et se révèlent souvent issus du même moule que leurs opposants. Je ne résiste pas au plaisir de vous retranscrire dans ces colonnes la fin de la chanson : « Parce que, je sais pas vous, mais moi, les gens qui sont méchants, y me foutent les boules. Et d’ailleurs, si tu regardes bien, rien à qu’à leur gueule, ça se voit, y sont pas nets. Et plus ça va, et moins j’supporte de les voir passer devant chez moi, tu vois... Et si y veulent pas comprendre, j’ai des so-lu-tions / la déportation pour tous ces enculés d’intolérants / et les chambres à gaz pour tous ces fumiers de racistes / et on ré-allume les fours pour y mettre tous ces sales cons de fascistes / Et tout ceux qui pensent pas que j’ai raison, je les bute !... Sans commentaires !

C’est ça le pire, derrière la débilité intersidérale de ses textes, Didier Super fait souvent mouche, pointant du doigt des comportements qu’il n’est pas de bon ton de seulement songer à brocarder. Une bonne part de ses textes naïfs et régressifs sont frappés au coin du bon sens, du moins si on considère que le bon sens est généralement l’apanage des résidents semi-permanents du café du commerce.

Didier Super ? Fantastique. Du jamais vu, dans tout les sens du terme. D’ordinaire, quand une formation entre dans un délire de ce style, il subsiste toujours une petite parcelle de sérieux, un lien ténu avec le monde des hommes, histoire de dire « Non, mais là on déconne, on voudrait pas que vous pensiez qu’on est réellement comme ça ». Didier, lui, est un jusqu’auboutiste. Vaut mieux en rire que s’en foutre est un concept. On aborde ici le terrain de l’Art pour l’Art. Vaut mieux en rire que de s’en offusquer, ça c’est clair. Et à condition de bénéficier de cette inestimable propension à apprécier les choses les plus idiotes et minimalistes que cette planète ait à nous offrir, Didier Super est une perle !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 12 contribution(s) au forum.

Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
(1/6) 1er septembre 2006, par baron
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
(2/6) 18 août 2006, par Axel Forté
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
(3/6) 3 octobre 2005, par thibault
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
(4/6) 1er octobre 2005, par Arronax
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
(5/6) 1er octobre 2005
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
(6/6) 1er octobre 2005, par Phil




Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

1er septembre 2006, par baron [retour au début des forums]

ça va pas de dire n’importe quoi : d’un point de vue musicale , les compostitions de Brassens et de Brel sont d’un trés bon niveau ! quand on ne sait pas , on se tait !

sinon , l’article résume bien le personnage !

[Répondre à ce message]

    Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

    1er septembre 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Vous ne saisissez pas bien la nuance. J’entends par là qu’on n’écoute pas Brel et Brassens pour se manger des soli d’enfer, des percussions originales, ou une production soignée. A la limite, il pourrait n’y avoir aucune instrumentation derrière le chant, cela ne nuirait pas spécialement à l’intérêt qu’on leur porte. Du reste, Brassens est, paraît-il, extrèmement difficile à reproduire à la guitare.

    [Répondre à ce message]

      Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

      1er septembre 2006, par baron [retour au début des forums]


      vous voulez donc dire que la richesse des paroles et la qualité de l’interprétation priment ! on est d’accord !
      Les arrangements de Brassens sont trés basiques : guitare + contre basse ( parfois violon )
      Il n’en demeure ps moins que les orchestrations de Brel sont trés sophistiquées , " les paumés du petit matin " , " les flamandes " etc ...

      [Répondre à ce message]

    Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

    23 décembre 2006 [retour au début des forums]
    http://boulets.com


    Je suis son + grand fan et vous avez oublié de dire qu’il était vulgaire et méchant:merci de réparer cette injustice

    [Répondre à ce message]

Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

18 août 2006, par Axel Forté [retour au début des forums]

Bravo pour l’article, t’as tout dit. Et longue vie a Didier !

[Répondre à ce message]

Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

3 octobre 2005, par thibault [retour au début des forums]

Pour le côté absurde, autant aller voir du côté de Katerine, pour le débile-profond sale et affreux, on avait déja "Michel, l’ingénieur informaticien". Niveau scénique, Marcel et son Orchestre, c’est quand même autre chose.

Y’a des références qui s’oublient ma brave dame. ;)

[Répondre à ce message]

Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

1er octobre 2005, par Arronax [retour au début des forums]

Du strict point de vue musical, George Brassens et Jacques Brel en remontrent à beaucoup de monde.

[Répondre à ce message]

    Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

    1er octobre 2005 [retour au début des forums]


    Aux garagistes, aux agents immobiliers, aux tourneur-fraiseurs, aux reggae-men, aux temoins de Jehovah aux opticiens-ebenistes, et aux rappeurs. C’est clair que ça en fait, du monde...

    [Répondre à ce message]

Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

1er octobre 2005 [retour au début des forums]

Je viens de telecharger le clip "Y’en a des biens"... Je sais pas si c’est l’heure tardive ou c’est c’est vraiment drole, mais chuis mort de rire.
Encore une decouverte "Rock n roll" grace à pop-rock, merci
Bon, je vous quitte je vais telecharger le clip suivant ça s’appelle "prendre un gros con par la main", ça donne envie :-)))))))))))

[Répondre à ce message]

Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

1er octobre 2005, par Phil [retour au début des forums]

Content de voir une chronique de Didier Super ici ! Il mérite qu’on en parle, ne serait-ce que pour... en parler. ;)

— > Ca c’est de la promo !

[Répondre à ce message]

    Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

    7 novembre 2005 [retour au début des forums]
    didier super


    Extrordinaire album didier super Au début je croyais que c’était une parodie et puis la rythmique, l atmosphère sombre et angoissante générée par des synthétiseurs tres travaillés me donne vraiment l’impression d’être un privilégié d’avoir pu ecouter cet album. Les textes sont de plus profonds et engagés. J ai lu récemment dans un magazine sérieux qu’ Alan wilder voulait travailler avec lui.

    [Répondre à ce message]

      Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"

      4 mai 2006, par yopi [retour au début des forums]


      tes commentaire à propos de "Rêve d’un monde" me font plus rire que les textes de didier super !! morale du texte : les gens se revendiquant tolérants sont parfois aussi intolérants que les intolérants ... c’est très relevé ! ça fait vraimant mouche comme tu dit...

      allons, Didier super ne cherche surement pas à cacher des sentances
      philosophique derrières ses textes qui sont auto proclamé débiles et le sont effectivement. Et si je me trompe, alors il est vraiment con...

      [Répondre à ce message]