Pop-Rock.com



Depeche Mode : "Exciter"
Pas un retour, une confirmation !

jeudi 24 octobre 2002, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Spleen United : "Neanderthal"
Ian McCulloch : "Slideling"
Marilyn Manson : "The high end of low"
Bon Jovi : "Lost Highway"
Friendly Fires : "Friendly Fires"
Radio 4 : "Enemies like this"
Mesh : "We collide"
Paul McCartney : "Memory almost full"
Jarvis Cocker : "Further complications"
Guillemots : "Through the window pane"


Pour la vingtième année de sa carrière, Depeche Mode ne nous a pas déçu. Après dix albums studio, ils nous reviennent en 2001 avec un beau cadeau. Treize plages de bonheur. Exciter, produit par Mark Bell (Björk, LFO), amène une nouvelle fois DM là où on ne les attend pas ! Pas question de répéter de vieilles formules qui ont rapporté gros, ou de s’enliser dans des terrains qui ne leur correspondent pas. Ils font ce qu’ils savent faire de mieux, nous transporter là-bas tout là-haut, dans cette extase dont on aimerait ne jamais revenir. Là où on ne peut plus dire que deux choses : "merci" et "encore !"

Une fois n’est pas coutume, je vais vous présenter cet album plage par plage.

- Dream on : Dès les premières secondes, on sait à quoi s’attendre pour le reste de l’album : un savant mélange de rythmes électroniques et de guitares bluesy. Avec comme toujours le songwriting imparable de Monsieur Martin Gore. Il est encore une fois question de drogues, mais de façon plus optimiste qu’à l’époque de Devotional. Il s’agit du premier single de l’album.

- Shine : Un morceau qui aurait sans problème pu figurer sur Violator. Une ambiance envoûtante, un chant chaud, un tempo lent qui se termine en véritable explosion électronique et des paroles qui rappellent World in my eyes. Le parfait cocktail qui nous donne envie de paraphraser le refrain : it’s difficult no to shine for them.

- The sweetest condition : Le titre rappelle un célèbre morceau de Violator, mais on en est cette fois assez loin. La première note donne le ton et installe un climat assez recueilli où la guitare tient le premier rôle.

- When the body speaks : Une section de cordes de six musiciens, emmenée par Knox Chandler, rejoint le groupe pour cette ballade romantique lente et reposante. Certains pensent cette chanson et le climat qu’elle dégage inspirés par Radiohead.

- The dead of night : Après le beau temps arrive la tempête ! Un morceau avec sons électroniques corrosifs, voix distordues, paroles dark et refrain explosif. Un véritable hommage aux groupes gothiques qui ont souvent "pompé" les thèmes du groupe, Marilyn Manson en tête !

- Lovetheme : Court intermède instrumental qui permet de se remettre de l’uppercut The dead of night et qui sert d’intro au morceau suivant.

- Freelove : On parlait de ce titre comme du single qui allait détrôner Enjoy the silence. Il aurait fallu pour cela accélérer le tempo. On voit ici le vide laissé par Alan Wilder. Martin préférait en faire une ballade. Le résultat est assez réussi, grâce à la qualité du chant et au refrain accrocheur. On peut quand même reprocher au producteur son approche commerciale et ses arrangements un peu légers.

- Comatose : Chanté par Martin Gore himself, il s’agit d’une ballade très lente un peu moins convaincante et un cran en dessous de classiques du genre comme One caress.

- I feel loved : Retour à l’électro avec ce single au tempo beaucoup plus rapide et agressif, avec l’apport du percussionniste Airto Moreira. Les paroles sont un peu naïves mais le chant et le rythme percutants.

- Breathe : Le but de Martin en écrivant cette chanson, qu’il chante lui même, était de sonner un peu comme un slow émouvant de crooner des années 50. C’est réussi. Deux thèmes récurrents sont revisités : l’amour trahi et la religion. En effet, tous les prénoms cités dans l’histoire sont ceux de personnages bibliques.

- Easy tiger : Nouveau court intermède instrumental, un rien psychédélique. Le remix par Bertrand Burgalat & A.S. Dragon, disponible en maxi, est indispensable !

- I am you : Clairement inspiré par l’album Mezzanine de Massive Attack, il s’agit d’un morceau chargé d’émotion. Une belle surprise, et la toute première expérimentation trip-hop de Depeche Mode.

- Goodnight lovers : Dernière chanson de l’album, mais aussi dernier single à en être tiré. Inspiré par Sunday morning du Velvet Underground, il s’agit d’un morceau lent, petite berceuse pour amoureux avec cette conclusion fataliste : when you’re born a lover, you’re born to suffer...



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Depeche Mode : "Exciter"
(1/3) 7 juillet 2016
> Depeche Mode : "Exciter"
(2/3) 3 mai 2005, par lkj
> Exciter
(3/3) 20 novembre 2002, par Julien Tholet




Depeche Mode : "Exciter"

7 juillet 2016 [retour au début des forums]

Nice review. I couldn’t agree more of this review. I like the music too. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

> Depeche Mode : "Exciter"

3 mai 2005, par lkj [retour au début des forums]

J’aime beaucoup Black Celebration et Violator mais ces deux galettes ne sont pas toutes récentes (années 80).
Ce qui a suivie était pas mal mais très inégal avec de belles choses et du fade également.

Je considère Exciter comme le meilleur album de DM malgrés une production un peu convenue.
Exciter est une sorte d’album de blues binaire,de soul glaciale orchestrée par des machines dont on entend les battements de coeur.

DM est débarassé de ses tics qui m’exaspéraient et Dave Gahan chante enfin sans idée de style à donner.C’est d’ailleur une raison pour laquelle la production donne dans une tonalité vocale et fait perdre les points de repères habituels du groupe.

On a pas mal descendu ce disque parce que peut-être il n’y avait aucun titre accrocheur, aucun single qui se démarquait avec évidence (domaine où excelle DM).Et pourtant les chansons sont à mon humble avis d’une beauté affolante.

Vivement le prochain !

[Répondre à ce message]

> Exciter

20 novembre 2002, par Julien Tholet [retour au début des forums]

Un grand album de Depeche Mode...

Cette fois, l’émotion est présente. Un opus qui marque un retour à un certain bien-être pour trois hommes qui ont traversé le désert en même temps qu’il connurent la gloire.

Certes, on sent nettement l’absence d’Alan Wilder dans le tapis sonore ains que dans les arrangements, mais Mark Bell apporte sa griffe.

Martin Gore s’inspire encore et sa voix dégage un certain enchantement dans leus deux morceaux qu’il interprète.

Quant à Dave Gahan, il retrouve le niveau qui fut le sien sur Violator, onze ans auparavant. La voix est profonde, lourde, travaillée et comme son blond comparse, dégage une chaleur certaine.

Bref, Depeche Mode est de retour, dans une approche sonore différente, mais toujours dans leur style. 13 plages de bonheur pour les puristes.

[Répondre à ce message]