Pop-Rock.com



David Bowie : "Reality"
An Englishman in New-York

dimanche 28 septembre 2003, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Strokes : "First impressions of Earth"
Buraka Som Sistema : "Black Diamond"
Band Of Horses : "Cease to begin"
Robyn : "Robyn"
The Twilight Sad : "Fourteen autumns and fifteen winters"
The Offspring : "Splinter"
MGMT : "Oracular Spectacular"
Troels Abrahamsen : "WHT"
Ghost Circus : "Across the line"
Tori Amos : "The beekeeper"


Chaque nouvel album de David Bowie est attendu au tournant. Les deux derniers, Hours et Heathen, pourtant de loin supérieurs à la plupart de ses productions des années 80, n’ont pas eu les faveurs de bon nombre d’irréductibles. 34 ans après Space oddity, le grand David est pourtant toujours aussi fringuant...

Critiquer ce nouvel album est à nouveau un exercice plus que périlleux. Un peu comme au moment de donner un verdict au sujet du dernier Radiohead, je me sens complètement pris au dépourvu. Piètre critique direz-vous ? Peut-être... A vrai dire, je n’ai pas envie de repêcher des phrases à droite à gauche et de broder un article « parce qu’il faut bien ». En ce sens, je préfère vous avouer humblement mon impuissance. Les mots me manquent face à cette œuvre. Mon envie serait de vous dire just buy it ! Mais là encore, il vous faudrait écouter l’objet plus d’une fois pour comprendre mon sentiment... Bowie ne fait pas ici dans l’easy listening.

Je suis complètement désorienté par cette habilité du maître à passer d’un registre à l’autre. En ce sens dire « cet album est plus rock que le précédent » - ou ce genre de phrases trop souvent entendues - relèverait de la bêtise. Reality est complètement différent de Heathen ou de tout autre album précédent... En cherchant bien, on trouvera quelques similitudes avec Scary monsters, par-ci par-là. Peut-être même un refrain proche de Hunky Dory, mais c’est tout.

Que les plus pessimistes se rassurent, malgré l’immense tournée des stades annoncée, il ne s’agit en aucun cas d’un Let’s dance bis. Reality est tout sauf commercial ! Il nous emmène dans des contrées encore inexplorées, avec Bring me the disco king une chanson écrite dans la plus pûre tradition jazz et qui doit à nouveau beaucoup au pianiste Mike Garson. Le single New killer star remet les pendules à l’heure et mouche du même coup les Strokes (dont nous attendons le deuxième album de pied ferme) et autres jeunots : Bowie est toujours le plus grand !

Comme il a voulu l’indiquer sur l’artwork de sa pochette, il est aussi plus jeune que jamais (Never get old). J’ai lu quelque part que son chant semblait par moment inspiré par celui de Brett Anderson (Suede). N’est-ce pas inverser les rôles quand on connaît l’admiration sans borne d’Anderson pour le mythe Bowie ? D’un autre côté, ce ne serait pas la première fois que ce dernier rendrait hommage à l’un de ses disciples (souvenez-vous de Morrissey, Placebo ou encore les Dandy Warhols, ses nouveaux compagnons de jeu).

Never change a winning team semble-t-il nous dire, en confirmant son producteur fétiche Tony Visconti aux commandes. Sur certains morceaux, les fidèles Carlos Alomar, Matt Chamberlain et David Torn viennent renforcer la dream team. Bowie est fidèle à ses musiciens, fidèles à ses convictions et également fidèle à ses fans...

En effet, alors qu’il pourrait tranquillement vivre de ses rentes et mener une existence paisible auprès de sa famille, Monsieur Bowie préfère se remettre à nouveau en question, avec un nouvel album et une tournée mondiale, sa plus importante depuis des lustres. Le moins qu’on puisse écrire est qu’il n’a pas cette fois choisi la facilité. Etre là où on ne l’attend pas semble être devenu son jeu préféré. Mais ceux qui pensent qu’il n’y a qu’un Bowie, comme il n’y a qu’un Mick Jagger ou qu’un Puff Daddy se trompent. Il y en a une multitude : ils jouent du funk, du glam-rock, de la drum’n’bass, de la pop, de l’électro, même du métal. Reality est une nouvelle pièce de ce puzzle complexe et fascinant. Pas juste un album en plus.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Audrey
(1/4) 13 mai 2015, par Audrey
David Bowie : "Reality"
(2/4) 11 décembre 2013, par Selda
> Reality
(3/4) 18 décembre 2003, par Uncle Luke
> Reality
(4/4) 29 septembre 2003, par thierry




Audrey

13 mai 2015, par Audrey [retour au début des forums]

J’aimerais énormément en savoir plus sur cette idée.

défibrillateur implantable utilisation du défibrillateur fonctionnement défibrillateur prix d un défibrillateur

localisation défibrillateur défibrillateur manuel defibrillateur semi automatique défibrillateur obligatoire localisation défibrillateur prix défibrillateur achat défibrillateur défibrillateur cardiaque prix vente défibrillateur comment utiliser un défibrillateur défibrillateur cardiaque implantable défibrillation cardiaque défibrillation cardiaque

[Répondre à ce message]

David Bowie : "Reality"

11 décembre 2013, par Selda [retour au début des forums]

Les pensées et les idées publiées ici sont impressionnants. Merci pour le partage. Continuez votre bon travail. check out miami real estate on google+

[Répondre à ce message]

> Reality

18 décembre 2003, par Uncle Luke [retour au début des forums]

C’est toujours le même problème avec Bowie : depuis quelque temps, dès qu’il refait un album, les uns proclament que c’est "le meilleur depuis Scary Monsters", et d’autres disent que c’était bien mieux "avant" (c’est-à-dire avant Scary Monsters), et qu’il n’a plus la pêche.

En fait, depuis que sa "période années 80" (selon l’artiste lui-même, une descente aux enfers) est terminée, Bowie a recommencé à faire de bons albums qui, en plus, sont des succès commerciaux. Du coup, il a retrouvé son statut de star, mais maintenant, tout le monde l’attend au tournant et exige qu’il refasse des chefs-d’oeuvre. Des albums pas seulement "bons", mais géniaux ! Tout a commencé avec "Earthling" (voire avec "Outside"), et ça a continué avec tous les autres.

Avec "Reality", c’est la même chose : un tas de gens veulent du "Scary Monsters". Pourquoi ? Parce que "Scary Monsters" est non seulement le dernier chef-d’oeuvre reconnu de Bowie, mais aussi son dernier album tout simplement "bon" avant sa période 80’s. Du coup, soit on crie (à tort ou à raison) au génie retrouvé, soit on est très déçu et on boude.

Personnellement, j’attends d’écouter "Reality" pour me faire mon opinion. Je dirai simplement que "le meilleur album depuis *biiip*", même si c’est excessif, c’est toujours mieux à prendre que "le pire album depuis ’Never Let Me Down’". Pourquoi on ne se contenterait pas d’un "bon" album avec de bonnes chansons qui nous fassent vibrer ? "Earthling", par exemple, m’a fait assez vibrer pour que je m’intéresse à nouveau à Bowie.

[Répondre à ce message]

> Reality

29 septembre 2003, par thierry [retour au début des forums]

j’aime bien la comparaison avec radiohead..en effet cet album est tout aussi inclassable..mais indispensable celà va de soi :-)

Bowie artiste libre ????????????
oui je le crois et c’est un privilège rare..

[Répondre à ce message]

    > Reality

    30 septembre 2003, par Titi Oldton [retour au début des forums]


    A lire cet article ou, curieusement, il n’est nulle part question de musique, on en oublierait presque que Bowie, artiste jeune car refait de partout, n’est plus que l’ombre de lui-meme.

    Il faut dire que l’ami Bowie n’a jamais ete que quelqu’un qui savait s’entourer (Ronson, Eno, Fripp, Iggy Pop, Lou Reed voire meme Gabrels).

    Apparemment, plus personne ne l’entoure, aujourd’hui. Sauf son chirurgien esthetique, bien entendu.

    [Répondre à ce message]

      > Reality

      25 décembre 2003, par likma [retour au début des forums]


      hem hem....Les collaborations de bowie avec Iggy pop et Lou Reed se sont seulement faites sur les albums des 2 americains.D’ailleurs,leurs meilleurs albums sont ceux issus de ces collaborations:the idiot et raw power pour Iggy et transformer pour lou reed(en solo !!).De meme,celui ci a commencé a se travestir apres avoir rencontré le thin white duke...Concernant Eno,il est surtout recconu pour ses travaux avec bowie.Si le genie l’habite tant ,pourquoi ne retient on pas roxy music ou ses productions avec U2.
      Enfin gabrel,fripp et Ronson n’ont rien fait sans david.d’ailleurs ce dernier n est pas un genie instrumental,il l’est pour la composition et l avant gardisme.
      Donc,bowie restera le plus grand genie musical du XXeme.

      [Répondre à ce message]

        > Reality

        31 mars 2006, par ubik [retour au début des forums]


        putain mais cest pas vrai ? alors comme ca bowie ne paticipe qu aux album d iggy pop ? et tonight ?
        eno est surtout recconu pour ses traveaux avec bowie ? ces albums post roxy etaient archi connus de plus il a travaillé avec un peu tout le monde et reste a mon avis plus connu pour ses collaboration avec roxy et u2 et talking heads entre autres.
        fripp et ronson n ont rien fait sans david ? alors ca c est enorme !!!!! king crimson c etait phil collins peut etre ? et ronson qui a multiplié les production pour d autres est pour certain plus adulé que david lui meme....
        0 pointé mon gars (ou fille ?)révise et arrette de dire des conneries plus grosse que toi
        quand a david lui meme n en deplaise au message plus haut il etait, il est et il sera toujours un pur genie musical ....

        [Répondre à ce message]