Pop-Rock.com



Daan : "Victory"
Meilleur album belge de l’année ?

mercredi 18 août 2004, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Washington : "A new order rising"
Tali : "Lyric on my lips"
Dot Allison : "We are science"
Kelly de Martino : "Honest"
Yeah Yeah Yeahs : "Fever to tell"
Lostprophets : "Start something"
HIM : "Love metal"
Grinderman : "Grinderman"
Nickelback : "All the right reasons"
Garbage : "Bleed like me"


A force de toujours parler de la « nouvelle scène belge » dont les principaux représentants sont basés en Wallonie et à Bruxelles, on en oublierait presque que, pendant les deux dernières décennies, c’est en Flandre que tout ce passait. Avec des groupes comme dEUS et Dead Man Ray, Anvers était alors la capitale belge du rock alternatif. Daan Stuyven, survivant de cette époque et chanteur des derniers cités, revient en solo avec Victory, un album d’une rare richesse, qui pourrait bien replacer l’épicentre musical du plat pays quelques kilomètres au nord...

Graphiste et musicien, Daan a touché un peu à tout avant de rejoindre le déjà culte Dead Man Ray, formé par Rudy Trouvé, membre fondateur de dEUS. Il y apporte son goût certain pour la pop électronique et l’usage des ordinateurs, qui font mouche au contact du rock électrique de Trouvé et des influences jazz du guitariste Elko Blijweert. Le tout est expérimental, parfois bruitiste, souvent intimiste et appartient à un style difficilement définissable. Daan s’y sent sans doute un peu à l’étroit et entreprend, dès 1999, de travailler en solo, parallèlement à ses activités avec le groupe. Dead Man Ray étant actuellement en pause (jusque 2005 à en croire leur site officiel), Rudy Trouvé en profite pour tourner avec son sextet et Daan pour nous proposer une nouvelle galette, sortie un peu plus tôt cette année.

Si vous espériez un album de rock, passez votre chemin. Daan use et abuse ici de ce qu’il préfère par dessus tout : l’électronique ! La tendance était déjà bien marquée sur ses disques précédents et elle se confirme ici sans la moindre équivoque. Rien d’étonnant dans la mesure où, du haut de sa petite quarantaine, le gaillard cite Violator de Depeche Mode comme un de ses principaux albums de chevet, aux côtés des classiques de Bob Dylan, Johnny Cash et... du premier Duran Duran.

Victory, l’authentique hymne qui ouvre les hostilités, peut ainsi, dans la construction du morceau, évoquer le World in my eyes de Depeche Mode. Avec ses bruitages sur lesquels se greffent des vagues de synthétiseurs et la voix posée du chanteur, l’influence peut sembler évidente... du moins jusqu’à ce qu’il se mette à rapper. Un flow hip-hop trouve en effet sa place entre les refrains chantés, et ça ne choque pas le moins du monde. On pense à Justin Warfield et Brian Molko sur Spite & Malice de Placebo, sauf qu’ici Daan assume les deux rôles lui-même, prouvant une nouvelle fois ses capacités vocales hors du commun.

Entièrement seul derrière ses machines pour ce premier morceau, il est rejoint dès la deuxième plage, Lie, par un guitariste, un bassiste et un batteur. Pourtant sa voix prédomine, méconnaissable, explorant des sonorités funk et soul avec une destabilisante décontraction. On glisse vers la disco, avec Eternity, où le chant rappelle les Bee Gees. Galaxy emmène ensuite Daan sur le terrain d’une pop plus classique, à forts relents dance malgré la présence d’une section de cordes et d’un vibraphone. Sur Addicted, c’est une voix chaude, sensuelle et une ambiance proche de l’univers de Prince qui nous sont proposées. En bref, chaque plage amène son lot de surprises, tant par les modulations vocales dont l’abus semble être érigé en règle absolue, que par les styles musicaux abordés.

La claque de l’album arrive avec l’instrumental Housewife, énormissime bombe electro-pop dont les imparables déflagrations devraient pouvoir transformer n’importe quel dancefloor du monde en authentique brasier. Long de plus de six minutes, ce titre, que ne renieraient pas DJ Shadow et les Chemical Brothers, pourrait bien être le meilleur tube dance alternatif de 2004. Elko Blijweert, partenaire de Daan dans Dead Man Ray, y fait une discrète apparition à la guitare.

Livré dans un superbe boîtier cartonné dépliable réalisé par l’artiste lui-même, Victory est un disque qu’on devine très personnel. Raffiné et élégant comme son auteur, il ravira les auditeurs qui partagent sa curiosité et son ouverture d’esprit. Certains diront que, faute d’avoir trouvé son propre style, Daan s’y essaie un peu à tout. Peut-être, mais il le fait chaque fois avec brio, nous amenant souvent à apprécier des rythmes que nous n’aurions sans doute pas écoutés dans d’autres circonstances. Et puis pourquoi se cantonnerait-il dans un seul genre quand il peut en maîtriser une demi douzaine avec le même talent ?



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Daan : "Victory"
(1/2) 29 novembre 2005
> Daan : "Victory"
(2/2) 20 août 2004, par L’anonyme de me 2




Daan : "Victory"

29 novembre 2005 [retour au début des forums]

daan !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! c’est tous ce que je dois dire ! il n’y a personne comme D A A N !

[Répondre à ce message]

> Daan : "Victory"

20 août 2004, par L’anonyme de me 2 [retour au début des forums]

Je sais que mon post n’a aucun rapport avec l’album chroniqué ci-dessus, mais j’ai écrit là où les forums ne sont pas "modérés à priori".

Je voulais juste faire remarquer aux administrateurs du site d’arrêter la censure de mes posts. C’est peut-être une coïncidence que mes différents messages ne sont toujours pas présents environ deux jours après leurs envois. Peut-être aussi que les rédacteurs sont débordés de travail, et qu’ils ne peuvent plus publier en ligne les posts aussi rapidement qu’avant.

Mais mettez à ma place, vous trouveriez étrange qu’aucun de vos posts ne soient diffusés sur le site.
Je me trompe peur-être lorsque je parle de "censure". Mais s’il s’avère que "Pop-Rock" agit de la sorte, il serait bien dommage de constater que les dirigeants de ce site n’acceptent pas qu’on les contredise, qu’on leur pose des questions "gênantes" ou tout simplement qu’on leur expose la vérité en face.

Vous me prouveriez le contraire si vous répondez à ce post en m’expliquant la situation de façon non-violente. En tout cas, j’espère sincèrement que je me trompe.

[Répondre à ce message]