Pop-Rock.com



Cecilia Eyes : "Echoes from the attic"
Classique, peut-être... mais tant que c’est bon !

mercredi 10 mai 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Blackmore’s Night : "Ghost of a rose"
Manu Chao : "Baionarena"
Tracey Thorn : "Out of the woods"
Beirut : "The flying club cup"
Two-Star Hotel : "Two-Star Hotel"
Eyeless In Gaza : "Summer salt & subway sun"
B.B. Brunes : "Nico teen love"
Pet Shop Boys : "Fundamental"
John Frusciante : "The will to death / Automatic writing / DC EP / A sphere in the heart of silence"
Cat Power : "The Greatest"


Un groupe aussi estimé qu’Explosions In The Sky ne pouvait que susciter des vocations à toute une génération de guitaristes suffisamment doués et peu enclins à enchaîner une rythmique de quatre accords pendant trois minutes quarante. Cecilia Eyes, jeune formation wallonne, le démontre à nouveau avec ce premier album auto-produit dans la droite lignée du groupe texan.

Le post-rock est en soi un genre qui nécessite de l’auditeur de l’attention et de la patience. Les morceaux sont en général trop occupés à déployer leurs ambiances ou à se construire sur la longueur pour pouvoir être correctement appréhendés dans les embouteillages ou au bureau. Résultat des courses : ce type de musique est parfois catalogué d’intellectuel, alors qu’il ne fait en fait qu’exposer une émotion brute et s’adresse aux tripes sans passer par l’hémisphère gauche. S’il y a un genre qui ne s’analyse pas, c’est bien celui-là.

Cecilia Eyes parvient tout de même, ce qui est rare, à proposer un album typiquement dans la veine du post-rock sans risquer d’être taxé d’élitisme. La recette ? Des chansons d’un format conventionnel, qui ne partent pas dans tous les sens et développent chacune un seul son, une seule ambiance. Tout cela rend l’ensemble homogène et digeste.

Au niveau des bons, voire même des très bons points, on signalera l’ouverture de l’album, My clothes don’t fit me no more, puissant et énergique. Avec une mention particulière au batteur qui a l’air de sacrément en vouloir à ses fûts pour les laminer de la sorte. Goodbye the sky, qui suit directement est l’autre pièce de résistance de l’album. C’est sur ce titre aérien et inspiré que l’on se laisse le plus submerger par la musique. Les musiciens sont talentueux, la musique est poignante. Et on a même droit au sourire de la crémière.

La suite est à l’avenant. Un autre morceau rapide, mais avec moins de panache. D’autres titres paresseux mais moins langoureux. Petit bémol (outre la durée excessivement courte du disque : 28 minutes à peine), la reprise de The airscrew part 1 & 2, chantée par Johanne Lovera (Popscene, Agent 5.1). Non seulement la version instrumentale proposée dans l’album se suffit largement, mais en plus le chant ne colle pas du tout à la musique. On passe.

Tout cela reste d’un excellent niveau, et les guitaristes font preuve d’un véritable feeling, mais il manque parfois une petite touche d’originalité, d’audace, de folie. Le groupe joue la musique qu’il aime, et il la joue bien, mais il ne joue pas (encore) SA musique, celle qui lui est personnelle et lui permettrait de se faire un nom. Tout cela en fait un album à recommander principalement aux inconditionnels du post-rock, à qui les ambiances éthérées et reposantes de One million whales ou The airscrew part 1 & 2 procureront leur lot de sensations et de plaisir.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Cecilia :: Eyes : "Echoes from the attic"
(1/1) 11 mai 2006, par Xav, le lamineur acharné




Cecilia :: Eyes : "Echoes from the attic"

11 mai 2006, par Xav, le lamineur acharné [retour au début des forums]
http://www.ceciliaeyes.be

Merci pour cette critique ! Pour ceux qui veulent nous connaître davantage ou se procurer l’EP autoproduit, visitez notre site Web : www.ceciliaeyes.be ou envoyez un mail à cecilia.eyes@hotmail.com. Merci et A+

[Répondre à ce message]