Pop-Rock.com



Bruce Springsteen : "Magic"
Magique ? Pas si sûr...

jeudi 25 octobre 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bryan Ferry : "Dylanesque"
Kelly de Martino : "Honest"
Garbage : "Bleed like me"
Great Lake Swimmers : "Ongiara"
Robots In Disguise : "Get rid"
Interzone : "Deuxième jour"
My Little Cheap Dictaphone : "Small town boy"
Nashville Pussy : "Get some"
Queen Adreena : "The butcher and the butterfly"
Panico : "Subliminal kill"


Vous savez, j’ai dû sévèrement batailler pour que Marc Lenglet puisse me laisser chroniquer ce nouvel album du Boss. Mais finalement le voici ! Et me voilà comme une folle à pouvoir me régaler de ce nouvel album qui reste dans la lignée de The rising avec, une fois de plus, la résurrection d’un E-Street Band plus en forme que jamais.

Il faut l’avouer, la tonalité juvénile de cet album y est sans doute pour quelque chose, et après l’escapade représentée par We shall overcome : the Seeger sessions et de son exploration des racines musicales américaines, Springsteen avait sans doute besoin de revenir vers ses racines à lui. A maints égards, ce nouvel album possède le charme héroïque de Born to run, avec un peu d’âge en plus, bien évidemment. Dès que l’on a passé l’entrée principale, à savoir le percutant single Radio nowhere et son rock assumé, on découvre les multiples facettes d’un album qui se veut tout simplement excellent, exploitant tous les talents musicaux d’un E-Street Band très inspiré et d’un Springsteen toujours aussi doué pour les mélodies immédiates. L’album est énergique et peut se vanter d’aller droit au but.

Girls in their summer clothes ou encore Livin’ in the future sont des titres qui, à titre d’exemple, font la part belle aux cuivres et conviendront amplement aux férus d’americana et aux fans des travaux du Boss. Et pourtant, il semble que quelque chose cloche dans cet album. Cet album est intégralement bon, voire très bon par certains aspects, mais il s’égare. Entendons-nous bien : aucun titre n’est à jeter, comme d’habitude chez Springsteen, mais il se passe quelque chose sur ce disque qui était absent de The rising : on a la désagréable impression, au bout de plusieurs écoutes, que le disque se répète et que Springsteen est en train de recycler des vieilles mélodies : sur Long walk home, c’est par exemple Two faces que l’on a l’impression d’entendre parfois en filigrane. Et malheureusement, ce morceau n’est pas la seule exception. Alors OK, vous me direz qu’après une carrière aussi prolifique, il est normal que ce genre d’accident puisse arriver, d’autant que Springsteen joue dans un registre qui permet largement ce genre d’occurrence, sans que ce soit grave, bien au contraire.

Certes, mais cela ne poserait aucun souci si, de surcroît, il n’y avait pas cette opposition phénoménale entre le single phare Radio nowhere et le reste de l’album. Alors que l’on s’attend à un véritable album de rock, après les riffs acérés du titre mentioné, on se retrouve un peu floué par les onze autres chansons qui semblent parfois se mordre un peu la queue en utilisant des thèmes musicaux très semblables. Indémodable et fidèle à lui-même pour les uns, dépourvu de nouveauté pour les autres, ce Springsteen cru 2007 laissera sans doute quelques cicatrices parmi les fans du Boss et ne saura pas contenter tout le monde, certainement pas les plus exigeants. Un album qui reste cependant très honnête et surtout nettement honorable ; attention, on est quand même dans du Springsteen !



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Bruce Springsteen : "Magic"
(1/1) 21 octobre 2016




Bruce Springsteen : "Magic"

21 octobre 2016 [retour au début des forums]

This album was highly recognized by critiques as well as the fans. - Bath Planet

[Répondre à ce message]