Pop-Rock.com



Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"
The devil is in the details

mercredi 2 mars 2005, par Nicolas Thieltgen

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bat For Lashes : "Fur and gold"
dEUS : "Vantage point"
John Cale : "5 Tracks"
I Am X : "Kiss + Swallow"
Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra & Tralala Band : "13 blues for thirteen Moons"
Uriah Heep : "Wake the sleeper"
I Love You But I’ve Chosen Darkness : "Fear is on our side"
Elliott Smith : "From a basement on the hill"
The Rakes : "Ten new messages"
Crippled Black Phoenix : "A love of shared disasters"


La rumeur venue d’Angleterre enfle depuis quelques semaines : Conor Oberst, la tête pensante de Bright Eyes, serait à lui tout seul Bob Dylan, Neil Young, Johnny Cash et ses deux nouveaux albums, l’électronique Digital Ash for a Digital urn et le classique I am wide awake, It’s morning seraient de nouveaux Mellow Gold et OK Computer pour le siècle débutant. Une fois de plus, on répondra à la rumeur de se calmer et d’éviter la surchauffe : si Conor Oberst est un songwriter doué, son art mérite encore de s’affiner...

Conor Oberst est un garçon ambitieux, on ne peut lui dénier cette qualité. Agé d’à peine 24 ans (ce qui équivaut à l’âge du bac à sable en matière de musique folk), notre garçon a aujourd’hui à son actif une discographie longue de six albums ainsi qu’un label dont il est la cheville ouvrière (l’alternatif Saddle Creek). Conor Oberst est également un garçon déjà très en vue pour son âge dans le milieu du folk alternatif US. Repéré dans nos contrées il y a de cela deux ans et demi avec le lumineux Lifted, le buzz critique autour de sa personne n’a cessé de grandir depuis pour culminer aujourd’hui avec la sortie de ses deux nouveaux albums, le torturé Digital for a digital urn et le limpide I aw wide awake, It’s morning. On n’est également pas loin d’un début de reconnaissance publique plus large, alors que ses deux albums se vendent actuellement très bien en Angleterre, si bien d’ailleurs que la plupart des grandes chaînes de magasins de disques anglaises étaient en rupture de stock il y a de cela deux semaines et que Saddle Creek a dû faire represser en catastrophe quelques milliers de nouveaux exemplaires pour pallier à la demande grandissante du public.

Que dire néanmoins de ces deux faux jumeaux antagonistes, portés aux nues par une partie très large de la presse musicale actuelle sinon que l’on reste un peu circonspect devant tant d’enthousiasme de la part de rock-critics qu’on a connu plus prudents ?

Digital Ash in a digital urn est le plus expérimental des deux. Enregistré avec la complicité de Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs, l’album est censé représenter la face la plus aventureuse du travail de Bright Eyes, quelque part entre Beck pour son côté foutraque et The Cure pour cette tension entre pop sautillante et désespoir profond (dont Hit the switch est le parfait exemple). Si l’on ne peut dénier à Conor Oberst de grandes prédispositions à trousser de splendides mélodies crève-cœur (voir le bouillonnant Gold Mine Gutted), il faut néanmoins constater que bien souvent ses petites pépites sont noyées dans une bouillie sonore qui vire à l’indigeste. Les bonnes idées sont là et il arrive parfois qu’elles atteignent leur cible (voir le sombre Down in a rabbit hole et son final à cordes tourmenté). Hélas, c’est encore trop souvent que sa production manque de direction et part dans tous les sens (Take it easy (Love nothing) et son trop plein d’idées qui noie la chanson). Au final, l’album passe plus pour un petit caprice de génie pour lequel Conor Oberst, noyé dans les détails, n’a pas su faire de choix et a préféré empiler les couches de sons. The Devil is in the details, comme le dit si bien une des chansons de cet album.

Après le fiel, un peu de miel... Tout en arpèges de guitare acoustique, I am wide awake, it’s morning nous ramène, lui, en terrain connu. Evoquant le Neil Young champêtre de Harvest, Bright Eyes y propose un country-folk racé et émouvant. Que ce soit en duo avec Emmylou Harris sur le déjà classique We are nowhere and it’s now ou en solo sur le touchant First day of my life, Conor Oberst y est à son aise et propose une musique certes sans surprise mais qui saura contenter quiconque apprécie ce type de musique évoquant un feu qui crépite au milieu d’une clairière...

En conclusion, on dira que I am wide awake, It’s morning et Digital ash for a digital urn ne sont certainement pas les deux chefs-d’œuvre annoncés ci et là. On y verra plutôt deux albums charnières, l’un où Conor Oberst dresse brillamment le bilan de ses acquis et l’autre où il expérimente et cherche de nouvelles voies pour le futur, sans néanmoins encore proposer une musique aboutie qui confirmerait les espoirs placés en lui. On se revoit au prochain album ?



Répondre à cet article

Nicolas Thieltgen





Il y a 9 contribution(s) au forum.

> Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"
(1/2) 11 mars 2005, par lkj
> Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"
(2/2) 10 mars 2005, par Jé




> Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

11 mars 2005, par lkj [retour au début des forums]

Salut,

Attention ce post contient un avis sans argumentation :
"Digital ash for a digital urn" est un chef d’oeuvre.

Comment ça c’est subjectif ?

[Répondre à ce message]

    > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

    11 mars 2005, par Nicolas Thieltgen [retour au début des forums]


    Que puis-je rajouter à cette splendide déclaration d’indépendance ?

    [Répondre à ce message]

      > > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

      11 mars 2005, par lkj [retour au début des forums]


      Flagorneur va.

      Plus sérieusement je ne comprends pas ce que tu entends par "bouillie sonore".Non parce que tu parles aussi de Beck dans ta chronique et disons que par exemple "Mellow Gold" n’étais pas un modèle de lissage auditif.Donc je ne pige pas.De même pour cette production qui partirait dans tous les sens (? ???)et qui déservirait trop souvent les chansons.Pareil, je suis interloqué car je n’entends rien de tout ça.

      [Répondre à ce message]

        > > > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

        12 mars 2005, par Nicolas [retour au début des forums]


        Pour préciser/approfondir mon idée sur Digital Ash in a Digital Urn :

        L’impression générale que m’a laissée l’album est la suivante : Conor Oberst a voulu se faire plaisir en s’offrant plein de jolis petits jouets. Il a beaucoup expérimenté (ce qui en soit est plutôt louable),mais n’a pas ensuite su faire le tri entre ses idées (qui, prises individuellement, étaient plutôt bonnes)...D’où cette impression d’inachevé, de manque de direction...

        Maintenant, ainsi que je l’explique, je trouve quand même son album intéressant, mais, pour moi, son art gagnerait à être épuré pour être plus direct. Ses talent de mélodiste y seraient mieux mis en valeur...

        Maintenant, je peux tout à fait comprendre qu’on ne partage pas mon avis. Il se peut, en effet, que je sois passé à côté de l’album et que d’ici quelques temps, je me frappe la tête au mur d’avoir écrit une chronique aussi ratée...Mais, bon, une chronique, c’est aussi un instantané, une appréciation d’une musique à un moment X.

        [Répondre à ce message]

          > > > > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

          14 mars 2005, par lkj [retour au début des forums]


          Tes propos laissent le désagréable goût d’un survol du disque.

          Pour ceux qui voudraient se faire une idée du Bright Eyes de "Digital ash..." il faut aller chercher du côté de dEUS,de Pavement ou encore des Boo Radleys.C’est réducteur mais la filiation n’est pas usurpée.Même façon de déconstruire la pop et de multiplier les fausses pistes mélodiques.Il y a même un titre qui fait échos au "moonage daydream" de Bowie ainsi que de nombreux moments de pure grâce aussi simples que 3 accords sur une guitare en carton.

          Effectivement rien n’est carré,tout est en perspective et en illusions avec de petits moyens qui justement donnent une musique à la fois dépouillée et riche.Chaque mélodie est la continuité de l’autre avec une seule idée musicale donc.Mais une idée maintenue de bout en bout avec acharnement et sans variété de rythme qui déstabiliserait l’ensemble.

          Tout ce que je dis ne constitue que de la branlette j’en suis bien conscient mais je trouverais dommage de passer à côter d’un disque aussi bon.Il lui faut un peu de temps c’est tout.

          [Répondre à ce message]

            > > > > > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

            14 mars 2005, par Nicolas Thieltgen [retour au début des forums]


            Ayant passé plus de temps que de raisonnable à tenter de décrypter ce disque, je ne peux pas me sentir concerné par la remarque introductive de ton post.

            Mais je pense que nous rentrons ici dans des questions de sensibilité musicale personnelle et je peux tout à fait comprendre qu’on ne partage pas l’avis que j’ai exposé dans ma chronique.

            [Répondre à ce message]

> Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

10 mars 2005, par  [retour au début des forums]

Je n’ai écouté que le versant "électro" de Connor, ce "Digital Ash in a Digital Urn".

Pour ma part, je trouve ce disque incroyablement frais : un savant mélange alambiqué d’expérimentations en tout genre (déluge de cordes, de batteries, de beats presque hip-hop sur "Arc of Time", etc) et de lignes vocales écorchées. Connor s’y impose comme un artiste brillant, au style vraiment personnel. Le timbre du bonhomme renvoie entre autres à l’incontournable Robert Smith.

De fait, à plusieurs reprises, ses mélodies dépressives déclenchent des frissons vertigineux, comme sur le splendide final pop "Easy / Lucky / Free". Bien sûr, on pourra lui reprocher d’avoir réalisé un disque emphatique, surdosé en arrangements et parfois trop larmoyant. Mais ces quelques défauts ne peuvent occulter l’incontestable originalité de l’ensemble.

Au fil d’écoutes répétées, on découvre un disque sincère et novateur à la fois, avec l’impression d’avoir mis à nu les "cendres" d’un vrai talent.

[Répondre à ce message]

    > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

    14 mars 2005, par lkj [retour au début des forums]


    Ben voilà.
    Complètement d’accord avec toi.

    [Répondre à ce message]

      > > Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"

      21 février 2007 [retour au début des forums]


      tout à fait d’accord avec vous, et, à ce propos, quelqu’un n’aurait il pas des places (ou meme une) pour leur concert au café de la danse à Paris à vendre ? Je suis désesperée...Mon adresse c’est sweet66princess@hotmail.com

      [Répondre à ce message]