Pop-Rock.com



Bon Jovi : "Lost Highway"
Tout vient à point...

vendredi 2 mai 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Beach House : "Beach House"
Engineers : "Engineers"
Travis : "12 memories"
Raphaël : "Je sais que la terre est plate"
We Are Scientists : "With love and squalor"
U2 : "How to dismantle an atomic bomb"
Peter, Björn & John : "Living Thing"
Antimatter : "Leaving Eden"
Yel : "Intimes illusions"
Nick Cave & The Bad Seeds : "No more shall we part"


Ca y est ! C’est enfin arrivé : Marc Lenglet m’a autorisé à chroniquer un disque de Bon Jovi. ‘faut dire que le Marc, il a ses chouchous auxquels personne ne peut toucher, d’Iron Maiden à Whitesnake en passant par Europe et Bon Jovi. Et finalement, après des mois de refus implacables, voilà que m’sieur Lenglet me demande, comme ça, sans que j’aie rien demandé, si je veux chroniquer le nouveau disque au beau Jovi. Bien entendu, je saute sur l’occasion sans me soucier de rien. Maintenant, je n’ai plus que deux mots à la bouche : « Marc, salaud ! »

Soyons clairs, Bon Jovi, je n’aime pas spécialement ce qu’il fait depuis quelques années, maintenant. Disons même quelques lustres. En fait même quelques décades. Mais aussi dispensables et répétitifs que soient ses derniers albums, il y a toujours au moins un ou deux singles à même de foutre une patate d’enfer au dernier des rabat-joies. Je m’attendais donc grosso modo à un album moyen-mauvais, mais que l’un ou l’autre morceau suffisamment bien troussés pour être diffusé en heavy rotation sur toute station FM qui se respecte, ainsi qu’une mauvaise foi crasse et une admiration quasi-honteuse pour le clip de Runaway rendrait presque sympathique.

Et c’est là que ça se gâte. Cet album, je l’ai écouté une fois. Je n’en ai rien retenu. Je l’ai réécouté plusieurs fois. Je n’en retenais toujours rien. Je l’ai laissé décanter, je l’ai un peu oublié, puis j’y suis revenu et ai repris mes écoutes. Je n’en retenais toujours rien. A peine une chanson est-elle terminée qu’elle est oubliée. Quant au fameux single, auquel j’espérais farouchement me cramponner, il est tout simplement mauvais, fade, insignifiant, et il s’oublie aussitôt. Un peu comme le dernier disque des Eagles, en somme.

Par acquis de conscience, on interroge un peu le Marc pour savoir ce qu’il en pense. Après tout, peut-être que c’est comme ça : il n’y a que lui qui est capable de parler de certains groupes. Commentaire de l’intéressé : « ouais, il est nul, hein ? Je n’en retiens rien moi non plus ». Salaud, va !

Pour la forme et pour donner un minimum de caractère informatif à cette chronique, sachez qu’il s’agit d’un album prétendument roots, dans lequel BonJo rend hommage à LA culture musicale américaine sudiste : la country. C’est peut-être là que ça coince finalement. Non seulement, un disque qui veut s’inspirer du générique de L’homme qui tombe à pic ne peut que susciter de gros bâillements chez moi, mais surtout cette grosse production sonne aussi roots qu’un film de Uwe Boll.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 23 contribution(s) au forum.

Bon Jovi : "Lost Highway"
(1/7) 12 avril 2011, par sanspseudo
Bon Jovi : "Lost Highway"
(2/7) 29 octobre 2009, par samolice
Bon Jovi : "Lost Highway"
(3/7) 25 septembre 2008, par Guard
Bon Jovi : "Lost Highway"
(4/7) 8 mai 2008, par R.T.
De l’usage du pseudo en milieu hostile
(5/7) 5 mai 2008
Bon Jovi : "Lost Highway"
(6/7) 2 mai 2008, par Nobuko
Bon Jovi : "Lost Highway"
(7/7) 2 mai 2008, par Line Zeppe




Bon Jovi : "Lost Highway"

12 avril 2011, par sanspseudo [retour au début des forums]

Hector Berlioz disait qu’il fallait collectionner les pierres qu’on nous jette car elles sont le début d’un piédestal. Bon Jovi est un groupe qui les collectionne depuis 28 ans, imaginez donc un peu le piédestal !
L’auditeur qui n’a que faire des préjugés, qui est suffisamment ouvert sur le plan musical et possède une bonne culture musicale, devra être capable d’aller vérifier par lui même ce qui se cache vraiment sous l’énorme bache de caricatures et de préjugés qui recouvre l’oeuvre de Bon Jovi. On peut discuter des heures sur le son d’un groupe, et sur ses ambitions artistiques, une bonne chanson reste une bonne chanson. (You Want To) Make A Memory fait partie de celle-là. Je la considère comme une pépite de mélancolie et de sobriété. Whole Lot’ Of Leavin’ est une rock song américaine traditionnelle : efficace, proposant des sonorités rafraîchissantes, notamment grâce à la steel-guitare, ce qui confère un aspect roots et country actuelle indéniable, n’en déplaise à certains. Quant à Seat Next To You, j’ai lu les pires choses à son sujet sur le net, à l’époque où est sorti cet album. Tout le monde pensait qu’il s’agissait d’une énième chanson d’amour : "Baby, save me a seat next to you" etc, et tout le monde y est allé de sa condescendance, de sa raillerie. Cette chanson est adressée avant tout au père de Richie Sambora, décédé en 2007 d’un cancer. Réserve moi une place près de toi, ou que tu sois, je te rejoindrais. C’est ça, l’esprit de la chanson, ni plus ni moins. Ce morceau me fait d’ailleurs penser - à cause de ses textes et de ses tonalités - à l’album Oh Mercy ! de Dylan, ce qui, pour moi, signifie beaucoup. Après, d’autres titres sont très dispensables, effectivement : Summertime, qui n’est musicalement pas très digne d’un groupe comme Bon Jovi, mais voilà, il y a des moments dans une vie, et selon la disposition d’esprit dans laquelle on se trouve, où il n’est pas si désagréable que ça de se boire une petite bière dans le jardin un soir d’été tout en regardant ses gosses s’amuser avec le chien, respirant le parfum de sa femme sur fond de Summertime et de songer que même les morceaux les moins bons de BJ peuvent prendre de la valeur à un moment donné de l’existence. Tout ça pour dire que avons tous une lecture différente d’un même disque. Celle de Geoffroy Bodart me paraît tout de même faussée dès le départ par un préjugé hâtif. Ça se ressent dans la façon dont il débute son commentaire, genre : "Je vais enfin pouvoir débiner le dernier album de Bon Jovi, nyuck nyuck nyuck !". Ça fait très... troll, je trouve. Donc peu crédible. Mais j’imagine que le but de ce site n’est pas d’être objectif. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire certaines chroniques. On laisse certains pleurer de joie et composer des psaumes à la gloire de leurs groupes fétiches tandis qu’on confie à d’autres la tâche de ressortir les habituels clichés et les mesquineries en tous genre destinées à leurs têtes de turc. Alors oui, on parle de tous les groupes sur pop-rock.com ; toutes sortes d’albums sont chroniqués. C’est bien. Sauf que le parti pris, ça se voit comme le nez au milieu de la figure.

[Répondre à ce message]

Bon Jovi : "Lost Highway"

29 octobre 2009, par samolice [retour au début des forums]

Mais qu’est devenu Bon Jovi ? Tellement décevant depuis 15 ans (au moins). Et le nouvel album, c’est pire ! Dire que je voyais en eux la relève de Bruce Springsteen après l’albmu New Jersey en 1988... Snif !

[Répondre à ce message]

Bon Jovi : "Lost Highway"

25 septembre 2008, par Guard [retour au début des forums]

Encore une chronique pour ne rien dire.. désolant, tout simplement :)

[Répondre à ce message]

Bon Jovi : "Lost Highway"

8 mai 2008, par R.T. [retour au début des forums]

Bon jovi, aujourd’hui, je m’en fous. Par contre, dès les premiers mots, utiliser "décade" à la place de "décennie", moi, ça m’empêche d’aller plus loin au niveau de la critique.
Je vous visite de temps en temps, suis loin de lire toutes les chroniques, mais presque à chaque fois, je tombe sur une expression mal employée ou un contresens, c’est pénible.

Oui, je suis chiant et je l’assume très bien.

[Répondre à ce message]

De l’usage du pseudo en milieu hostile

5 mai 2008 [retour au début des forums]

On est bien turlupiné par ces gens qui s’amusent encore à gérer un pseudo dans un
contexte open alors que l’anonymat, qui requiert pourtant humblerie et générositude,
(soient de gros efforts) est à la fois plus économique et plus moral : on se concentre
sur le message plutôt (tôt ou tard) que sur l’émetteur -un(e) parfait(e) inconnu(e) de
toutes façons- et on a pas à se souvenir de ses mensonges, surveiller les impostures ni
besoin, jamais, de se contredire ou de se tordre en douleurs expiatoires - meaculper en
signant est un must trop rare que je n’ai lu ici cette année qu’une fois (Blaze, longue
vie à vous !) et que j’attends toujours pour Bowie, bref...
On devrait faire semblant de postuler que nous sommes entre gens de bien, je veux dire honnêtes, qui échangeons certes à bâtons rompus, mais en visant à s’enrichir mutuellement sur le sujet proposé. Alors oui, à bas les pseudo, Truc et Muche surtout,
qui sont à l’honnêteté intellectuelle ce que sont les avatars à la faisabilité en matière de fantasmes sexuels. Mais vive Donozor qui répond à Nabuko puis disparait, et
autres pseudo-pseudo, qui peuvent bien amuser et disparaitre.

L’anonymat (ou le pseudo-pseudo) décourage la répartie sans fin où chacun s’emploie à
donner le dernier pêchon, quitte à tomber dans le vide -tout plutôt que se déjuger
publiquement. Est exemplaire à cet égard le cas du faux vrai couple crypto-homo
Cartman-Jumbo* qui pourrait nous bassiner de ses gloses même pas gauloises (et encore moins gaulantes) à longueur de colonnes, si celles-ci ne finissaient par devenir
étroites comme le cul à la mouche**...

*ou Jumbo-Cartman comme on voudra ; je n’arrive pas bien à discerner qui "reçoit" qui...

** merci à Cartman (ben oui j’ai une préférence pour le moins normopathe) qui aurait
reconnu, pseudo ou pas, sa grammaire.

[Répondre à ce message]

    De l’usage du pseudo en milieu hostile

    5 mai 2008, par Jimbo [retour au début des forums]


    Je viens ici uniquement pour me détendre et force est d’avouer que parfois mes algarades avec cartman sont pour le moins virulentes, mais n’est-ce pas là le but de ce site ? Néanmoins ton com donne à réfléchir et en toute franchise j’avoue que le pseudo "Nobuko-Donozor" est plutôt une boutade et pas de la faux-chtonnerie ! Quant au reste cartman est qqun d’intelligent et de bon compromis et s’il aime ou pas Front 242 je m’en tamponne le coquillard ! Chacun ses trucs ! Et merci pour le "moins normopathe" !

    [Répondre à ce message]

      De l’usage du pseudo en milieu hostile

      6 mai 2008, par cartman [retour au début des forums]


      Jolie prose l’ami ! Oui, on est là pour se foutre sur la gueule un peu quand même, c’est le but du truc. Chacun défend sa chapelle avec mauvaise fois, comme dans la vraie vie quoi. Après, que ça soit intéressant a lire pour tout le monde, j’en doute effectivement ! Mais au delà des noms d’oiseaux, il y a surtout de la passion pour les artistes mentionnés, et c’est déjà beaucoup.

      [Répondre à ce message]

        De l’usage du pseudo en milieu hostile

        6 mai 2008, par Jimbo [retour au début des forums]


        Sorry pour les noms d’oiseaux mais comme dirait l’autre, c’est de bonne guerre ! Je n’ai aucune animosité contre toi ou qui que ce soit, mais ça fait marrer les observateurs silencieux qui, soit-dit en passant n’en pensent pas moins ! Nous pourrions être les meilleurs amis du monde, si ce n’est la distance qui nous sépare, mais est-ce vraiment le noeud du stûut ! A toi et à tous les intervenants du site je vous souhaite une bonne Pentecôte !

        [Répondre à ce message]

Bon Jovi : "Lost Highway"

2 mai 2008, par Nobuko [retour au début des forums]

En même temps, c’est Bon Jovi, je vois pas ce qu’il y a à en espérer ?! Ce groupe n’a jamais été fichu de pondre quelque chose qui tienne la route et soit un tant peu excitant. Il n’y a rien à en retenir, même pas les gros tubes des années 80 et 90 qu’on vomis à ne plus pouvoir les radios FM. 
Même Scorpions à sut rester bien plus passionnant que les Bon Jovi.

[Répondre à ce message]

Bon Jovi : "Lost Highway"

2 mai 2008, par Line Zeppe [retour au début des forums]

Bon vu que Bon Jovi se nécrose on va parler de la nouvelle scène anglo-saxonne, que les femmes dépoussierent bien plus que les Babyshambles et compagnie.

Allez voir un peu du côté de Duffy sur youtube, ou sur son myspace. Cette artiste galloise est lumineuse une sorte d’Amy Winehouse plus posée. Quand j’entends que les radios FM les plus écoutées par les préados passent ces deux perles en boucle, je reprends foi en la musique

[Répondre à ce message]

    Pop Will Eat Itself was right !

    3 mai 2008, par Oliv’ [retour au début des forums]


    Ben pas moi, parce que ça prouve juste deux choses :

    1 - Que l’adage du 1er producteur d’Elvis : "Donnez-moi un blanc qui chante comme un noir, j’en ferais une superstar", est toujours d’actualité.

    2 - Que la pop en est arrivé à un point tel qu’elle n’avance plus, et qu’après avoir recyclé le garage rock des années 60, on se met à recycler la pop mielleuse de la même période...
    Si un jeune écoute la même musique que son grand-père, je crois qu’il y a du soucis à se faire...

    [Répondre à ce message]

      Pop Will Eat Itself was right !

      3 mai 2008 [retour au début des forums]


      J’crois qu’on a pas la même notion du mielleux. De plus c’est quoi cette conception de la musique de bobo qui voudrait que ce qui est d’actualité doit être "modernissime" ?
      Trouvez-moi quelque chose de révolutionnaire actuellement. Duffy est peut-être un produit d’un retour au sources marketting et tout et tout, mais qu’importe puisque c’est bon, voire très bon ! On ne demande que ça, arrêtons d’être blasés

      [Répondre à ce message]

      Pop Will Eat Itself was right !

      3 mai 2008, par Oliv’ [retour au début des forums]


      De un, les bobos sont les premiers à faire les louanges d’Amy Whinehouse, parce que ça passe très bien dans le salon quand on a des invités, que c’est pas vraiment offensif, que c’est super-retro-fashion, et que c’est pas une noire qui chante.

      De deux, le fait qu’il n’y ait rien de révolutionnaire est précisément le problème de la pop, et même à la limite de la musique, aujourd’hui. Quand on écoute la pop du milieu des années 90, des groupes comme Radiohead ou Blur, on se rend compte de l’émergence d’un nouveau style, de la recherche d’un son nouveau, de l’apprivoisement des synthétiseurs, sans sacrifier à la mélodie.

      Au tournant des années 2000, finit tout ça ! On ressort les Rickenbacker à papa et toute sa discographie garage, et on réenregistre la même chose sans même faire l’effort d’apporter sa vision personelle. C’est le même phénomène pour Whinehouse. Je ne lui reproche rien en particulier, mais plutôt à ces gens qui mette sur un piédestal une musique qui n’offre RIEN de nouveau. Mais si effectivement cela vous contente, on n’a qu’à continuer les soirées rétrospectives des années 80s et se passer les même CDs en boucle...

      [Répondre à ce message]

        Pop Will Eat Itself was right !

        3 mai 2008, par Line Zeppe [retour au début des forums]


        Radiohead ne révolutionne qu’à partir de Kid A, soit 2001. Sinon Oasis est aussi révolutionnaire et ça m’arracherait la gueule de l’avouer.

        Ce que je remarque et apprécie, c’est que les radios telles qu’NRJ, MTI et j’en passe, commencent à diffuser ce genre de musique.
        Alors qu’elles soient un manque d’audace -déjà j’en doute, le style ne fait pas tout - peut être, mais si ça peut faire découvrir à une majeure partie de la population un genre de musique moins destructeur de tympan ( je ne parle pas du niveau en dB mais de la mutilation après des heures d’écoute forcée dans un bus ) tant mieux.

        Maintenant il y a du moderne chez ces deux jeunes filles en particulier, que ce soit la production - désolé pour les évidences -, mais aussi dans les textes et dans la manière de chanter.

        Dans ce cas là vous devez faire partie des gens qui pensent que Led Zeppelin est un groupe de copieurs qui ont emprunté toutes leurs chansons à un répertoire blues méconnu des années 30-40. Toute musique n’est que réinterprétation d’inspirations plus ou moins récentes.

        [Répondre à ce message]

          Pop Will Eat Itself was right !

          3 mai 2008, par LP [retour au début des forums]


          La référence à Oasis m’ oblige à réagir. On les a souvent taxés de se contenter de copier leurs idoles des années 60-70, mais ça me semble complètement faux. Il y a effectivement un lien évident, mais qui tient au fait qu’ ils se posent, de façon naturelle, comme les héritiers d’ une lignée pop-rock anglaise de très grande qualité. Noel s’ inspire souvent de groupes tels que les Beatles ou les Kinks ? Il ne s’ en est jamais caché. Mais plus que le fait de les avoir singés, il a surtout assimilé l’ essence même de cette période, dont il propose une relecture aussi personnelle que brillante. Et mine de rien, Oasis a un son reconnaissable entre mille.

          Et Bon Jovi dans tout ça ? Je viens de voir leur dernier clip. Si la chanson est aussi médiocre que quelconque, la vidéo vaut clairement le détour pour l’ hilarité que suscite forcément les poses de faux jeunes que prennent les membres pendant trois minutes trente.

          [Répondre à ce message]

            Pop Will Eat Itself was right !

            4 mai 2008, par cartman [retour au début des forums]


            Et si on leur laissait le temps aux nouveaux groupes pour évoluer et apporter de la nouveauté ? Les white stripes sur leur dernier album sont 10 fois plus innovant que radiohead ne l’a jamais été, faut ouvrir les oreilles a un moment donné. C’est parce qu’ils ne sont pas dans la déprime et l’introspection que ce n’est pas innovant. Ils sont retouné aux sources, et maintenant, ils éclatent tout le monde fingers in the nose (et encore je ne cite que ce groupe, il y en a d’autres). Les béotiens electro-chose sont largué ces derniers temps quand même.

            [Répondre à ce message]