Pop-Rock.com



Blackmore’s Night : "The village lanterne"
"La vieillesse est noble lorsqu’elle se défend elle-même, garde ses droits, ne se vend à personne et, jusqu’au dernier souffle, domine sur les siens." (Cicéron)

samedi 27 mai 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Zita Swoon : "A song about a girls"
The Cult : "Beyond good and evil"
Air : "Pocket Symphony"
Bad Religion : "The Empire strikes first"
Janes’s Addiction : "Strays"
Stephen Duffy & The Lilac Time : "Keep going"
No One Is Innocent : "Gazoline"
Louis XIV : "The best little secrets are kept"
Franz Ferdinand : "Franz Ferdinand"
Green Day : "American Idiot"


Les facéties médiévales de Ritchie Blackmore ne sont pas de celles qui suscitent d’emblée l’intérêt et une profonde empathie. Non pas que les précédents albums soient mauvais, mais l’orientation surprenante prise par un des plus grands guitaristes de hard n’est pas spécialement fédératrice, rassembleuse. Pourtant, l’indécrottable et nostalgique fan de Deep Purple et Rainbow pourrait être tenté de jeter une oreille curieuse à cet opus, ne serait-ce que pour ses reprises de Child in time et Street of dreams qui n’ont a priori rien à faire dans un recueil de ballades folkloriques moyenâgeuses. La surprise n’en sera que plus agréable pour celui-là qui n’attendait rien de ce disque.

Balayons tout doute : The village lanterne est un album merveilleux. Et si on pouvait s’attendre, au mieux, à un chouette disque pour planter le décor d’une partie de jeu de rôle, on découvrira en fait bien plus. L’ambiance qu’il dégage est chaleureuse, lumineuse et transporte littéralement l’auditeur. Alors que les pires clichés du ménestrel en collants verts et de sa gente dame à la voix de colibri étaient à craindre, rien de tout ça. En fait, on penserait presque à du joyeux Dead Can Dance sur l’ouverture 25 years. La musique est aérienne, la voix parfaite, les percussions subtiles et enivrantes. Au fur et à mesure de l’album, on découvre, ce qui est étonnant, que l’ambiance de taverne de soudards ou de banquets précédant les grandes joutes dédiées au suzerain local n’est pas la seule à emplir la musique. Les influences sont diverses et brassées sans souci de coller de manière académique à un temps et un lieu donné de l’histoire. Candice Night, la chanteuse qui partage la vie du guitariste, a déclaré à ce propos que l’objectif n’était pas de faire de la musique comme il y a huit cents ans, mais des chansons pop et rock actuelles dans lesquelles seraient employés des instruments anciens et non conventionnels. Et en effet, faire cohabiter des chansons de pur hard-FM, des instrumentaux acoustiques enregistrés sur des instruments médiévaux à l’orthographe compliquée (et que le chroniqueur à la flemme d’aller dégoter sur Google) et des morceaux dignes de rivaliser avec la bande-son de Basil Poledouris composée pour Conan le Barbare (World of stone) est pour le moins une entreprise risquée. Mais le pire, ou le meilleur, c’est que ça marche. La magie opère et l’osmose est totale entre tous ces titres, toutes ces ambiances. On n’est même pas choqué quand, sur I guess it doesn’t matter anymore, retentit une grosse batterie servant de support rythmique à des riffs qui auraient pu être composés vingt ans plus tôt et à des lignes de chant que n’aurait pas reniées Ronnie James Dio.

Entre ballades atmosphériques (Village lanterne), odes à la douceur portées par la voix magnifique de Candice Night ou par la guitare de Ritchie Blackmore (Faerie Queen), cavalcades énergiques et électriques, même si dénuées de la furie et de la fougue de la jeunesse (St Theresa, Just call my name), délires paillards à chantonner une pinte de cervoise à la main (Old Mill Inn) on se laisse facilement prendre par la main et guider à travers le voyage que nous offre le groupe, sans jamais demander à presser le pas. Pris individuellement, certains titres sont plus faibles ou plus dispensables, mais le track-listing, savamment étudié, alterne les genres avec audace et savoir-faire pour ne jamais lasser ni faire tomber l’une ou l’autre composition comme un cheveu dans la soupe.

Un petit mot, indispensable, à propos des deux raisons qui nous ont poussés à tenter l’écoute de ce disque : les reprises de Deep Purple et Rainbow. A tout seigneur, tout honneur, commençons par Mond Tanz/Child in time. Ca débute comme un instrumental digne d’une foire tenue dans la cour d’un château fort provincial. On ne voit pas trop où ils veulent en venir, mais c’est fameusement remuant et on attraperait volontiers la gueuse par le bras pour un tour de piste. Et puis, déboulant de nulle part, trois notes mythiques retentissent. Et cette guitare-là est magique. Pas de doute, il n’y a que le maître pour tirer de pareilles notes, il n’y a décidément que lui pour se permettre de reprendre de pareils titres. Et la voix de Candice Night transcende complètement la chanson, lui donnant une toute autre orientation. On ne s’en plaindra pas, un copié-collé n’est pas spécialement intéressant. Et à la puissance de l’original, le couple préfère le lyrisme et, par l’usage de cordes, il donne un ton épique à l’ensemble (on se croirait un moment dans la scène finale du Dernier des Mohicans). Quant au crescendo et à l’accélération tant attendue, ils ont la magie de l’original, les hurlements suraigus en moins. Et si le solo est moins long et moins technique, il n’en demeure pas moins l’œuvre d’un tout grand. Quant à Street of dreams, il s’agit d’une chanson moins connue de Rainbow qui figure sur l’album Bent out of shape. Pour situer ce titre, il s’agit d’un fantastique morceau de hard-FM des années 80 sur un non moins fameux album de hard-FM de 1983. Il faut entendre par là une accroche instantanée, un refrain facile à chanter et une qualité musicale indéniable, bref, le genre de truc qui rend gai comme un pinson. Reprise un peu plus conventionnelle, vu que la musique n’est pas modifiée (on a juste retiré ces claviers typiquement eighties et modernisé un peu le son et l’approche), mais tout aussi efficace. Encore une fois, c’est la voix de Candice Night qui porte la chanson vers les cimes et retient l’attention. Petite faute de goût : cette chanson sera reprise une seconde fois, à la fin de l’album, en guise de bonus, mais la chanteuse sera accompagnée par Joe Lynn Turner, chanteur de Rainbow qui avait succédé à Dio et Graham Bonnet.

Que retenir de ce disque, outre les états d’émerveillement et de béatitude dans lesquels il plonge les auditeurs qui ne rangent pas d’emblée ce genre d’œuvre au placard, les jugeant ridicules et indignes des amateurs de rock éclairés qu’ils sont ? Que parmi ceux qu’on appelle volontiers les "dinosaures" du rock, Ritchie Blackmore est l’un des rares à avoir réussi sa reconversion. Il n’est pas le seul. Robert Plant a produit ce qui reste l’un des meilleurs albums de 2005 (voir ici), inventif et audacieux, qui se permet des œillades vers le passé mais continue d’explorer de nouveaux territoires. David Gilmour, quant à lui, si on ne peut pas parler de reconversion avec son dernier album très fidèle au son qui a toujours été le sien, a su ravir récemment ses fans avec un disque impeccable à tous points de vue, sans céder à la tentation de le sortir sous le nom de Pink Floyd. Mais derrière ces exceptions se cache la horde de vieux riches prêts à tout pour conserver l’œil des médias braqués sur eux. Qu’il s’agisse des Rolling Stones (voir ici), The Who ou Status Quo (), qui ne se donnent même plus la peine d’essayer de créer quelque chose de neuf pour justifier la mise en branle d’une tournée mondiale. Ou même Jimmy Page, qui n’a jamais réussi à reconstruire quelque chose hors de l’ombre de son Dirigeable, ils deviennent tous des caricatures d’eux-mêmes, indignes d’encore porter le nom de légende qui est le leur. Le summum du mauvais goût ayant été atteint par Deep Purple, groupe dénaturé et au line-up invraisemblable, qui a eu l’indécence de nous proposer l’année dernière un album dont on n’a rien retenu. Il fut une époque où l’on a pas mal fustigé, à raison, l’égocentrisme de Ritchie Blackmore qui a quitté le Pourpre Profond dès qu’il n’a plus eu la mainmise sur l’orientation du groupe, et qui avait pris l’habitude de modifier le line-up de Rainbow dès qu’un de ses préposés faisait mine de l’ouvrir. Mais aujourd’hui, par son choix de se porter vers un genre ignoré des médias et de la grande foule, en n’investissant pas des stades dont son nom suffirait à ouvrir les portes, en regardant vers l’avant et en continuant à faire la musique qu’il lui plaît de jouer, il fait un aveu d’humilité et d’intégrité dont peu d’artistes, qui ont pourtant été nos idoles, ont été capables.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 31 contribution(s) au forum.

Blackmore’s Night : "The village lanterne"
(1/5) 6 juin 2006
Blackmore’s Night : "The village lanterne"
(2/5) 31 mai 2006, par Red Cloud
Blackmore’s Night : "The village lanterne"
(3/5) 29 mai 2006
Blackmore’s Night : "The village lanterne"
(4/5) 27 mai 2006, par Sentenza
Blackmore’s Night : "The village lanterne"
(5/5) 27 mai 2006




Blackmore’s Night : "The village lanterne"

6 juin 2006 [retour au début des forums]

mais pourquoi est-ce que les gens réagissent encore aux articles de ce site alors qu’on sait qu’ils racontent n’importe quoi de toute façon ?

[Répondre à ce message]

Blackmore’s Night : "The village lanterne"

31 mai 2006, par Red Cloud [retour au début des forums]

A voir les réactions des lecteurs, on se demande s’il s’agit d’une critique de Gilmour ou des Stones. Moi, j’aimerais bien avoir des avis sur l’album de Blackmore.

[Répondre à ce message]

Blackmore’s Night : "The village lanterne"

29 mai 2006 [retour au début des forums]

pourquoi tu critiques maintenant les stones alors que dans la critique de l’album tu les encensais plutot vigoureusement (extrait 1 : Mick, toi et tes Pierres qui Roulent, vous n’avez rien à envier à tous ces petits jeunes et vous êtes plus que jamais dans le coup ! extrait 2 : cet album constitue une excellente surprise et un vrai retour en grâce après un Bridges to Babylon moyen)
serait tu une girouette ou alors je n’ai toujours rien compris (comme d’hab)

[Répondre à ce message]

    Blackmore’s Night : "The village lanterne"

    30 mai 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    Musicalement, le dernier album des Stones m’a plu et est un de meilleurs du dernier quart de siècle. Je n’ai rien dit dans cette chronique qui contredise cette opinion, car mon commentaire ne visait pas la qualité de leurs disques, mais la pertinence de la démarche. Blackmore ou Plant me semblent beaucoup plus respectables dans leurs ambitions artistiques car ces gens-là ont encore des choses à dire, peu importe la notoriété qu’ils retireront de leur nouvelle orientation. Les Stones ne font que brasser de l’air, ce qui n’est pas forcément péjoratif tant que ça reste agréable, contrairement à d’autres.

    [Répondre à ce message]

      Blackmore’s Night : "The village lanterne"

      30 mai 2006 [retour au début des forums]


      Franchement tu devrais réviser la rubrique des arguments à la con parce que tu es en plein dedans.
      Tu as pris des cours avec AW ??
      Ou alors, vous faites un concours pour déterminer celui qui sera le plus de mauvaise foi !!

      Désolé, mais là on craque le sac !

      Tu ne peux pas écrire :"En effet, j’ai cru que je m’étais trompé de disque et que j’avais apporté Exile on Main Street." et dire par la suite qu’il s’agit d’un brassement d’air !

      Je m’en fous des Stones mais ce manque de cohérence me fait bondir, on se croirait dans Best ou Rock and folk de la pire époque.

      PS le dernier Gilmour, c’est de la musique de bazar

      [Répondre à ce message]

        Blackmore’s Night : "The village lanterne"

        30 mai 2006, par Lordi [retour au début des forums]


        "on se croirait dans Best ou Rock and folk de la pire époque."

        Pour un webzine amateur, c’est plutôt un compliment.

        [Répondre à ce message]

          Blackmore’s Night : "The village lanterne"

          30 mai 2006 [retour au début des forums]


          tu as déjà lu une critique de disque de rock and folk d’il y a trente ans ?

          Ils encensaient n’importe quoi et détruisaient juste pour le plaisir de casser, crois moi ce n’est pas un compliment

          [Répondre à ce message]

        Blackmore’s Night : "The village lanterne"

        30 mai 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


        Resituez un peu. Pour moi, les Stones, c’est vachement chouette, mais c’est loin d’être un de mes groupes de référence.

        A bigger bang est leur meilleur opus depuis très longtemps. En cela, c’est une excellente surprise, et replacé dans la discographie des Stones, cet album est loin de faire tache (pas comme pour Deep Purple, par exemple). La qualité musicale y est, l’énergie aussi. C’est donc ce que je dis dans ma chronique. Il n’en reste pas moins que c’est du rock basique, pas neuf pour un sou, que la pertinence du truc avoisine le zéro et que l’aspect mercantile est très prononcé.

        Conclusion : les Stones sont de très bons "faiseurs", des entertainers talentueux qui ont les moyens de leurs ambitions, mais ce ne sont pas des "artistes" comme Plant, par exemple. La musique des Stones, c’est de la soupe bien assaisonnée, et je n’ai aucun problème à avouer que j’aime cette soupe.

        PS. C’est quoi cette remarque à la con à propos de Gilmour ? Sortez un peu de votre bac à sable !

        [Répondre à ce message]

          Blackmore’s Night : "The village lanterne"

          30 mai 2006 [retour au début des forums]


          de bazar, plutôt de supermarché, j’aurais du dire !

          Je crois que tu es le vainqueur du trophé "mauvaise foi", on ne peut pas toujours faire preuve d’un minimum d’humilité et d’honneteté, trop peur de perdre la face, peut etre ?

          [Répondre à ce message]

            Blackmore’s Night : "The village lanterne"

            30 mai 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


            Oui, monsieur, c’est ça. Et bonne journée.

            (désolé, mais j’ai mieux à faire que d’agiter un nonosse devant les petits roquets obtus qui agressent systématiquement et n’importe comment sans même se donner la peine de débattre de manière civilisée)

            [Répondre à ce message]

              Blackmore’s Night : "The village lanterne"

              30 mai 2006 [retour au début des forums]


              waouh !! quel killer !
              désolé mais celui qui n’argumente pas c’est plutot toi !
              En ce qui me concerne, je puise mes arguments dans ton propre discours qu’apparemment tu n’assumes pas.

              [Répondre à ce message]

                Blackmore’s Night : "The village lanterne"

                30 mai 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


                J’ai un peu de mal à comprendre ce point de vue : d’un côté, vous vous excitez parce que Geoffroy vous affirme aimer le dernier Stones, tout en lui trouvant rien de bien révolutionnaire ou digne d’intérêt (vous écoutez encore les nouveaux albums des Stones pour être ému ou avoir une révélation, vous ?), et dans le même temps, vous decrétez que Gilmour, c’est de la musique de supermarché, point barre.

                L’argument selon lequel, le rock, c’est "remuant, urgent, rebelle, excitant, entraînant, sauvage, larger than life", et que sais-je encore, c’est du mauvais Manoeuvre qui se répand sur la reformation des Stooges pour oublier son bandage herniaire. Gilmour, ce n’est peut-être pas du rock dans votre vision des choses, mais les Rolling Stones, ce n’est pas non plus du rock qui corresponde à la définition citée plus haut dans la mienne. C’est du bon boulot de vieux résistants qui entretiennent leurs invesitssements, mais il n’y a rien de très excitant dans ce qu’ils font depuis 30 ans. Alors, Gilmour, c’est pas du rock, d’accord. Mais à ce compte là, il y a très peu de choses qui en soit réellement aujourd’hui (Motörhead ? Nashville Pussy ? AC/DC ?).

                [Répondre à ce message]

                  Blackmore’s Night : "The village lanterne"

                  30 mai 2006 [retour au début des forums]


                  me comparer avec manoeuvre c’est très méchant !!

                  je ne fais que pointer quelques incohérences dans un article et je déclenche la 3ème guerre mondiale. J"en suis navré !
                  Vous reprochez souvent à ceux qui s’expriment sur ce site d’utiliser des arguments à la con, j’ai donc fais le choix d’utiliser des citations de vos propres articles mais on en parfais dialecticiens dignes du 20ème congrés du parti communiste français, vous arrivez à vider de leur sens vos propres phrases.
                  Vous êtes trop fort, je m’incline !

                  Sincèrement Mozart c’est mille fois plus Rock and Roll que Gilmour

                  [Répondre à ce message]

                    Blackmore’s Night : "The village lanterne"

                    30 mai 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


                    Sincèrement, Gilmour, je m’en tamponne. Et je suis plutôt amateur des Stones. Mais j’ai du mal à saisir où se trouve l’incohérence criminelle, dans le fait d’être plutôt positif voici 9 mois face à la nouvelle sortie des Stones, et puis de décréter, après audition d’un nouveau truc, que tout compte fait la voie empruntée par Blackmore est cent fois plus honorable que la sympathique mais interminable agonie des Pierres qui roulent.

                    Quand on chronique des albums tirés de l’actualité, on ne peut évidemment fonctionner que dans l’instantané (maximum quelques mois après la sortie de l’album). Je ne pense pas qu’on puisse déceler une contradiction réelle dans un cas comme celui-ci, plutôt une évaluation raisonnable de la récente carrière des Rolling Stones, A bigger bang compris, après réception de nouveaux éléments.

                    Un contradiction flagrante, ce serait par exemple si on encensait un album, disons, de 1969, avant de le flinguer dans une chronique récente où on le citerait comme référence.

                    [Répondre à ce message]

                      Blackmore’s Night : "The village lanterne"

                      30 mai 2006 [retour au début des forums]


                      c’est tiré par les cheveux tout ça.
                      j’arrête là la discussion car c’est vain et stérile.
                      vous avez raison, dieux de la critique et moi j’ai tort, vermisseau qui a l’outrageuse prétention de vous lire.

                      [Répondre à ce message]

                        Blackmore’s Night : "The village lanterne"

                        30 mai 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


                        Là n’est pas le but. Le principe des forums, c’est le dialogue et la confrontation des points de vue. Si les lecteurs prenaient tout ce qu’on dit comme argent comptant, ce serait aussi stupide que si nous ne défendions pas nos opinions. Visiblement, nous ne vous avons pas convaincu, pas davantage que vous ne nous avez convaincu. Rien de mal à cela...

                        [Répondre à ce message]

                        Blackmore’s Night : "The village lanterne"

                        25 juin 2006, par vehau [retour au début des forums]


                        Allez, je n’étais pas motivé pour me lancer dans une croisade anti casse-glaouis aujourd’hui mais ta prose est tellement branquignole et vide d’intérêt que je ne vais pas pouvoir m’en empêcher.

                        Comme l’ont très bien expliqué Marc ou Geoffroy, l’avis sur un disque ne peut être inébranlable, sur le moment, on peut être bluffé, l’apprécier à sa juste valeur et la galette écoutée le mérite certainement.
                        Mais pour ce qui est des Rolling Stones, bon, pour être honnête, je ne suis pas un grand fan mais passons, j’écoute assez de rock de Hard Rock, de blues Rock, de Progressif, de Metal, de Heavy Metal, de Death Metal et j’en passe pour m’autoriser une critique.

                        Pour les papys disais-je, c’est tout de même de plus en plus navrant de les voir se trimballer sur scène à leurs âges plus qu’avancés. Bien sûr que leur dernier album n’est pas mauvais, j’en conviens parfaitement mais il lui manque ce que l’on trouve dans les dernières oeuvres de Gilmour, Plant ou Blackmore, de la fraîcheur bordel, cet art délicat de ne pas renier un passé glorieux mais au contraire de le retravailler, et d’y apporter de nouvelles choses puisées ça et là, montrant par là que ces types sont encore connectés avec le monde des vivants.

                        Ne cherche pas à provoquer avec tes petites perfidies pathétiques, car ici il n’y a aucune raison, A Bigger Bang est un bon album mais The Village Lanterne l’enfonce, ça ne déprécie pas le premier et le second n’a pas besoin d’être comparé à quoi que ce soit pour se rendre compte que c’est une perle.

                        C’est pourtant très simple de t’en convaincre, passe-toi A bigger Bang des Rolling Stones et Mighty Rearranger de Plant à la suite, un des deux sent le formol, l’autre pas.

                        Et Gilmour ne serait pas du Rock, bordel, les débats à la con...

                        [Répondre à ce message]

        Blackmore’s Night : "The village lanterne"

        30 mai 2006, par Lordi [retour au début des forums]


        Gilmour rules !

        Pour s’endormir, rien de tel.

        [Répondre à ce message]

          Blackmore’s Night : "The village lanterne"

          30 mai 2006 [retour au début des forums]


          pour s’endormir surement, mais je croyais que l’interêt du rock résidait surtout dans l’énergie

          [Répondre à ce message]

          Blackmore’s Night : "The village lanterne"

          30 mai 2006 [retour au début des forums]


          Gilmour fait de le bonne musique, mais ce ne fait pas du rock. C’est toute la nuance.

          [Répondre à ce message]

            Blackmore’s Night : "The village lanterne"

            30 mai 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


            Et il fait quoi, alors ?

            Je crois que le désaccord ne porte pas sur le genre pratiqué par Gilmour, mais sur la définition de ce genre. Le problème c’est que le terme "rock" est largissime et ne se définit pas que par l’urgence et l’immédiateté. Rock’n’roll, hard rock, punk, progressif, atmosphérique, post-rock, metal, tout ça, c’est du rock. Pour moi, Gilmour (et ce indépendamment de l’opinion que l’on se fasse sur la qualité de son travail) fait du rock, même s’il n’a rien à voir avec Elvis Presley, les Rolling Stones ou les Ramones. Mais si certains optent pour une définition plus étroite, restrictive du terme "rock", je n’ai aucun problème à admettre que Gilmour n’en est pas.

            [Répondre à ce message]

    Blackmore’s Night : "The village lanterne"

    30 mai 2006, par Lol [retour au début des forums]


    J’ai écouté l’album de Gilmour et, pour moi, c’est du prog-pop-psyché-bluesy-arty-prise-de-tête.

    Rien à voir avec du rock.

    [Répondre à ce message]

    Blackmore’s Night : "The village lanterne"

    13 août 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]


    En meme temps faut vraiment etre un grand malade pour retenir tous les articles de ce site, les classer par auteur et attendre la moindre contradiction à 7 mois d’intervalle (Comme si, selon notre humeur, on n’avait pas le droit de voir les "dinosaures" sur leur bon ou mauvais angle) pour incendier le coupable et lui demander de se justifier.

    T’as pensé serieusement à consulter ?

    [Répondre à ce message]

Blackmore’s Night : "The village lanterne"

27 mai 2006, par Sentenza [retour au début des forums]

Tu parles de reconversion : je suis d’accord pour Blackmoore, Robert Plant, David Gilmour ....qui sortent des albums solos après avoir fait partie de leurs groupes respectifs.
Puis tu nous parles des Rolling Stones, Who, Status Quo et Deep Pruple...................mais je ne vois pas en quoi ces groupes ce sont reconvertis............ils continuent leur chemin tout simplement, sortent des albums, partent en tournée...........qu’on aime ou pas. Status Quo ne sort rien de neuf ??? Quoi il font toujours la même chose ???? Ah ben ça alors........... Ils doivent mettre quoi dans leur musique : des sons electros, du rap...........après 40 ans de carrière tu rigoles ou quoi !
Quant à Deep Purple, je vois bien que leur dernier opus n’a pas plu..............ça se voit. "La palme du mauvais goût".........."l’indécense de nous proposer un album dont on a rien retenu"............ Pq le mauvais goût ? pq l’indécence ? Tu parles de line up invraissemblable......................Le sieur Blackmoore aussi génial soit il, a foutu la merde dans le groupe.........et puis monsieur s’en va............Ben il a bien fallu le remplacer : Steeve Morse. Puis ça a été Jon Lord qui a pris sa retraite. Il a fallu le remplacer aussi : Don Airey.............Moi je ne vois pas de line up invraissemblable. Les 5 gars que j’ai vu à Forest lors de ce super concert ce sont bien donné, ils nous ont servi un super concert de tous les diables !
Comme les autres, ils continuent leur chemin, sortiront comme les autres peut-être des albums et repartitont en tournée...................et tes quelques lignes malhonnêtes sur eux ne m’empêcheront pas d’aller les voir encore et encore.............

[Répondre à ce message]

    Blackmore’s Night : "The village lanterne"

    27 mai 2006 [retour au début des forums]


    Sentenza, tu es lourd. L’idée du dernier paragraphe est très claire et très juste, même si, effectivement, un mot n’est pas le plus approprié pour tous les groupes cités. Tout le monde aura compris, mais toi tu trébuches.

    Dis donc, moi je trébuche sur ton "quelques lignes malhonnêtes"

    [Répondre à ce message]

      Blackmore’s Night : "The village lanterne"

      28 mai 2006, par Sentenza [retour au début des forums]


      Les quelques lignes malhonnêtes concernent ce que j’ai cité : "la palme du mauvais goût", "l’indécence de proposer", "un groupe au line up invraissemblable"........ Ce sont les éléments à propos de Deep Purple qui m’ont dérangé dans la chronique voilà tout !

      ........je suis moins "lourd" là peut-être ? Et à ce propos, je suis désolé de ne pas être "comme tout le monde" !

      [Répondre à ce message]

        Blackmore’s Night : "The village lanterne"

        30 mai 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


        Quand on a la charge de reprendre le flambeau (et le nom, et les fans et leur pognon) du groupe auteur de Child in time, Highway Star ou Strange kind of woman, on essaie de faire un minimum pour proposer autre chose que l’alignement standard de notes écoeurantes et sans âme que constitue Rapture of the deep.

        "Faut pas jouer au riche quand on n’a pas les sous", disait l’autre. Plant, qui a une des voix les plus orgasmiques du rock, ne s’amuse plus à 60 balais à gémir comme une pucelle pendant qu’un zouave esquinte sa guitare avec un archet. Blackmore ne prend plus ses poses de guitar-hero en se secouant la crinière. Mais le Purple d’aujourd’hui, lui, il continue à essayer de faire du hard, il ressasse un passé révolu, et, c’est là le problème, il le ressasse mal. En continuant comme ça, dans 50 ans, Deep Purple existera toujours, avec des musiciens de studio aux commandes, pas foutus de composer quoique ce soit de correct, mais tous fiers de jouer Smoke on the water sur une scène immense qu’ils n’auraient jamais pu fouler s’ils n’avaient pu compter que sur leurs compositions et leur talent. C’est la même démarche malhonnête que de remplacer Freddy Mercury chez Queen ou Jim Morrison chez The Doors.

        [Répondre à ce message]

Blackmore’s Night : "The village lanterne"

27 mai 2006 [retour au début des forums]

C’est amusant cher crapaud, même en faisant mine de critiquer les dinosaures du rock, tu arrives à nous replacer ton sempiternel Gilmour.
J’ai essayé d’écouter plusieurs fois cet opus mais c’est impossible, insoutenable, chiant à mourrir.
J’ai été plus excité et interessé par ma récente péritonite que par cette musique sans relief et sans imagination.
Et toi, fidèlement tu t’obstines à essayer de nous vendre cette musique de supermarché.
Quelle abnégation !

[Répondre à ce message]