Pop-Rock.com



Black Kids : "Partie Traumatic"
Back Kids !

vendredi 20 février 2009, par Jeremy Plywood

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Deep Purple : "Rapture of the deep"
The Rakes : "Capture/Release"
Radio 4 : "Stealing of a nation"
The Peppermints : "Jesus Chryst"
Editors : "The back room"
The Darkness : "One way ticket to hell... and back"
Seagul Screaming Kiss Her Kiss Her : "Red talks"
Nine Inch Nails : "With teeth"
Pennywise : "The fuse"
The Electric Soft Parade : "The American adventures"


Entendus et vus pour la première fois au Grand Journal de Canal+, par excellence endroit chébran et parfois (souvent ?) lettebran. A priori sans aucun intérêt, si ce n’est celui de la hype passagère, quand on connaît les goûts des chroniqueurs de l’endroit. Cinq jeunes américains nous interprètent I’m Not Gonna Teach Your Boyfriend How To Dance With You en direct live, vrai de vrai. Je suis scotché ! Je suis pourtant à jeun mais je trouve cela catchy et fun. Après leur prestation, j’ai voulu en savoir et en entendre plus. Bon, à deux lettres près, on pourrait les confondre avec le quatuor lippu géorgien. Pas celui de Tbilissi, si tant est qu’il en existe un par là-bas, mais celui d’Atlanta, USA (Black Lips). Ceux-ci nous viennent de Jacksonville en Floride et leur fraîcheur fait vraiment plaisir à entendre.

Les Black Kids n’ont pas inventé la poudre, c’est certain. Les Black Kids ne peuvent pas nier leurs influences, c’est indéniable. Les Black Kids font partie de ces nouveaux groupes pop américains fans de new-wave et de post-punk anglais et/ou des années quatre-vingt en général. Ca lorgne du côté de Cure pour la voix. En ce qui concerne la musique, il s’agit d’un grand fourre-tout où se croiseraient la new-wave des Au Pairs, le « funk » plombé et frisquet de Gang of Four , les claviers et les gimmicks du Cure (encore !) late seventies/early eighties et la légéreté de certaines rythmiques des Smiths. Bref, un melting-pot qui ne me laisse pas de marbre et qui me transporte près de trente ans en arrière. Je me revois, écumant les dancefloors, avec mon maquillage et mes cheveux bleus.

Comment, dès lors, ne pas entrer de plein pied et avec le sourire dans l’univers de ces cinq jeunots puisqu’il me font immensément plaisir. Univers, certes peu novateur, comme signalé ci-dessus, mais d’une fraîcheur incontournable et bienvenue. Ajoutez à cela l’habile mélange des voix féminines et masculines qui donne cette coloration impalpablement sucrée à l’ensemble et vous vous surprendrez à taper de la tête et dodeliner du pied ! Il est curieux de voir (et d’entendre !) tous ces nouveaux jeunes groupes nourris aux années new-wave alors qu’ils n’étaient pour la plupart pas nés à cette époque. Nul doute qu’ils furent bercés par la musique que leurs parents écoutaient en fricotant sur le sofa. Quelle plaisante et tendre enfance. A moins qu’ils ne se soient rués sur le walkman à cassettes d’un grand frère et/ou d’un oncle beaucoup plus agés lorsque ceux-ci faisaient les pauses à l’usine.

La première possibilité reste la plus plausible. Les parents nés dans les années soixante ont été gavés aux prémices du punk avant de basculer vers la new-wave et autre cold-wave du début des années quatre-vingt. C’est à cette époque charnière qui durera une petite dizaine d’années qu’ils se seront fait l’essentiel de leur collection de vinyls. LPs et Eps incontournables du moment. Nul doute qu’il traîne encore sur l’étagère magique et pansue du salon des tas de ces 33 tours parmi lesquels vous trouverez sans mal Clash, Talking Heads, Sex Pistols, Stooges, Cure, Joy Division, Blondie et toute une kyrielle de leurs contemporains. A l’époque, les fans acharnés, qu’ils soient américains, anglais et même belges n’hésitaient pas à faire le tour des boutiques d’imports dans lesquelles ils pouvaient mettre la main sur la perle rare. Je me souviens encore de cette époque bénie des dieux où l’on attendait religieusement et impatiemment la sortie de la nouvelle galette de notre groupe fétiche du moment. Pas question ici de downloader quoi que ce soit sur son antique computer ! Après l’avoir payé, tout tremblant au comptoir de notre négociant favori et néanmoins ami, on enfourchait notre rutilante mobylette afin d’aller l’écouter au plus vite.

Quel plaisir de sortir l’objet précieux de sa pochette et de le déposer théâtralement sur sa platine avec un soupir d’aise. On laissait précautionneusement tomber l’aiguille et la magie opérait. Il nous fallait ensuite retourner l’album après quatre ou cinq titres afin de découvrir le reste de la livraison. Cet album des Black Kids me donne l’envie de refaire ces mêmes gestes sacrés. Un cérémonial que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Un grand manque en ce qui me concerne. A l’heure du mp3 et du ipod shuffle, il est rare d’écouter un album en entier. Cette nouvelle donne empêche probablement les nouvelles générations, par manque de ces repères d’une autre époque, de pouvoir apprécier à sa juste valeur la saveur de la musique. Comme un cadeau sous le sapin qui aurait moins de valeur et de symbolique lorsqu’on aurait appris que le Père Noël n’existe pas. Mais un cadeau, ça se mérite. Tout simplement. Une cinquantaine de minutes de musique. C’est peu et beaucoup à la fois. Dans le cas qui nous occupe, soyons sûrs que nos cinq jeunes amis des Black Kids continuent à fouiller les bacs du seul disquaire de type « championship vinyl » encore en vie dans leur petite ville du bout du monde.

Bien sûr, j’entends d’ici les railleries...

« il faut vivre avec son temps, vieux réac’, la musique se consomme de façon différente aujourd’hui que lorsque tu étais jeune ! ».

Ce qui est certain c’est que pour la plupart, la musique n’a plus cet aspect viscéral et vital qui me transportait jadis et me donnait le sentiment d’être différent. Et moi, je préférerais toujours une bande de jeunes qui entretiennent le mythe plutôt qu’une meute qui le défont !

http://www.myspace.com/blackkidsrock



Répondre à cet article

Jeremy Plywood





Il y a 12 contribution(s) au forum.

Black Kids : "Partie Traumatic"
(1/4) 23 février 2009, par nericj
Black Kids : "Partie Traumatic"
(2/4) 20 février 2009
Black Kids : "Partie Traumatic"
(3/4) 20 février 2009, par Monsieur Pointu
Black Kids : "Partie Traumatic"
(4/4) 20 février 2009, par suture




Black Kids : "Partie Traumatic"

23 février 2009, par nericj [retour au début des forums]

salut le vieux con qu’une pochette de 30x30 cm fait encore bander, que malgré toutes ces années durant lesquelles on nous a dit que, non, non et non, faut pas malheureux, seul le numérique sauvera la musique et ben il résiste ! ! Encore une remarque avant la fin : heureusement qu’il nous reste "le grand journal" pour entendre de la musique "entendable" dedans la télé ! ! . . une suite presque aussi bonne que l’était NPA ! !
Maintenant, et pour faire taire toutes les mauvaises langues, je cours essayer ce disque que la chronique m’a donné envie de découvrir.. .. see you all au prochain épisode ! !

[Répondre à ce message]

Black Kids : "Partie Traumatic"

20 février 2009 [retour au début des forums]

Bon, on écrit "plain-pied", d’abord. Ensuite, de pied on on prendra avec cette chose qu’en écoutant sous acide Partie Traumatic, et encore, en juillet 2008, avec piscine achalandée et tout et tout, cad il y a un bon siècle s’agissant de pareil consommable... Je sais bien que d’acide point n’est plus question dans ce bas monde mais cette chronique vient tard comme une redif ou un DVD du "grand Journal"... une autre fois peut-être, mister Plywood ?

[Répondre à ce message]

    Black Kids : "Partie Traumatic"

    20 février 2009, par jeremy plywood [retour au début des forums]


    noté pour plain-pied ! merci ! pour le reste, qui a dit qu’on devait parler de nouvelles nouveautés toutes fraîches voire même de cd pas encore dans les bacs... loin de moi l’envie de gratter le net à la recherche d’album à paraître. c’est pas mon genre et je n’en ai aucune envie. pour mémoire, je vous confirme que l’on ne reçoit aucun disque promo des firmes de disques, s’il y en a encore ! ;-) c’est donc un peu au vögelpick (c’est comme ça qu’on l’écrit ?) et en continuant à gratter les bacs poussièreux de l’un ou l’autre disquaire, s’il y en a encore, que l’on vous fait part de ce que l’on a aimé ou pas. voilà voilà !

    [Répondre à ce message]

      Black Kids : "Partie Traumatic"

      20 février 2009 [retour au début des forums]


      Aux temps pour moi ! (j’ai appris la bonne ortho de cette expression de beauf ici ;-). J’accusais seult, à vos dépens mais vous êtes là pour ça vous le savez bien, le caractère daté et datable du produit que vous venez, à l’instant dans mes oreilles fragiles, de dériver.

      [Répondre à ce message]

Black Kids : "Partie Traumatic"

20 février 2009, par Monsieur Pointu [retour au début des forums]

"soyons sûrs que nos cinq jeunes amis des Black Kids continuent à fouiller les bacs du seul disquaire de type « championship vinyl » encore en vie dans leur petite ville du bout du monde"

Ah ouais ?

[Répondre à ce message]

Black Kids : "Partie Traumatic"

20 février 2009, par suture [retour au début des forums]

c’est quoi ce gloubibougla de chronique sur le mode du c’était mieux avant, avec connotations sociologiques de comptoir ? la question à deux balles, c’est pourtant, que retenir des black kids, et non ces considérations maintes fois ressassées sur la fin de l’écoute de l’album en entier ?

[Répondre à ce message]

    Black Kids : "Partie Traumatic"

    20 février 2009, par jeremy plywood [retour au début des forums]


    mais oui mon garçon !
    je t’avais anticipé :

    Bien sûr, j’entends d’ici les railleries...
    « il faut vivre avec son temps, vieux réac’, la musique se consomme de façon différente aujourd’hui que lorsque tu étais jeune ! ».

    [Répondre à ce message]

      Black Kids : "Partie Traumatic"

      20 février 2009 [retour au début des forums]


      non, je trouve seulement que ta chronique n’en est pas une, point barre. parle de l’album, des morceaux, de ce qui t’as touché ou débecté, ...

      [Répondre à ce message]

        Black Kids : "Partie Traumatic"

        20 février 2009, par SC [retour au début des forums]


        C’est pourtant clair, non ? Ce qui l’a touché, c’est que ça lui rappelle plaisamment une autre époque !

        Putain de jeune : même la lecture, c’est en shuffle !!!

        [Répondre à ce message]

        Black Kids : "Partie Traumatic"

        20 février 2009, par jeremy plywood [retour au début des forums]


        pour les sourds et les mal-entendants :
        "Les Black Kids font partie de ces nouveaux groupes pop américains fans de new-wave et de post-punk anglais et/ou des années quatre-vingt en général. Ca lorgne du côté de Cure pour la voix. En ce qui concerne la musique, il s’agit d’un grand fourre-tout où se croiseraient la new-wave des Au Pairs, le « funk » plombé et frisquet de Gang of Four , les claviers et les gimmicks du Cure (encore !) late seventies/early eighties et la légéreté de certaines rythmiques des Smiths. Bref, un melting-pot qui ne me laisse pas de marbre et qui me transporte près de trente ans en arrière. Je me revois, écumant les dancefloors, avec mon maquillage et mes cheveux bleus."

        [Répondre à ce message]