Pop-Rock.com



Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"
Emeute réussie ou simple manifestation adolescente ?

vendredi 23 janvier 2009, par Julien Gas

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Michel Drucker Experience : "Seul en vie"
Travis : "12 memories"
Santana : "All that I am"
Front 242 : "Still & Raw"
Piers Faccini : "Tearing sky"
And One : "Aggressor"
Alex Gopher : "Alex Gopher"
The Aliens : "Luna"
Killing Joke : "Hosannas from the basements of Hell"
Yo La Tengo : "I am not afraid of you and I will beat your ass"


« Birdie Num Num, Birdie Num Num » scande Peters Sellers, du nom du perroquet qu’il nourrit dans le film culte de Blake Edwards The Party, dont est tiré le patronyme du groupe français Birdy Nam Nam. On en est déjà certains, leur dernier disque ne sera jamais à la musique électronique ce qu’a pu être The Party au film d’humour, soit un chef d’œuvre de drôlerie et le chef de file d’un style allant d’Austin Powers à Woody Allen (ou le contraire). Manual for Succesful Rioting ne sera d’ailleurs jamais chef de file ou précurseur de quoi que ce soit. Birdy Nam Nam est rentré dans le rang du beat daft punkisant. Bienvenue donc dans une émeute puissante et énergique qui détruit tout sur son passage ; tout en laissant une odeur de déjà-vu dans les narines, dès la dernière banquette de Golf GTI partie en fumée.

Tout commence pourtant très fort pour Dj Pone, Dj Need, Crazy B et Little Mike, qui nous viennent du haut des podiums de championnats mondiaux de deejaying (remportés en équipe en 2002, en ce qui les concerne). En 2005, ces papes du turntablism décident de ranger leurs coupes pour enregistrer une véritable bombe, Birdy Nam Nam, premier album mélangeant racines et techniques hip-hop aux sons jazz, funky et électroniques ; croisement idéal entre Kraftwerk, Massive Attack et Grandmaster Flash. La critique est élogieuse, la tournée qui suit énorme (le feu à l’Olympia, aux Transmusicales...). Le groupe y relit ses titres dans des versions plus percutantes, tout en gardant l’esprit qui le caractérise, celui du mélange des genres à la sauce turntablism. Manual for Successful Rioting fait donc suite à Birdy Nam Nam, vendu à 30 000 exemplaires, autant dire que l’attente était là. Red Dawn Rising entame l’album par une lente montée, sorte de voyage haut en couleurs, qui arrive a son apogée avec le sample Pow Pow Pow de l’Australien Fabian, signé sur le très Kitsuné label Gash Digital. Mise en bouche très agréable et tournant plus percussif maîtrisé pour ce premier titre, même si on ne retrouve pas tout le groove du premier album. Malheureusement, la suite du disque va continuer à gommer ce groove comme pour mieux coller vers la french touch 2.0. C’était prévisible, à voir leur page MySpace annonçant très clairement que ce serait désormais « no more jazzy ». Trans Boulogne Express, référence à Kraftwerk, tape dur mais reste une petite perle qui donne envie de bouger son cul.

La suite, moins. Love Your Enemy (Kill Your Friends) est dispensable. Bonne Nouvelle, electro indie rock a beau être puissant, il est également fade. Trilogie pourtant super efficace, Manual for Successful Rioting, War Paint et Worried sonnent un peu trop comme du Boys Noize. Shut Up est plus puissant, hip hop et original. Newcleus, vieux groupe electro rap de Brooklyn ayant obtenu sa notoriété grâce au classique Jam On It y apparaît en featuring. Quant à Hommosexuality, confortable et cotonneuse rêverie, elle n’est pas sans rappeler le dernier Sébastien Tellier. L’album se termine par The Parachute Ending, sans doute le plus mauvais morceau de l’album. Il est produit par Justice, dont les synthés et le son anxiogène sonnent déjà comme une caricature.

L’album reste malgré tout cela cohérent de bout en bout, plutôt bien produit par le très hype Yuksek. Une bonne partie des titres est efficace mais avec ce deuxième album clairement orienté dancefloor, il n’en demeure pas moins que voilà Birdy Nam Nam réduit à un simple rôle de pion de la nouvelle révolution french touch. Dès lors, ayant semble-t-il perdu une partie de leur soul, ce manuel pour une émeute réussie sonne surtout comme une manifestation adolescente, certes puissante mais aussi sans véritable idéologie pour la porter.

En concert aux Transardentes de Liège le samedi 24 janvier 2009.

www.myspace.com/birdynamnam



Répondre à cet article

Julien Gas





Il y a 8 contribution(s) au forum.

Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"
(1/1) 23 janvier 2009, par Raphouse




Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"

23 janvier 2009, par Raphouse [retour au début des forums]

Et ça continue dans l’imposition de toutes les merdes électros qui obsèdent l’éternel loser qui tente une incursion dans la scène médiatique bruxello-wallonne.

On va se taper toutes les pires saloperies qui n’ont rien à voir avec le rock ou la pop pour satisfaire l’égo surdimensionné de Coosemans l’éternel retour manqué et lui permettre de vanter les pires chieries sous couvert d’underground et de révélations.

[Répondre à ce message]

    Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"

    23 janvier 2009, par SC [retour au début des forums]


    Pour quelqu’un qui poste ses merdes d’un département du ministère de la justice belge, t’as pas peur de diffamer, toi, dis donc... Rhooooo que c’est vilain, le sentiment d’impunité !

    [Répondre à ce message]

      Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"

      23 janvier 2009, par S. [retour au début des forums]


      Il a dit que t’étais un loseur, c’est pas de la diffamation : tu as plutôt raté ta carrière non ? Tu t’es même carrément gouré de vocation, puisque ta grande passion c’est fliquer les gens. L’hérédité sans doute.

      [Répondre à ce message]

    Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"

    23 janvier 2009, par Julien gas  [retour au début des forums]


    "Et ça continue dans l’imposition de toutes les merdes électros"

    "On va se taper toutes les pires saloperies qui n’ont rien à voir avec le rock ou la pop"

    Ce genre d’attitude réactionnaire et absolument fermée d’esprit existait déjà quand Kraftwek sortit Autobahn en 1974, ou quand Beastie boys sortit en 1986 licensed to III (quel horreur du rap avec du punk/rock).
    Je pensais qu’en 2009, la musique n’était plus question de chapelle, que les murs étaient tombés...
    Malheureusement, il existe encore des gens de ton espèce qui préfère tiré à boulets rouges sur le premier groupe s’écartant du rock (le vrai le pur !!) plutôt que de jeter une oreille de curiosité a des groupes dont l’esprit sonne peut-être plus rock ’n’ roll que des mièvrerie comme Montevideo.

    [Répondre à ce message]

    Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"

    23 janvier 2009, par 2deNeurone [retour au début des forums]


    Et objectivement tu reproches quoi au nouveau Birdy Nam Nam ?
    Parce que là on avait bien compris que tu as décidé de casser du Cosemans, ce qui pour 99.9% des personnes qui se présentent ici, après leur boulot (pas pendant comme dans les ministères), on en a rien à foutre de Cosemans !? en plus c’est Gas qui a chroniqué cette bouse infâme sous sous Justice ... (si j’en fait trop vous me le dites, hein ? )

    Donc, en gros, si je comprend bien, une fois que tout les bouseux, planqué, boutonneux qui jouissent lorsqu’ils rependent leur fiel sous couvert d’un pseudo qui confirme l’étendue de leurs capacités intellectuelle auront compris que les chroniques sur Jennifer c’est la porte à côté, on retrouvera de vrai débats de fond ? avec une argumentation (oups, sorry, tu ne dois pas connaître la signification de ce mots, page 66 du petit Larousse Illustré, re-oups, tu ne dois pas avoir de dico, demande à ton chef de service, c’est le gros truc qu’il fou en dessous de son cul pour paraître plus grand).
    J’ai bien compris ???

    [Répondre à ce message]