Pop-Rock.com



Backyard Babies : "People like people like people like us"
C’est en Suède, Venice Beach ?

mercredi 7 juin 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Mars Volta : "Frances the mute"
Comets on Fire : "Blue cathedral"
Wolfmother : "Cosmic egg"
Sparklehorse : "Dreamt for light years in the belly of a mountain"
The Sunday Drivers : "Tiny telephone"
The White Stripes : "Icky Thump"
Broadcast : "Tender Buttons"
Menomena : "Friend and foe"
The Divine Comedy : "Absent friends"
Benjamin Biolay : "La superbe"


Il paraît que le groupe a perdu sur cet opus de sa hargne et de son côté direct et je-m’en-foutiste. Je ne saurais pas confirmer ou infirmer cette opinion, vu que je n’ai pas écouté les précédents albums de ces Suédois. Par contre, ce que je peux vous dire, c’est que ce disque m’a procuré un de ces petits plaisirs honteux qu’on a souvent tort de se refuser...

On ne peut décemment penser qu’à une seule chose en écoutant ce disque : les films américains pour ados, genre American Pie, Scream, Destination finale et autres réjouissances du même style. La musique de Backyard Babies est de celle qu’on imagine parfaitement durant une de ses scènes où le petit coincé qui veut se faire apprécier de ses camarades organise une guindaille chez lui alors que ses parents sont en voyage. Et pendant que tous ces rebelles en herbe boivent de la bière (inaccessible étoile de la déchéance), forniquent dans une des quatorze chambres meublées de l’étage (mais sans jamais retirer le t-shirt), regardent des films d’horreur ou parlent de foot, un type va aller glisser ce CD dans la chaîne, espérant un déchaînement hormonal chez les bimbos déjà toute refaites qui vont faire exploser la libido de tous ces apprentis mâles en dansant sur la table (si le film est vraiment trash, il y en a une qui terminera en soutien-gorge, et on la verra de dos). Il se peut aussi que cette décadente jeunesse typique US se découpe en morceaux dans le garage pendant cette scène, mais alors la musique est un peu en retrait et on aurait des difficultés à identifier le morceau à cause de la scream-queen qui hurle comme une sirène d’ambulance. Les producteurs américains, faisant rarement grand étalage de leur incommensurable culture musicale, diffuseront peut-être un deuxième morceau du disque lorsqu’ils proposeront un petit panorama de l’école ou de la fac que fréquentent les protagonistes du film. J’imagine bien Heroes and heroines accolée aux images d’un vieux bâtiment, avec un immense gazon anglais sur lequel gazouillent des gosses au sourire publicitaire (« testé cliniquement »). Parmi tous ces jeunes promis à un bel avenir, qui roulent tous en 4X4 ou voiture de sport, on reconnaît le sportif au beau blouson à l’effigie de l’équipe de base-ball, les filles aussi finaudes qu’un poisson rouge avec leurs petites jupes et leurs socquettes, le Black rigolo qui lâche toutes les trente secondes, au choix, une feinte à deux balles ou une citation biblique (j’ai rien contre les Afro-Américains, c’est pas ma faute si Hollywood n’en fout dans ses films que pour une question de quota). Enfin bref, vous avez saisi l’idée.

Musicalement, on nage entre du AC/DC encore plus morveux et dépouillé de ses ostentatoires racines blues, du Guns’n Roses moins démonstratif et de l’Offspring pur jus, avec un petit coucou de rigueur aux Ramones. Typiquement le genre de truc honteux et qu’on n’écoute plus une fois passé les seize ans, donc ? Pas vraiment en fait, car le sens de la mélodie et du rythme de ces faux Californiens est indéniable. De plus, l’album s’avère suffisamment varié pour ne pas lasser avant la fin. Entre du punk pour petits mioches, une ballade à écouter dans la voiture au bord d’une falaise, en espérant conclure (mais c’est sans compter le tueur psychopathe qui rôde...) et du rock débraillé qui sent bon les premiers déboires intestinaux et les premières contractions pelviennes, l’album dégage une indéniable sympathie et ne donne qu’une envie : hurler en chœur les refrains simplistes et sauter d’un coin à l’autre de la pièce, sans considération aucune pour la litière du chat ou la représentation miniature du David de la mère. Alors, bien sûr, on l’aura oubliée dans trois mois, mais dans l’intervalle, cette petite galette remplit parfaitement son humble office. On évitera seulement si l’on tient à sa dignité...



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Backyard Babies : "People like people like people like us"
(1/2) 5 janvier 2015, par Reden Scott
Backyard Babies : "People like people like people like us"
(2/2) 13 avril 2007, par Couillu le caribou




Backyard Babies : "People like people like people like us"

5 janvier 2015, par Reden Scott [retour au début des forums]

Their music are good. They have worked on different harmonies and music styles. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Backyard Babies : "People like people like people like us"

13 avril 2007, par Couillu le caribou [retour au début des forums]

Excellent groupe, j’ai leurs mélodies dans la tête depuis des années

[Répondre à ce message]