Pop-Rock.com



Alice Cooper : "Along came a Spider"
The spider man is having you for dinner tonight

jeudi 4 septembre 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Nashville Pussy : "Say something nasty"
DJ Hell : "Teufelswerk"
Def Leppard : "Songs from the sparkle lounge"
Riverside : "Rapid eye movement"
Stille Volk : "Satyre cornu"
Hopper : "Deergirl"
Radiohead : "Hail to the thief"
Seagul Screaming Kiss Her Kiss Her : "Red talks"
Sarah Bettens : "Scream"
The Beatles : "Let it be...Naked"


Sacré Alice ! Depuis quelques années, on a l’impression que chaque album sera le dernier de sa carrière. Que les années ont fini par le rattraper, que la soixantaine n’est définitivement plus un âge pour incarner un croque-mitaine de fête foraine. Que le retour à ce bon vieux rock horrifique typique des années 70 était une matière symbolique de boucler la boucle, de clore une des carrières les plus éclectiques de l’histoire du rock et de revenir une dernière fois à ses premières amours après avoir touché au cabaret-rock, à la new wave, au hard FM et au metal industriel. Dernier tour de piste pour le papy du shock-rock ? Jusqu’à la prochaine fois, au moins. En attendant, Along came a spider est une réalisation sans doute pas indispensable mais d’une tenue plus que satisfaisante.

Renouant avec cet esprit Horror show qu’il avait quelque peu abandonné ces dernières années, Along came a spider se présente comme le journal de bord d’un serial-killer dont la marotte est d’arracher les membres de jeunes filles afin de créer une représentation fantasmatique de l’araignée à laquelle il s’identifie. Un récit tout en finesse et en poésie à n’en point douter, mais que le talent de conteur d’Alice parvient à rendre intéressant... Même si on déplorera les inévitables accents sentimentaux qui tombent comme une moumoute dans cette soupe à la viande.

Tour de piste nostalgique oblige, on découvre, facétieusement saupoudrés à travers les plages, divers éléments qui évoquent la longue carrière d’Alice Cooper : un brin d’orchestration par ci, un soupçon de théâtral par là, une discrète poignée de sonorités synthétiques et l’un ou l’autre riff plus brutal que la norme. Dans l’ensemble, ce nouvel album reste toutefois fidèle à la voie empruntée depuis cinq ans, celle de la simplicité et d’un retour aux sources, dépouillé des expérimentations parfois hésitantes du passé et de toute conformité aux tendances en vogue. On ne retrouvera pas non plus les appâts festifs et bariolés d’un Dirty diamonds. Along came a spider est à la fois plus rude et sombre que ses deux prédécesseurs, plus proche que jamais de ce rock rêche et hargneux qui fit d’Alice en son temps l’un des précurseurs du garage-rock.

Along came a spider n’a cependant pas la séduction facile. Il lui manque l’efficacité immédiate, peut-être même LE hit instinctif, celui qu’Alice a été capable de composer sur l’écrasante majorité de ses réalisations... Quoique Killed by love aurait pu prétendre au titre s’il s’était présenté sous une autre forme que cette ballade malheureusement très sirupeuse. Sans manquer de titres bien torchés (Vengeance is mine, Wake the dead, Catch me if you can), Along came a spider requiert une approche plus patiente que d’autres albums. Le fait d’être amateur du sieur Cooper, de son chant « diabolique » et de son univers, constitue pour une fois un réel avantage pour pénétrer cet album sans fioritures et néanmoins abrupt par certains aspects. Dommage pour ceux qui apprécient davantage l’Alice Cooper cynique et décalé que le conteur de ces récits horrifiques qu’on laisserait bien à King Diamond. Néanmoins, Along came a spider reste un travail de qualité, professionnel et qui, faute d’éclairs de génie, ne manque pas de gnaque. Si Alice Cooper ne représente plus, en aucune façon, l’avenir ni même le présent du rock, il parvient cependant, avec talent et dignité, à incarner un passé qui ne carbure pas encore à la nostalgie.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 12 contribution(s) au forum.

Alice Cooper : "Along came a Spider"
(1/6) 20 octobre 2014, par Robret Messy
Alice Cooper : "Along came a Spider"
(2/6) 25 avril 2009, par Food4TheFools
lo siento si using bk40f
(3/6) 19 avril 2009, par Peksraluale
Alice Cooper : "Along came a Spider"
(4/6) 5 septembre 2008, par Jimbo
Alice Cooper : "Along came a Spider"
(5/6) 4 septembre 2008, par Vehau
Alice Cooper : "Along came a Spider"
(6/6) 3 septembre 2008, par The last day of summer




Alice Cooper : "Along came a Spider"

20 octobre 2014, par Robret Messy [retour au début des forums]

You can convey your message through writing stories or essays only if you have strong writing skills and know how to write impressive and free from grammar error piece of paper. Majority of people put all the responsibility on hiring a writer which sometimes cost a lot. Here is the best solution to visit AssignmentMountains website to get writing help which has proven record.

[Répondre à ce message]

Alice Cooper : "Along came a Spider"

25 avril 2009, par Food4TheFools [retour au début des forums]

du bon hard traditionnel fait avant qu’il soit récupéré par le rock fm...

[Répondre à ce message]

lo siento si using bk40f

19 avril 2009, par Peksraluale [retour au début des forums]

Best swedish blonds hairy fanny pic gallery and white sample women like free pornstars cuming shaved fanny menstruations pics and movies female nude etc. See slutty old whores fucking young men pics with hairy amatures asian such as nacked photo hot punk grils boobs of indian females and more.

[Répondre à ce message]

Alice Cooper : "Along came a Spider"

5 septembre 2008, par Jimbo [retour au début des forums]

Three Imaginary Boys - Seventeen seconds - Faith - Pornography - The top Pour moi tout est là ! Je sais il n’est nullement question de Cooper mais je connais pas trop alors je m’abstiens !

[Répondre à ce message]

    Alice Cooper : "Along came a Spider"

    9 septembre 2008 [retour au début des forums]


    assez d’accord... même si chaque album qui suivit avait ses quelques morceaux génialissimes, ils n’ont jamais plus égalé les premiers chef d’oeuvres. Et à entendre les nouveaux morceaux, j’ai bien peur qu’on descende encore d’une marche ou deux...

    [Répondre à ce message]

    Alice Cooper : "Along came a Spider"

    11 septembre 2008, par Humphrey [retour au début des forums]


    Oui une partie du Grand Tout se rencontre dans ces Five-là. D’inutiles et encombrantes théories alternatives (dans les cordes) voudraient nous vendre des scories (des Bloodlowers par ex), voire de la Nouveauté -carrément- en lieu et place de ce passé définitivement révolu. Débilitante leur démarche menstruelle. Débilitante la Théorie du Tout.

    [Répondre à ce message]

Alice Cooper : "Along came a Spider"

4 septembre 2008, par Vehau [retour au début des forums]

Je ne suis pas vraiment un fanatique acharné d’Alice Cooper, je reste cependant admiratif devant sa longévité et la qualité plus que correcte de ces derniers albums.
Je n’ai pas encore assez écouté "Along Came A Spider" pour m’en faire une idée précise, la première mise en oreilles fut quelque peu laborieuse mais au fur et à mesure, je commence à bien apprécier cet opus, pas franchement original, mais quelques pistes parviennent à sortir du lot, et l’on passe finalement un bon moment, c’est tout le mal que l’on peut espêrer d’un disque de Hard Rock...

[Répondre à ce message]

Alice Cooper : "Along came a Spider"

3 septembre 2008, par The last day of summer [retour au début des forums]

Vous faites référence à une chanson de l’album Disintegration de The Cure, mais pourquoi ne jamais parler du sublissime Bloodflowers ?

[Répondre à ce message]

    Alice Cooper : "Along came a Spider"

    5 septembre 2008, par Toot sweet [retour au début des forums]


    Peut-être que tout le monde s’en fout ?!

    [Répondre à ce message]

    Alice Cooper : "Along came a Spider"

    5 septembre 2008, par Louis St-Jo [retour au début des forums]
    * cf. ma chronique pour le magazine Asteline


    "Bloodflowers", sublissime ??? Un bon album... mais qu’est-ce que les Cure ont fait de mémorable après "Wish" ? M’en souviens plus, justement. Pourtant, je m’impatiente comme un gosse à l’annonce de chaque nouvel album, je passe en boucle et tout et tout.

    Pour en revenir à Alice Cooper, son album précédent, "Dirty Diamonds" était bien meilleur, moins "marketé", même si ce "Along came a spider" s’en tire tout à fait honorablement*. Ce nouvel album n’a rien de vraiment génial mais est bon (un peu comme "Bloodfowers", finalement). Juste de quoi se consoler d’une période assez morose et peu créative pour le rock.

    Et si Alice ne représente ni le présent, ni l’avenir du rock - comme dit l’article ci-dessus - , qui le représente ? Coldplay ? Pitié !

    [Répondre à ce message]