Pop-Rock.com



Pulp : "Different class"
Bienvenue chez les Mis-Shapes

dimanche 21 mars 2010, par Alexandra Jakob

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Sarah McLachlan : "Solace"
Bob Dylan : "Time out of mind"
Pendragon : "The masquerade overture"
Primal Scream : "Screamadelica"
Meat Loaf : "Bat out of Hell 2 (Back into Hell)"
Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"
PJ Harvey : "Rid of me"
The Corrs : "Forgiven, not forgotten"
Oasis : "(What’s the Story) Morning Glory ?"
Tin Machine : "Tin Machine II"


Un triste samedi soir, j’avais renoncé à aller draguer au Macumba, la discothèque technoïde du coin. Je commençais à me faire un peu trop mûre pour ce genre de divertissement calibré. De plus, les fringues en lycra bouloché et l’ombre à paupières mauve n’avaient jamais vraiment mis en valeur mon genre de beauté.

Le visage nu, je me trouvais donc dans mon salon en compagnie du berger allemand familial et de Norbert, mon meilleur (et seul) ami. Afin de satisfaire aux exigences culturelles de nos connaissances bobos – et parce qu’après tout, un peu de vernis intellectuel n’a jamais nui – nous jetions un œil distrait sur Arte. Un cookie à la main, je m’immobilisai.

- Regarde, c’est Jarvis Cocker... Le chanteur de Pulp.

J’avais élevé la voix tout en apportant cette précision. Mon berger allemand frémit des oreilles. Il avait quelques poils blancs sur le museau.

- Tu ne veux pas regarder la rediff de Federer fessant Monfils plutôt ? Je ne vois pas quel intérêt tu trouves à cette popstar un peu passée.

- Oh, ta gueule, grognai-je.

Il y a bien longtemps que je ne donne plus le meilleur de moi-même avec mon vieil ami. Sur la forme pourtant, Norbert n’avait pas tort. Car Jarvis appartenait de toute évidence à la caste des anti-héros. Un archétype de l’intellectuel, pourvu d’une distinction très victorienne et d’une plume acérée, égaré dans une ère où les bons sentiments, la négligence vestimentaire et le laxisme lexical prédominent. Bref, un type qui n’avait pour lui que sa nationalité, car seule l’Angleterre pouvait l’apprécier à sa juste valeur.

- C’est bizarre comme le cercle se referme, poursuivis-je. Jarvis a retrouvé aujourd’hui son inspiration parfois défaillante des années 80. Bon, il a de beaux restes quand même.

- La situation était quand même plus prometteuse pour Pulp il y a vingt-cinq ans, s’entendit renchérir Norbert, alors que son être tout entier réclamait une balle jaune et des hommes en short.

- Certes oui, mais leurs premières années étaient assez… inégales. Oh, il y avait bien quelques belles saillies dans la veine de Little Girl (With blue eyes). Très belle mélodie.

J’ai fredonné. Little Girl (With blue eyes), There’s a hole in your heart, And one between your legs, You’ve never had to wonder, Which one he’s going to fill…

- Un peu cru pour être martelé sur les ondes, commenta Norbert.

- Oui, c’est ce qui fait tout le charme des chansons de Pulp : des vérités malsaines, des détails que l’on aurait aimé avoir oubliés, énoncés d’une voix de crooner sur des airs imparables.

Norbert médita cette phrase, tandis que je me rengorgeai en silence.

- Toujours est-il qu’ils ont dû attendre le milieu des années 90 pour se faire connaître.

- Ah oui, l’arrivée de la britpop…

- Je n’ai jamais compris pourquoi on avait affilié Pulp à cette scène. Outre qu’ils surpassent aisément les poids lourds du genre, leurs titres sont à la fois intemporels et anachroniques. Jarvis a quand même écrit la meilleure chanson des années 80, She’s a lady, en 1994. C’est cette même année qu’il a enfin connu le succès grâce au quatrième album de son groupe, His’n’Hers. Comme si son âge ingrat avait pris fin à 31 ans.

- La vache, a sifflé Norbert en se passant la main sur ses cicatrices d’acné, qu’il avait fort nombreuses.

- Et en 95, la consécration. Avec Different class, Jarvis Cocker a réussi l’impossible : flatter les gens en se payant ouvertement leurs têtes. Des gimmicks géniaux de Bontempi l’ont bien aidé. Common people résume à elle seule tout cela. Car au-delà du portrait au vitriol d’une greluche aisée, désireuse d’expérimenter le tourisme sexuel de classe, le pékin moyen en prend aussi pour son grade. And dance, and drink, and screw, because there’s nothing else to do… Tu parles d’un programme. Je préfère encore me taper la soirée Schlagermusik de la ZDF.

- Pas moi, grogna Norbert en se remémorant la blonde saoule qui l’avait allumé au Macumba la semaine passée.

- Cela dit, en dehors de ses évidentes qualités, Common people a le défaut d’éclipser ses consoeurs, qui sont bien souvent tout aussi formidables. Car Jarvis a une conception théâtrale, parfois même outrée, de ses chansons. Mais peu importe. Qu’il se glisse dans la peau d’un vicelard revanchard durant I spy, ou dans celle d’un adolescent frustré lors de Disco 2000, on ne peut s’empêcher d’y croire. Cela parait tout de même assez incongru d’imaginer ce type et ses belles fringues de dandy, perdu au milieu de la décennie la plus criminelle de la mode, en boutonneux aux hormones, amoureux de la plus jolie pimbêche du lycée. Et pourtant, cela fonctionne à merveille ! On se le représente, pathétique, seul dans une chambre à la tapisseries 70’s marron et jaune, en train de griffonner les déclarations d’amour qu’il remettra à sa douce lorsqu’il sera enfin beau. En l’an 2000…

- Si je comprends bien, Jarvis pouvait tout se permettre.

- Oui, même une ballade imparable, à faire rougir tous les parasites de feu de camp, qui officient guitare sèche à la main les soirs d’été. Ah ça, avec Something changed, il a vraiment choisi l’offensive. Violons, textes sucrés, mélodie aérienne. On en oublierait presque l’obsédé tourmenté de F.E.E.L.I.N.G.C.A.L.L.E.D.L.O.V.E. – une bizarrerie d’une intensité saisissante -, l’amant insistant de Pencil Skirt, présent jusqu’au harcèlement.

J’ai levé les yeux. Federer venait de gagner le deuxième set haut la main. Norbert s’étira.

- Et bien, soupira-t-il, je vais avoir de quoi tenir la conversation, la prochaine fois que j’irai dîner bio dans le loft rénové de Julie et Stéphane.

- Ah, pas de chance. Ils viennent juste de pondre un môme qu’ils ont affublé d’un blase impossible. Gontran, un truc comme ça. Cons de bobos. Toujours à vouloir se singulariser. Tiens, en parlant de ça, tu ne veux pas savoir pourquoi Mis-Shapes s’adresse à nous ?



Répondre à cet article

Alexandra Jakob





Il y a 91 contribution(s) au forum.

Pulp : "Different class"
(1/6) 6 décembre 2013, par bali bully
Pulp : "Different class"
(2/6) 3 décembre 2013, par bali bully
Pulp : "Different class"
(3/6) 27 novembre 2013, par bali bully
Pulp : "Different class"
(4/6) 19 novembre 2013, par bali bully
Pulp : "Different class"
(5/6) 27 mars 2010, par Jérôme S
Pulp : "Different class"
(6/6) 22 mars 2010, par Boris Ryczek




Pulp : "Different class"

6 décembre 2013, par bali bully [retour au début des forums]

This content material is fascinating reading. I like to have my brain challenged and this article did that. It’s not just informational, it’s also stimulating and thought-provoking material. You’ve executed well.
herbalife shake murah

[Répondre à ce message]

Pulp : "Different class"

3 décembre 2013, par bali bully [retour au début des forums]

Thank you very much. I am wondering if i can share your article in the bookmarks of society.Then extra associates can speak about this problem.
cara untuk mengecilkan perut

[Répondre à ce message]

Pulp : "Different class"

27 novembre 2013, par bali bully [retour au début des forums]

That is usually a beautiful blog put up that i am ecstatic you submitted doing it with the intention that everyone can study along with gain knowledge from the enormous perception you’ve got led to on the web. I’ll clearly return on the amount one publish after that together with we do hope you will have a very good moment.
herbalife semarang

[Répondre à ce message]

Pulp : "Different class"

19 novembre 2013, par bali bully [retour au début des forums]

Hello there nice studying your informative articles. I found your blog and simply wished to say thanks !! It’s assist me an awesome great deal
herbal life

[Répondre à ce message]

Pulp : "Different class"

27 mars 2010, par Jérôme S [retour au début des forums]

Joli boulot.
Alexandra, vous avez un style que j’adore !

[Répondre à ce message]

Pulp : "Different class"

22 mars 2010, par Boris Ryczek [retour au début des forums]

Belle chronique d’un de mes groupes cultes, ça fait plaisir de te retrouver dans la team, Alexandra !

[Répondre à ce message]