Pop-Rock.com



Prodigy : "Music for the Jilted Generation"
Musique pour la génération abandonnée...

lundi 26 avril 2004, par Laurent Bianchi

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Manic Street Preachers : "The Holy Bible"
Mano Negra : "Casa Babylon"
Nitzer Ebb : "Ebbhead"
Alan Stivell : "Again"
Counting Crows : "August and everything after"
Phillip Boa & The Voodooclub : "Helios"
Bruce Springsteen : "The ghost of Tom Joad"
Duran Duran : "Medazzaland"
Air : "Moon safari"
Psykosonik : "Unlearn"


Prodigy, ce sont quatre types : Liam Howlett, Maxim, Keith Flint et Leeroy Thornhill. Et ils vont faire à l’électro ce que le punk a fait au rock, à savoir insuffler une révolution du genre en y apportant l’esprit punk. Music for the Jilted Generation se traduit littéralement par musique pour la génération abandonnée, la génération X, celle qui manque de repères, celle qui voit toutes les valeurs des soixante-huitards ainsi que des générations précédentes voler en éclats. En effet, les valeurs libertaires et égoïstes de l’une ont démoli pas mal de choses, et les valeurs religieuses et conservatrices de l’autre, plus personne n’y croit. Abandonnée.

The Prodigy got the remedy. C’est de la musique répétitive et provocatrice qui traite de tous ces thèmes et qui, parfois, fait remonter la pulpe puisqu’il secoue sans cesse le fond comme la forme. Il puise ses influences musicales en vrac chez Front 242, les Beastie Boys, Senser, Future Sound of London, etc, et plus généralement tout le reggae, la dub, le rock et bien sûr l’électro, autant dans le hardcore que dans l’ambient en passant par le drum & bass. Le groupe arrive également à réconcilier et à se faire rencontrer les aficionados des raves avec ceux des concerts rock. La saturation propre aux guitares des pantalons moule-bite est ici utilisée via les synthétiseurs (Their Law). Quant à l’attitude des membres sur scène, rien que Flint et ses piercing, dansant comme un névrosé au bord de l’enfermement psychiatrique qui aurait pris plusieurs pilules de LSD avec des champignons hallucinogènes en guise de guérison temporaire devrait vous convaincre. A écouter la cadence speedée de Full Throttle ou du bien nommé Speedway il est vrai que l’on tient difficilement sur place…

L’homme qui se cache derrière The Prodigy est un prodige : Liam Howlett, un producteur qui a senti ce qu’il fallait faire et quand, et qui a ouvert la brèche à Death In Vegas ou aux Chemical Brothers. Il a en effet amené des guitares, du chant et des samples trouvés dans d’autres genres que le rave et a, par là-même, totalement révolutionné la musique électronique. Il est à l’origine de la fusion réelle et efficace entre la techno et le rock.

Voodoo People et son clip vidéo devenu mythique est jouissif à souhait et joue sur les registres des films d’horreur (tout comme No Good dont le clip se déroule dans une cave) et, sur toutes les photos, la bobine de Maxim, ou plutôt ses yeux, l’on croit voir l’incarnation du diable. A l’époque d’ailleurs, leurs passages à la télévision scandalisent les familles bien pensantes, outrées de voir que l’on peut tomber dans une déchéance aussi pitoyable, faisant une publicité gratuite et honteuse sur la draugue…La grande force de ce titre et des autres tient aussi dans ces accélérations, ces changements de rythmes et dans son synthé à la mélodie fédératrice, propre aux raves d’ailleurs. Cet album contient tant de perles qu’il pourrait être pris pour un best of.

Le succès -amplement mérité- ne se fera guère attendre. L’album cartonne, ainsi que les singles qui en sont issus. Et surtout, fait majeur, ce succès leur ouvre les portes des festivals de rock, une véritable révolution à l’époque, où l’on aime cloisonner les styles musicaux. Impensable ! Sans eux, on n’aurait jamais eu de Moby, d’Underworld ou de Daft Punk à Werchter… Ceux qui eurent la chance de les y voir en eurent pour leur argent d’ailleurs. J’en étais.

La batterie dans Poison est un petit bijou illustratif de ce cocktail explosif et enivrant. C’est typiquement le disque pour lequel la tête fait un mouvement de va-et-vient qui étonne votre entourage, surtout dans les embouteillages. C’est si bon d’étonner !

J’aurais pu aussi bien titrer cette chronique "Putain dix ans" tellement cet album détonne.



Répondre à cet article

Laurent Bianchi





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Prodigy : "Music for the Jilted Generation"
(1/3) 29 avril 2013, par liza
Prodigy : "Music for the Jilted Generation"
(2/3) 24 février 2013, par Geoff
> Prodigy : "Music for the Jilted Generation"
(3/3) 18 février 2005, par Ka$ partout




Prodigy : "Music for the Jilted Generation"

29 avril 2013, par liza [retour au début des forums]

it’s really a great work i am going to bookmark this site for future visits thanks for sharing it. ibiza holiday

[Répondre à ce message]

Prodigy : "Music for the Jilted Generation"

24 février 2013, par Geoff [retour au début des forums]

Cet horrible son des 90s, tout de même...

J’étais féru de ce groupe à l’époque, et j’ai essayé de réécouter leurs albums. Ben, comme pour la plupart des groupes de "big beat", c’est dur...
Quelques bons singles ont moins mal vieilli que le reste.

[Répondre à ce message]

> Prodigy : "Music for the Jilted Generation"

18 février 2005, par Ka$ partout [retour au début des forums]

pa grand chose a rdir.liam est un dieu,une muse.jcalifi ses rif de "somptueusemen agressif".Liam est le fond, Prodigy est la forme et c’est l’alchimi qui a marché.respect.

[Répondre à ce message]

    > Prodigy : "Music for the Jilted Generation"

    16 avril 2005, par else [retour au début des forums]


    tout a commencé par lachat de "fat of the land" et là..je les ai tous...ce sont mes dieux ils me font vibrer, danser...je ne cesse de les écouter...j’espère beintot pouvoir danser sur leur musique tout en les regardant...en attente de les voir en concert...

    [Répondre à ce message]