Pop-Rock.com



Mr. Bungle : "California"
Tu montes, chéri ?

dimanche 2 avril 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Duran Duran : "Liberty"
Suede : "Coming up"
PJ Harvey : "Rid of me"
Pulp : "This is hardcore"
Placebo : "Placebo"
Puressence : "Only forever"
Primal Scream : "Screamadelica"
Therapy ? : "Troublegum"
Camouflage : "Meanwhile"
Vivid : "Sundown to sunrise"


Amateurs de Mike Patton, si vous lisez cette chronique en espérant y trouver la preuve que Mr. Bungle s’acoquine avec des vieux restes de King for a day, fool for a lifetime ou de Angel Dust, vous pouvez passer votre chemin, car même si Patton chante ici, la formation n’a absolument rien en commun avec Faith No More. Pour les autres, vous pouvez rester, il y a encore quelques places au fond, mais soyez gentil, ne mettez pas du popcorn partout, c’est chiant à nettoyer après.

Et que ça swingue, mes chers petits ! Adieu les guitares psychotiques et les atmosphères de banlieue américaine poisseuse : il est ici question de grande classe internationale, une sorte de Dick Tracy de la musique, coincé quelque part entre l’ambiance mafieuse de la prohibition, la grandiloquence musicale d’un Frank Sinatra et les rêves californiens les plus fous et les plus inavoués. A ma droite, The air-conditioned nightmare qui reprend à son compte les mélodies des Beach Boys en y incluant ça et là quelques riffs de guitare acérés ; à ma gauche, un Sweet charity très années trente, très big band, comme si The Divine Comedy avait décidé de s’installer à Chicago. Amateurs de cocktails, de palmiers, de jolie filles et de voitures roses, ce disque est fait pour vous. Avec un savoir-faire musical indéniable et un humour douteux (cet album serait-il une perle de second degré ?), Mr. Bungle himself vous sert sur un plateau un disque parfait pour vous prélasser l’été.

Comment ça ? Vous préférez les charmes de l’orient ou de la méditerranée ? Et bien glissez avec grâce sur Ars moriendi et sa folie contenue. Plutôt tenté par un slow sirupeux pour montrer à votre moitié de quel bois vous vous chauffez ? Pas besoin de chercher plus loin, c’est Retrovertigo qu’il vous faut. Plus sérieusement, force est de constater que les cinq musiciens de Mr. Bungle s’en donnent à cœur joie et composent surtout des morceaux d’une grande complexité, avec une infinité de parties et d’interludes différentes. On ne s’ennuie jamais, on glisse de musique de film en ambiance de film plutôt cartoon, façon "Qui veut la peau de Roger Rabbit ?", mais c’est toujours dans un immense talent. On ne doutait déjà plus des performances vocales de l’inimitable Mike Patton et de son irrésistible vent de folie qui souffle ici dans l’intégralité des compositions, mais il faut bien l’avouer, Trevor Dunn, Danny Heifetz, Bär McKinnon et Trey Spruance suivent largement le rythme. Il faut tout de même un sacré bagout pour livrer des morceaux aussi insolents dans leur structure, en utilisant des orchestres, des instruments ethniques et des guitares léchées, tout ça en recréant une réalité parallèle de dessin animé ou de film hollywoodien. Car si None of them knew they were robots surprend par ses rebonds incessants et son imprévisibilité totale, Pink cigarette aurait tout à fait sa place dans un James Bond.

On bave d’effroi à l’idée que ces cinq évadés de l’asile aient dû jouer toutes ces chansons en concert à l’époque (puisque jusqu’à nouvel ordre, Mr. Bungle n’existe plus, Patton s’étant réfugié sur ses deux plus gros projets, à savoir Fantômas et Tomahawk). On a du mal à s’imaginer comment ces gaillards ne se sont pas embrouillés... car pour arriver à suivre le rythme de morceaux aussi atypiques, il faut un sacré entraînement. Ou peut-être qu’ils faisaient un usage abondant de substances illicites, comme semble le suggérer Goodbye sober day. Oh non, quand même. Pas Mike Patton, pas lui ! C’est pourtant un homme sain... Qu’à cela ne tienne : un grand chapeau bas pour ce dernier album de notre ami Bungle, qui apportait pourtant un vent de fraîcheur débridée sur le rock américain. Remarquez, on ne sait jamais. Peut-être que la vie après la mort ressemble à ça, ce serait drôle.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 9 contribution(s) au forum.

Mr. Bungle : "California"
(1/4) 26 juillet 2006, par Frank
Mr. Bungle : "California"
(2/4) 27 mai 2006, par Marina
Mr. Bungle : "California"
(3/4) 5 avril 2006, par Ton père
Mr. Bungle : "California"
(4/4) 3 avril 2006, par Wizardjeje




Mr. Bungle : "California"

26 juillet 2006, par Frank [retour au début des forums]

J’ai vu Mr Bungle sur scène, et il sn’ont eu aucun mal à interpréter parfaitement les morceaux de cet album (ainsi que ceux des autres). A noter pour ce faire : l’emploi de nombreuses percussions (que, d’ailleurs, le batteur et le percussionniste s’envoyaient parfois d’un bout à l’autre de la scène)

[Répondre à ce message]

    Mr. Bungle : "California"

    26 juillet 2006, par Frank [retour au début des forums]


    J’ai vu aussi Fantomas, après leur premier album qu’ils ont interprété de bout en bout, dans l’ordre du disque, mais avec de nombreuses plages d’impro.
    La mise en scène et leur attitude permettait de bien mieux capter le sens de la musique.

    Lombardo s’est planté, à un moment du concert, dans un enchainement : ils sont dû arrêter le morceau et le reprendre. Patton a ironisé :
    "On peut être le meilleur batteur du monde et se tromper quand même.... Mesdames et Messieurs, Dave Lombardo, la plus grosse bite du monde" !!

    Puis, à la fin du concert, un medley de Slayer mémorable, avec le chant d’Araya interprété à sa sauce perso par Patton : c’était géant !

    Suite au concert, j’ai discuté avec le guitariste, à qui je demandais comment ils s’y retrouvaient dans la structure des morceaux, et des enchainements.
    Il m’a expliqué que Patton était une sorte de chef d’orchestre qu’il fallait suivre des yeux, car "on sait toujours quel est la partie qui doit venir après, mais on ne sait jamais quand elle va arriver : il faut guetter Patton qui donne des signaux pré-établis".

    [Répondre à ce message]

Mr. Bungle : "California"

27 mai 2006, par Marina [retour au début des forums]

Le paradis sur terre !

Si tous les fous ressemblaient à Mr Mike Patton le monde s’en porterai mieux.
Fan de Mr Bungle, Tomohawk, Fantomas et des multiples experience de cet artiste
je vous informe que l’album Peeping Tom sort le 30 mai, j’ai pu écouté des morceaux
sur www.myspace.com/peepingtomis... et ça promet ! Un mélange savoureux !
Biensûr tous les goûts sont dans la nature et les miens sont fascinés par cette musique....

Amicalement vôtre !

[Répondre à ce message]

Mr. Bungle : "California"

5 avril 2006, par Ton père [retour au début des forums]

Quand on s’attaque à une chronique de Mike Patton on le fait bien. On dirait que tu t’adresses à des gosses... quelle écriture grotesque !!

[Répondre à ce message]

Mr. Bungle : "California"

3 avril 2006, par Wizardjeje [retour au début des forums]

Album absolument génial, à écouter d’une traite l’été par jour de grosse glande , avec un cocktail au bord d’une piscine, quand on a envie d’un bon coup de peps pour se remettre dans l’axe !

Il n’y a qu’un vrai fou, dans le sens noble du terme, qui puisse pondre un album pareil. Aoûûûûûmf ! Respect !
Vu en concert au Pukkelpop il y a 2-3 ans. Mike Patton ne vole pas sa réputation de bête de scène ! Quelle présence, quelle énergie, quelle classe... Le concert se termine sur un foule un peu ahurie devant un tel ovni, avec les oreilles qui bourdonnent, et une furieuse envie de faire la fête !

Je ne savais pas qu’il avait arrêté Mr. Bungle par contre. Ca c’est dommage... j’ai un peu plus difficile à accrocher sur Fantômas.

[Répondre à ce message]

    Mr. Bungle : "California"

    3 avril 2006, par Ugly in the morning [retour au début des forums]


    Complètement d’accord, cet album est une pure merveille, le Mr Freeze de la musique metal (et dérivés).
    Il n’y rien a jeter, pas une chanson paraît de trop...

    C’est vrai qu’écouter ça l’été après le boulot avec un bon cocktail à portée de main, c’est le paradis sur terre.
    C’est aussi l’album le plus accessible du groupe, pour toutes les oreilles difficiles !
    Faut il encore aimer les recettes suivantes : une furieuse musique débridée, beaucoup de fraîcheur, un soupçon de branquignolesque, une grosse pincée de génie et une olive.

    Le tout enrobé dans une pochette, et un livret digne de leur démesure et de l’ambiance que le groupe a voulu recréer...

    C’est la classe, rien d’autre.

    [Répondre à ce message]