Pop-Rock.com



Martin Newell : "The off-white album"
Pop dans un jardin anglais

mardi 30 mars 2010, par Boris Ryczek

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Beastie Boys : "Ill Communication"
Kyuss : "...And the circus leaves town"
Jessamine : "The long arm of coïncidence"
Pulp : "This is hardcore"
Martyn Bates : "Stars come trembling"
Morrissey : "Your Arsenal"
Mano Negra : "Casa Babylon"
The Gathering : "How to measure a planet ?"
Vivid : "Sundown to sunrise"
INXS : "Full moon, dirty hearts"


Secret bien gardé des fondus de pop anglaise, Martin Newell pratique le difficile métier de jardinier, dans un pays qui accorde une grande attention à son gazon. Il s’avère aussi un poète, auteur-compositeur de plusieurs albums surprenants, dont cet opus réalisé en 1995 avec l’aide de quelques musiciens d’XTC.

The off-white album est d’abord le disque d’un fondu de musique. Très marqué par les années 60, Newell convoque les Beatles, les Beach Boys, la pop baroque, mais n’oublie pas de rendre hommage à ses contemporains (Some girls are bigger than others), et s’autorise quelques écarts vers d’autres genres : sur la ballade celtique The blue beret ou sur Queen Phillys of Collchester, avec son solo de guitare à la Mick Ronson. C’est finalement à une promenade dans l’histoire de la pop qu’est convié l’auditeur.

Mais une promenade faussement tranquille... Newell sait en effet manier ses cisailles pour tailler des vestes au star-system (The world Of Dandy Leigh) ou pour dénoncer l’inutilité patente de l’ONU lors des massacres de Srebrenica (The blue beret). Surtout, il se livre, avec beaucoup de discrétion, à l’aide de bribes autobiographiques convoquant des rencontres étranges, des réconforts inattendus, des amitiés pudiques, des paroles étranges, entendus dans des bus. De Call me Michael Moonlight, qui ouvre le disque, à The girls who lived in the flat upstairs, on reconstitue ainsi la trajectoire d’un homme qui semble avoir beaucoup galéré, avant de finir dans son jardin. Mis en musique, ses souvenirs délivrent leur saveur la plus précieuse : celle de l’impression, de la rêverie.

C’est finalement un univers intérieur que révèle The off-white album, grâce à des touches vernies par un art subtil de l’arrangement. Un inventaire finalement complet de ce qu’un homme peut donner à entendre dans cet art mineur, mais très dense qu’est la chanson. Il fait partie de ces disques auxquels on revient longtemps, à la fois pour prendre des nouvelles de ce good ol’ Martin et pour voir si, quelque part dans le paysage, il n’aurait pas glissé un détail, laissé de côté par nos oreilles inattentives.

Un grand disque mineur, immédiat, mais plus spécifiquement destiné aux auditeurs sachant prendre le temps de revenir.



Répondre à cet article

Boris Ryczek





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Martin Newell : "The off-white album"
(1/1) 8 août 2013, par chanel outlet




Martin Newell : "The off-white album"

8 août 2013, par chanel outlet [retour au début des forums]

Meaning that Sony SDX5-400C helps improve the expenditure of money http://goo.gl/xHDV5f fabricated on the base from the enterprises although from the back-up deny adjustable — mass media, Glitches Rabbit 8s Available for sale, Duplicate Designer watches, Duplicate Designer watches. Go to Tape4backup dept connected with transportation com on account of their particular skillfull first class AIT audio cassettes barstools available for sale least expensive home interest rates. AIT take away formatting comes with a large number of things properties in addition to that yet design know-how because their particular back-up chanel outlet bags alternatives are not simply observed similarly coping with along with possible through going to become the lawn level features all the way up " up " for more more knowledge about the uses utilised although from the massive enterprises.

[Répondre à ce message]