Pop-Rock.com



Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"
Je t’aime... Moi non plus.

mardi 8 février 2011, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Essence : "Nothing lasts forever"
Morrissey : "Kill uncle"
dEUS : "The ideal crash"
Nirvana : "Nevermind"
The Corrs : "Forgiven, not forgotten"
Bis : "Social dancing"
Faith No More : "Album of the year"
Godspeed You Black Emperor ! : "F#A#∞"
My Bloody Valentine : "Loveless"
The Smashing Pumpkins : "Mellon Collie and the infinite sadness"


« Tu préfères Lou Reed ou John Cale ? » Telle est la question piège qui m’a été posée il y a quelques jours… Spontanément, j’ai répondu « Les deux ! ». Et face à l’incrédulité de mon interlocuteur, j’ai ajouté « C’est comme si tu me demandais de choisir entre mon père et ma mère, c’est trop cruel ».

En y réfléchissant a posteriori, je ne parviens effectivement pas à départager ces monstres sacrés de la scène alternative new-yorkaise des sixities. Lou Reed et John Cale. Le dépravé et le dandy. Le guitariste et le bassiste. L’un accro à l’héro, l’autre en permanence défoncé à la coke (du mois quand ils étaient jeunes et inspirés...). Mes disques préférés du Velvet Underground sont les deux premiers, The Velvet Underground & Nico et White light/White heat, les seuls où ils sont réunis. Les deux suivants, The Velvet Underground et Loaded, même s’il s’agit de bons albums, je les vois avant tout comme des disques de Lou Reed. Le grand Gallois n’est plus là pour soigner les arrangements, ajouter son violon désaccordé ou son piano déglingué par-ci par-là… Et surtout exacerber leur rivalité de compositeurs et d’arrangeurs, avec pour résultat de stimuler à l’extrême leur créativité.

J’en discute à l’instant sur Facebook avec un journaliste de Classic 21. Bien que grand fan des deux musiciens, il m’explique préférer Lou Reed car, humainement, John Cale serait, selon lui, « un sale type ». Il l’a interviewé il y a quelques années et il garde de lui le souvenir d’un vieil arrogant, antipathique et prétentieux. « Le genre de mec à qui on a très vite envie de coller une droite » (sic). Il me dit que Cale s’est amouraché d’une sublime panthère noire de 25 ans à peine et, du coup, commence à beaucoup s’intéresser au rap, au hip-hop et autres prétendus arts de la rue. « La street culture, man, c’est-ce qui m’inspire aujourd’hui », qu’il dit. Puis, il envoie balader ledit journaliste parce que celui-ci a l’outrecuidance de vouloir revenir sur la conception d’un de ses albums précédents (en l’occurence son live enregistré à Bruxelles, au Palais des Beaux-Arts...). Cale a fait préciser au préalable que si le mot Velvet était prononcé, cela signifierait la fin immédiate de l’entretien - cela situe le personnage -, mais il n’avait pas été indiqué qu’il était aussi formellement interdit de parler de sa carrière solo antérieure à l’objet dont il faisait la promo... Bref, vous situez le gugusse.

A contrario, Lou Reed serait un mec poli et disponible... Pourtant, d’autres sources journalistiques (Lester Bangs en tête) parlent aussi de Lou comme d’un enfoiré de première catégorie : arrogant, ne répondant pas aux questions et prompt à insulter ses interlocuteurs ou à claquer la porte si quelque chose lui déplait. Mais après tout, who cares ? C’est écouter leurs disques qu’on veut faire, pas aller bouffer chez Alexandre avec eux, pas vrai ?

Et leurs disques, hé bien, parlons-en. Par chance, Cale n’a encore jamais concrétisé cet intérêt pour la street culture black du Bronx dans un album. Par chance, vraiment ? Non, soyons bons joueurs, il ferait sans doute ça très bien. Car il faut le lui laisser : John Cale est capable de surprendre dans presque tous les registres. Quand il il s’aventure dans une reprise d’Elvis (Heartbreak Hotel, sur Slow dazzle, en 1975) déclamée quasi en spoken-words, ou qu’il fait de la pop funky en duo avec Brian Eno (Wrong way up, 1990), personne ne l’attend là mais tout le monde s’incline car c’est original, inspiré et sincère. Et puis, bien sûr, il y a cet album-concept hommage à Andy Warhol, en duo avec Lou Reed. Totalement mythique car tout simplement inespéré. Rendez-vous compte : vingt-deux ans après leur violente séparation (et malgré un come-back d’un soir), les deux frères-ennemis du Velvet Underground se retrouvaient en studio.

Songs for Drella est sorti en 1990. Ce disque m’a toujours attiré mais j’ai attendu un dimanche matin ensoleillé de janvier 2008 pour enfin me le procurer. Ne riez pas, c’est à la brocante du viaduc Herrmann-Debroux que je l’ai déniché, tout à fait par hasard (à 6 euros, la bonne affaire).
Verdict : j’ai eu tort de ne pas l’acheter plus tôt. A vrai dire, autant je suis passionné par l’œuvre du Velvet, autant les carrières de ses membres en solo m’ont longtemps moins intéressé. Aujourd’hui, je peux écouter Rock’n’Roll Animal des nuits entières mais, dans ma prime jeunesse, Lou Reed solo, hormis Transformer (produit par David Bowie et Mick Ronson du temps de leur splendeur) et quelques sombres complaintes de Berlin, je n’en raffolais guère. C’était pareil pour John Cale. Aujourd’hui, je vénère Slow dazzle et surtout Sabotage, son fameux live de 79 au CBGB, mais j’ai initialement eu de grosses difficultés à entrer dans l’univers si singulier qu’il développe sur des disques comme Vintage violence et Paris 1919. Il faut dire dire qu’ils ne font pas toujours dans l’easy-listening, ces deux cocos.

Mais lorsqu’ils se retrouvent pour rendre hommage à Warhol, leur mentor et mécène, c’est tout de suite une autre affaire ! Comme s’ils étaient des rivaux en compétition - et, au vu de leur parcours, c’est sans doute ainsi qu’ils voyaient les choses -, les deux artistes livrent tout simplement le meilleur de leur créativité ; leur substantifique moelle, comme dirait l’autre. A la première écoute, j’étais sous le choc de la découverte de ce petit trésor de minimalisme, où l’on entend jamais plus de deux instruments par chanson (le piano et une guitare, le plus souvent). Je l’ai écouté en boucle pendant des semaines en me demandant, un peu honteux, comment j’avais pu passer à côté pendant si longtemps. J’y relevais des paroles qui me parlent beaucoup (« There is only one good thing about a small town : you know that you want to get out », sur Smalltown), d’autres qui réussissent l’exploit de m’émouvoir (celles de Hello it’s me, où Lou Reed explique à Warhol, avec qui il était fâché, combien il lui manque). Et puis, l’album recèle des mélodies simples mais pourtant tellement belles qu’elles me donnent juste envie de rejouer vingt fois de suite la même chanson. Style it takes, par exemple, qui place Warhol dans la position du narrateur, est l’un de ces petits joyaux qui, écouté dans les bonnes conditions, donne tout simplement la chair de poule.

Mais j’en ai déjà trop dit. Songs for Drella n’est pas un album qui se raconte, c’est un album qui se vit. Et c’est l’illustration d’une très belle histoire d’amitié : une photographie en noir et blanc, un peu jaunie mais vers laquelle on retourne toujours avec la même émotion.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 10 contribution(s) au forum.

Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"
(1/4) 8 février 2011
Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"
(2/4) 8 février 2011, par spock27
Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"
(3/4) 8 février 2011, par MarcD
Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"
(4/4) 8 février 2011




Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

8 février 2011 [retour au début des forums]

Music For A New Society est le chef-d’oeuvre de Cale, et Hobo Sapiens, son opus de 2003, est vraiment bien. Sur scène, il est toujours aussi génial, et au contraire de Lou Reed il sait chanter.
Pour la petite histoire, la copine de Cale a 47 balais, pas 25. Ca lui fait toujours 20 ans de moins que le rocker gallois, mais elle n’a pas l’âge de sa fille non plus.
Dixit un ami qui connaît bien les deux, Cale est un ours, alors que Reed est vraiment un connard.

[Répondre à ce message]

    Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

    5 août 2011, par yann91 [retour au début des forums]


    Ma petite contribution au forum quelques mois après (mieux vaut tard...). Le sujet m’intéresse bougrement (énorme fan du Velvet, le plus grand groupe de rock de tous les temps !).

    Je ne parlerai pas des bonhommes en tant que tel (j’ai effectivement entendu dire que Lou Reed était un mec difficile, pour ne pas dire un sale con), même s’il semble s’être bien calmé avec l’âge (bientôt 70 printemps pépère !) et sa rencontre avec Laurie Anderson qui adoucit les moeurs. Regardez ses interviews des années 70 et 80 sur YouTube ou Dailymotion, gare aux questions couillonnes, le Lou peut être mauvais ! (mais quel sens de l’humour, si on aime l’humour noir et grinçant reedien).

    Musicalement, je connais moins l’univers de John Cale, mais il est clair que son apport sur les deux premiers albums (VU & Nico et White Light / White Heat) Velvet était génial. Seule la rencontre entre le songwriter noir et fielleux et le musicien tourmenté avant-gardiste a pu accoucher du Velvet et en faire ce groupe unique.

    Reed a eu des hauts et des bas (il a fait quelques bonnes mer...), mais dans ses grandes heures je n’ai jamais rien écouté de tel : guitares entêtantes, arrangements grandioses (collaboration avec des grands : Ezrin, Katz, Bowie, etc.) ou style dépouillé minimaliste, voix grave et superbe (plus maintenant. Je l’ai vu aux Vieilles Charrues, il devrait arrêter !), textes ciselés qui claquent dans un accent purement new-yorkais, mélodies parfois superbes (on oublie trop souvent qu’il peut être un très grand mélodiste), ... je m’arrête là, vous aurez compris que je le considère comme un génie à qui l’on peut passer des excès de comportements !

    Même "songs for Drella", sublime album, doit plus à la patte du grand Lou qu’à celle de Cale (il le reconnaissait dans les Inrocks à la sortie de l’album).

    Bref, mon coeur balance pour Reed, même si Cale est un excellent musicien inspiré, génial producteur (Nico, Patti Smith, etc.), capable de mettre son style et sa touche sur des reprises (magnifique interprétation de "Hallelujah" de Cohen) ou excellent collaborateur de duo (écouter "Ever" avec Alan Stivell, ode celte sublime).

    [Répondre à ce message]

    Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

    15 octobre 2013, par wwzqz73 [retour au début des forums]


    vous échappez rachat credit devise


    rachat de credit 76 regroupement de credit france rachat de credit ou renegociation vous détruirez rachat pret immobilier dans regroupement de credit interimaire vous romprez rachat de credit en etant ficp Alors les rachat de pret sur 10 ans Où son vous installez vous criez été simulation rachat de credit en ligne gratuit

    [Répondre à ce message]

    Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

    4 novembre 2013, par ugyma61 [retour au début des forums]


    vous imaginez crédit immobilier nancy


    prêt immobilier 2012 simulation crédit immobilier poste Nommés ce vous protégez meilleur pret immobilier quels simulation prêt 3d son les simulation prêt immobilier banque populaire vous jouez prêt immobilier ville de marseille vous profitez ces prêt immobilier offre Si un prêt immobilier sans apport Dans le simulation prêt immobilier sci vous composez taux immobilier dans le nord vous attirez crédit immobilier foncier Avant ce prêt immobilier les meilleures banques

    [Répondre à ce message]

    Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

    4 avril 2014, par ueygj82 [retour au début des forums]


    simulation rachat de credit immobilier et consommation


    rachat credit immobilier rachat crédit immobilier simulation Avoir mon vous luttez rachat de pret immobilier personnes rachat de pret immobilier credit foncier Donc le rachat credit nantes vous sauvez rachat de credit le mans vous étudiez simulation rachat de credit+tresorerie sonns le rachat de dettes belgique mon rachat de dettes souveraines vous annoncez rachat de pret nantes vous avez rachat de credit revolving son un rachat de credit 70000 euros

    [Répondre à ce message]

    Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

    13 avril 2014, par Mikaelp [retour au début des forums]


    devis constructeur Montpellier

    constructeur architecte herault force devis constructeur excel !!Quelle est mon constructeur maison bois Herault son ce maison t5 herault tu devis constructeur Bezier !!

    [Répondre à ce message]

    Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

    7 mai 2014, par Kera [retour au début des forums]


    payer moins taux intêret crédit pour locataire emprunt pret consommation rachat de credit forum endettement crédit hypothécaire argent intêret bancaire

    [Répondre à ce message]

Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

8 février 2011, par spock27 [retour au début des forums]

c’est peut-être un peu hors-sujet mais tu ne parles pas du rôle de producteur et arrangeur de John Cale sur plusieurs albums de Nico !

[ce qui aurait rendu le mec un rien plus sympathique]

je vais te faire bondir et crois-moi, ce n’est pas l’intention mais si on doit comparer la discographie solo des trois (Lou, John et Nico à part BERLIN, on se comprend (faut pas déconner quand même :-&), je préfère NICO

pas le premier qui est une sous-merde, voire une merde infâme mais ceux avec l’harmonium ; même le tout dernier, j’aime

ce qui m’énerve est qu’on a sorti plein de live au son pourri !

ok, une grande dame de moins en moins élégante les années passant, mais quelle musique grand Dieu !

al.

[Répondre à ce message]

Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

8 février 2011, par MarcD [retour au début des forums]

Sinon Drella était un surnom donné à Warhol à la Factory, surnom que Warhol n’a jamais adoré d’ailleurs. C’était une contraction de "Dracula" et "Cinderella" (Cendrillon). Lou Reed dit qu’il n’a jamais utilisé ce surnom en sa présence par respect.

[Répondre à ce message]

Lou Reed & John Cale : "Songs for Drella"

8 février 2011 [retour au début des forums]

à la question : « Tu préfères Lou Reed ou John Cale ? », pour moi ça sera ni l’un ni l’autre ! ces deux prétentieux imbuvables me sortent par les trous de nez et de facto je choisi le tandem Lennon/McCartney

[Répondre à ce message]