Pop-Rock.com



Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
Locomotive vers l’Enfer

mardi 19 juillet 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
R.E.M. : "Automatic for the people"
Colin Vearncombe : "The Accused"
Jane’s Addiction : "Ritual de lo habitual"
Rage Against The Machine : "Rage Against The Machine"
Einstürzende Neubauten : "Tabula rasa"
Genesis : "Calling all stations"
Einstürzende Neubauten : "Ende neu"
Godspeed You Black Emperor ! : "F#A#∞"
Oasis : "(What’s the Story) Morning Glory ?"
Counting Crows : "August and everything after"


Que c’est triste, une locomotive qui hurle. Si une fin du monde musicale existait, elle ressemblerait à ça : une sorte de brûlot infâme en forme de bourbier inextricable, une pluie de météorites sonores jamais entendus jusqu’alors, une véritable éruption venue directement de la bouche de l’enfer. Même si la bande à Jaz Coleman accusera le coup avec Pandemonium, cette espèce d’expédition vers le royaume d’Hadès débutera en 1990. Extremities, dirt and various repressed emotions, c’est avant tout l’histoire tonitruante d’une rencontre avec les entrailles de l’humanité.

Tout semble cogner, rutiler et brailler de tous côtés. On ne sait plus où on est vraiment, et les seuls repères existants sont les fûts possédés de Martin Atkins. Après un Outside the gate trop consensuel, Kililng Joke se devait de recadrer le tir en revenant vers ses premières amours. Et quelles amours ! On retrouve toute la bande inimitable : Geordie et ses riffs ravageurs, Raven et sa basse qui ressemble à s’y méprendre à un marteau-piqueur, et, surtout, Jaz Coleman se remet enfin à hurler, ce qui n’était plus arrivé depuis l’album Fire dances de 1983. Enregistré à Londres, surchauffé par un été caniculaire, cet album est difficilement descriptible.

Les morceaux sont longs et martèlent leurs messages de fin du monde comme un hallali en direction de Lucifer. Et dans cet infernal retour aux sources, les thématiques choisies par Jaz sont à nouveau terriblement vindicatives : Age of greed et Money is not our God ciblent la société de consommation, Solitude explore les mondes abandonnés des tendances dépressives et The beautiful dead stigmatise la peur de la mort et la célébration des idoles défuntes. Vous avez parfaitement saisi : on ne s’amuse plus du tout, mais c’est précisément pour ça que Killing Joke existe. Et si Jaz Coleman se sent investi d’une mission mystique, c’est probablement pour son hypersensibilité colérique - "I feel hate, I feel hate, I feel hate, don’t be afraid to show your hate, HATE !". Ecrit comme ça, ça ne paraît pas bien méchant, mais il faut l’entendre pour le comprendre.

Dans les entrailles des zones les plus sombres de l’âme humaine, cet album puise les cris les plus effrayants, les râles les plus expressifs qui soient. La musique se fait machine, et la machine se fait magie noire : la blague qui tue reprend tout son sens, puisque s’il est ici permis de rire, c’est surtout un rire jaune qui se dessine sur le visage de ce rock perdu quelque part entre le métal le plus barré et le garage le plus sale. Inside the termite mound est le parfait exemple de ce qui se passe sur cet opus cataclysmique : on a ici affaire à la fourmilière la plus pétrifiante de toute l’histoire du rock. Tout y est rauque, difficilement audible, brut et enflammé. Tout s’obscurcit par une sorte de fumée venue de tout en bas, notamment sur Extremities, le morceau le plus possédé de tout l’album, comme un acte d’exorcisme vaudou incontrôlable. Et même sur North of the border, qui paraît apporter une faible lueur d’espoir grâce à ses nappes synthétiques, on retombe très vite dans un sordide tunnel dont on ne voit toujours pas le bout. Mais la rage triomphante explose dans un feu d’artifice final nommé Struggle, précédé d’un énigmatique Kaliyuga (en référence à la religion hindouiste et aux origines ethniques du chanteur). Struggle, c’est le cœur de la forge, la bataille entre soi et soi-même, entre le bien et le mal ; une guerre qui vit larvée dans un univers de ténèbres sans issue, qui se termine dans un éclat de rire triomphant. Et si ça vous fait peur, c’est fait pour : la joie malsaine et dangereuse qui risque de transpirer de votre rictus figé après l’écoute de cet album en serait un ineffable témoignage. Les anges n’ont jamais existé, ou en tout cas ils ont vendu leur âme. Rappelez-vous ce que Jaz scande sur Slipstream : "just look at our faces, yes they say more than words, we’re so lost in our problems, we’re so lost in our world". Le désespoir fait rage, et la rage se fait courroux. Et si Killing Joke a été moins introspectif sur Democracy ou sur le dernier album éponyme, c’est qu’il nous aura prévenu avant de s’en prendre au monde. Prenez-en acte, car l’enfer est pavé de bonnes intentions.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 15 contribution(s) au forum.

Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
(1/6) 4 février 2008, par pollux
Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
(2/6) 13 janvier 2007, par Killing Phil
Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
(3/6) 25 novembre 2006
Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
(4/6) 27 septembre 2005, par Youki Smayas
> Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
(5/6) 19 juillet 2005
> Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"
(6/6) 19 juillet 2005, par Jé




Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

4 février 2008, par pollux [retour au début des forums]

Killing Joke est (et parfois jusqu’à en devenir la caricature de soi-même) tout ce que Marylin Manson ne sera jamais. Là où chez MM rien n’est laissé au hasard ou à la spontanéité (ce qui n’est pas en soi un mal, d’ailleurs, les musiques très travaillées et très précises sont souvent magnifiques, c’est juste qu’elles ne font pas appel aux mêmes zones du cerveau), Killing Joke ne calcule rien et ne canalise que le moins possible l’énergie brute, la rage qui les habite.

Pour les avoir vus plusieurs fois en concert, je peux vous dire qu’il y a quelque chose d’un chaman chez Jaz Coleman. Je n’ai pas résussi à trouver des mots qui ne fassent pas trop cliché, mais voila un chanteur habité. Voire hanté, qui touche quelque chose d’essentiel lorsqu’il chante. Un concert de KJ est une cérémonie, un potlatch vivant, vibrant et éprouvant dont on ne sort pas indemne. Alors oui, cette sincérité pure est difficile d’accès, et le résultat est parfois en deça de ce qu’on pourrait espérer (je suis fan mais je suis le premier à dire qu’il y a des morceaux de killing joke lourdingues et ampoulés), mais un groupe vraiment HONNETE, c’est devenu tellement rare...

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

13 janvier 2007, par Killing Phil [retour au début des forums]

Enfin une critique positive pour cet album oublié de Killing Joke. Positive et qui, je me délecte, prend le soin de décortiquer quasi chaque morceau. Pas évident, vous l’écrivez vous-même, de mettre des mots sur cette énergie brute, ce feu roulant de basse-batterie-guitare-hurlement. Lorsque mes amis plus jeunes que moi me disent ne pas connaître Killing Joke, j’hésite : vais-je décevoir leur choix initial dans leurs goûts actuels, ou bien négligeai-je de leur faire connaître un groupe qui en a inspiré des dizaines d’autres (au bas mot) ?

A vous qui lirez cette rubrique, je dis ceci : quand vous avez un petit coup de blues, avant une épreuve pénible et pour vous mettre en condition : mettez par exemple Struggle dans votre lecteur mp3. Ensuite, partez au combat ;)

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

25 novembre 2006 [retour au début des forums]

Cet album est introuvable. Même en import, on ne peut plus l’avoir... Vivement une réédition !

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

27 septembre 2005, par Youki Smayas [retour au début des forums]

Voila un choix de chronique particulièrement honorable. Déjà, causer de KJ actuellement ne releve pas forcement de l’évidence, mais cet album ayant pratiquement disparu des étalages, il fallait pas mal de conviction à l’auteur de cette chronique pour se preter à cette exhumation. Respect, donc, comme on dit ;)

Faut croire que la culture "Rock" est plus ancrée du coté de la Belgique que chez mes compatriotes français.

[Répondre à ce message]

    Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

    27 septembre 2005, par Albin Wagener [retour au début des forums]


    merci, mais en fait, j’habite en France ! ceci dit, je suis luxembourgeois donc bon...

     ;)

    [Répondre à ce message]

    Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

    30 avril 2012, par FAKSytMfxfIMg [retour au début des forums]


    Un message, e7a fait pliiasr. Je suis ennuye9, parce que le kraut que tu de9cris est pre9cise9ment celui qui me geane pour avoir un peu cannibalise9 le "vrai kraut" plus proche, e0 mon sens, des longues plages des 1ers Tangerine Dream / Ash Ra Tempel - l’habitue9 de ce blog aura note9 mon insistance un peu lourde pour dire "non le kraut c’est pas que Can / Neu / Faust". Plus proble9matique, ce rock me9tronomique de bon gofbt est ultra minoritaire, tu n’en trouveras pas beaucoup. On en a un bel apercu dans ce CODE III, 3e8 titre. Sinon, e0 premie8re vue : - les 2 1ers KRAFTWERK, "1" et "2", tre8s proches de NEU, tu les as sans doute. - ORGANISATION, l’album pre9-KRAFTWERK, "Tone Float".- Michael Rother a continue9 apre8s NEU sur des rythmiques tre8s carre9es mais tre8s "boeete e0 rythme", avec quelques trucs pas mal, "Flammende Herzen" et "Katzenmusik".- les uniques albums de IBLISS et KOLLEKTIV, beat tre8s hypnotique qui devrait te plaire, dans un esprit plus "jazz" (pas trop quand meame) et 100% instru.- HARMONIA et CLUSTER bien sfbr, en plus synthe9tique mais l’esprit n’est pas loin.- certains albums de EMBRYO, plus "world" / "jazz" que CAN mais franchement pas si loin finalement.J’y re-penserai, pour d’autres re9fe9rences. Si tu veux plus de de9tail n’he9site pas. Certain de ces albums apparaeetront peut-eatre dans le top 50 - mais c’est vrai que j’ai un faible pour le "freak" et le planant !e0+

    [Répondre à ce message]

> Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

19 juillet 2005 [retour au début des forums]

Tiens, c’était bien Killing Joke à Dour ?

[Répondre à ce message]

    > Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

    19 juillet 2005 [retour au début des forums]


    Killing Joke c’est fait pour jouer une fois la nuit tombée, dans une salle complètement fermée, étouffante et intimiste. Je sais pas à quelle heure ils passaient à Dour ni sur quelle scène, mais ça me semblait mal barré d’avance.

    [Répondre à ce message]

> Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

19 juillet 2005, par  [retour au début des forums]

En sait-on plus sur les rééditions ?

Le son du premier album sur CD me décourage de l’écouter...

[Répondre à ce message]

    > Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

    19 juillet 2005, par Albin Wagener [retour au début des forums]


    effectivement, on en sait plus : Extremities sera le seul album à ne pas être remasterisé, pour des raisons que je ne connais pas.

    Cela dit, le son "foutoir brut" de la version d’origine participe grandement à l’ambiance fiévreusement dévastatrice de l’album.

    [Répondre à ce message]

      > Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

      19 juillet 2005, par  [retour au début des forums]


      Merci !

      Cet album a pourtant bonne réputation, cette exception m’étonne. Il restera la version "foutoir brut" à se mettre sous la dent.

      [Répondre à ce message]

      > Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

      19 juillet 2005, par Reivoli [retour au début des forums]


      Je crois que c’est des raisons financières : le groupe s’est brouillé avec Martin Atkins, qui possède les droits de l’album.

      Sinon, c’est sûr que Extremities est un des meilleurs album de "la blague qui tue" (mais difficile à se procurer). La production est carrément naze mais n’empêche pas de se rendre compte de la grandeur des chansons et d’entendre les arpèges rongés par l’acide de ce cher Geordie... "Inside the Termite Mound" est l’un des morceaux les plus terrifiants jamais écris par Killing Joke et justifie à lui seul l’album. Véritablement flippant... Merci pour cette chronique !

      [Répondre à ce message]

        > Killing Joke : "Extremities, dirt and various repressed emotions"

        19 juillet 2005, par Albin Wagener [retour au début des forums]


        il ne nous reste plus qu’à faire pression sur Martin Atkins.
        en plus je ne vois pas son intérêt à bloquer ainsi le processus, ça devrait être interdit... en plus il toucherait des sous avec l’achat de la version remasterisée, je ne comprends pas bien sa démarche.
        il est perdant dans les deux sens.

        [Répondre à ce message]