Pop-Rock.com



Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"
Rouge Sang !

vendredi 30 avril 2004, par Laurent Bianchi

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Noir Désir : "Dies irae"
Lloyd Cole : "Lloyd Cole"
Bush : "Razorblade suitcase"
Pixies : "Trompe le monde"
De/Vision : "Void"
Rage Against The Machine : "Rage Against The Machine"
The Fall : "Shift-Work"
Jane’s Addiction : "Ritual de lo habitual"
Alan Stivell : "Again"
Marc Almond : "Tenement Symphony"


Cet album est celui que j’écoute quand j’ai besoin d’un bon coup de pied aux fesses (...) ou tout simplement quand j’ai besoin de voir la vie en rose -enfin, non, en rouge, car qui dit rouge dit couleur de sang…

Pour ceux qui connaissent C’est arrivé près de chez vous, ils auront reconnu l’allusion au film. Pour ceux qui n’ont toujours pas vu ce mastodonte, il est peut-être temps de sérieusement se remettre en question… Mike Patton c’est le Poelvoorde du rock. Il n’y a pas mieux que Mike Patton et la bande qu’il a rejoint en 1988 pour vous remettre d’aplomb. Cet album fait suite au formidable Angel Dust et au licenciement du guitariste Jim « j’ai la gueule de l’emploi » Martin, remplacé juste le temps d’enregistrer l’album par Trey Spruance, guitariste du groupe originel de Mike : Mr Bungle.

Dès le premier titre, Get Out, Patton nous montre bien ce qu’il sait faire de son organe vocal. Crier, oui, mais avec talent. Car ce chanteur qui aurait pu faire une carrière de crooner à Las Vegas (mais qui se rattrape en concert en reprenant allègrement Burt Bacharach ou Serge Gainsbourg,pour n’en citer que deux) possède une voix hors du commun. A écouter Evidence (également enregistré en espagnol et en portugais sur certaines versions latino-américaines), qui fait suite en quelque sorte à Easy de l’album précédent, on s’en rend d’ailleurs bel et bien compte. C’est la période qui coïncide d’ailleurs avec une certaine maturité du groupe, où, ironie du sort, ils se sapent en costume, notamment sur le clip vidéo de ce titre justement, mais aussi en concert…. Et puis Caralho voador (qui se traduit par Flying dick - le pénis volant), quelle belle ballade brésilienne, où avec sa voix torride, Mike parle en portugais (et dit littéralement : "I can’t drive and now show up, with my finger burried in my nose" - "Je ne peux conduire et venir maintenant car j’ai mon doigt dans le nez"). Enfin, il s’adonne aux joies du gospel sur Just a man. Cet album montre bien la panoplie de registres musicaux dans lesquels la voix de Mike Patton peut s’appliquer : tous.

Patton est un imprévisible. Enfin, était, car aujourd’hui tout ce que l’on peut dire du bonhomme c’est qu’il est tellement imprévisible que plus grand chose n’étonne. Il est devenu prévisible dans son imprévisibilité…

Mais le Faith No More, celui que tout le monde adulait, c’est bien celui de The Gentle Art of making ennemies, autant pour la forme que pour le fond. (« I deserve a reward, cause I’m the best fuck you’ve ever had » : grandiose !) Il chante sur cette chanson de trois manières différentes : une grand maîtrise dans le cri furibard mais aussi dans les envolées vocales d’une beauté extrême, et enfin dans le rap…

Cuckooo for Caca c’est aussi du Patton tout craché, -enfin, craché n’est peut-être pas le terme qui convient -, mais certaines choses ne peuvent s’écrire facilement lorsque l’on parle d’un démoralisateur provocateur au très grand toupet. Honorant comme il se doit -selon lui- la défécation, (c’est de l’humour ? Plus que vraisemblablement car le personnage s’amuse constamment à entretenir -ou pas- les rumeurs et ragots sur sa soi-disant scatologie (« Je chiais le jour, je chiais la nuit, je chiais partout, je chiais toujours ») chantait un certain vieillard dans mon film de chevet. Cette « maxime » pourrait bien être l’adage de Patton). Ici c’est Shit lives forever, ou encore Caca volante, qui est le titre d’un de ces albums délurés avec Mr Bungle… On raconte aussi que lors des concerts des bouteilles remplies d’urine circulent sur scène…) Cela étant dit, et ceci n’ayant rien à voir avec cela, c’est la chanson que je trouve la plus « amphétaminée » de tous les temps !

Quel bonheur, mes amis, quel bonheur que cet album. Dans la bouche de Patton, tout est lyrique, même la m… « You can’t kill it ». Je vous rassure, ça ne vole pas toujours aussi bas. Les paroles peuvent aussi être bien plus « culturelles » et Patton ne manque pas une occasion de montrer son admiration pour Stanley Kubrick ou pour des écrivains tels que Hunter S. Thompson.

Digging the grave aussi brille par sa rapidité et son entrain. Il n’y a pas que Mike Patton d’ailleurs qui illumine cet album. Le batteur, Mike Bordin, et le bassiste, Billy Gould, forment à eux deux une rythmique très efficace (pour vous en convaincre, écoutez ne serait-ce que What a day). Enfin, le synthétiseur de Roddy Bottum donne aux titres un petit côté « années 80 » qui n’est pas pour déplaire. King for a day est une ode à la beauté, avec son piano et ses envolées guitaristiques, sans mentionner les chœurs qui ne sont ni plus ni moins que ceux de Mike Patton…

Cet album, très décrié dans la presse rock en général, voire ignoré quand il s’agit de dresser la liste des best of de FNM, est pourtant plus qu’apprécié par ceux qui aiment le groupe en général et Mike Patton en particulier. Vous l’aurez sans doute compris, je fais partie de ces deux catégories et suis content d’avoir assisté au dernier concert de la tournée Album or the year mais aussi de Faith No More tout court, à L’Aéronef de Lille, le 10 décembre 1997.

Les fabuleux dessins de la pochette ainsi que ceux qui ornent tout le livret sont tirés de Flood, A novel in pictures d’Eric Drooker.



Répondre à cet article

Laurent Bianchi





Il y a 84 contribution(s) au forum.

Dlf Garden City Lucknow
(1/4) 7 janvier 2013, par 1
Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"
(2/4) 6 octobre 2006, par Séverine
Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"
(3/4) 16 septembre 2006, par relayer
> Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"
(4/4) 4 mai 2004, par M@VeR !cK




Dlf Garden City Lucknow

7 janvier 2013, par 1 [retour au début des forums]

DLF Garden City is a royal place where one can spend a relaxed time amidst family and friends. A majestic clubhouse to fulfill your royal and luxuriant wishes makes Garden City top on the wish list of investors. Various recreational facilities like tennis, squash, badminton and billiards can be enjoyed here inside this integrated township.

[Répondre à ce message]

Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"

6 octobre 2006, par Séverine [retour au début des forums]

Qu’est-ce que j’ai pu l’écouter dans ma voiture avec Angel Dust celui-là ...

[Répondre à ce message]

Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"

16 septembre 2006, par relayer [retour au début des forums]

Que dire de plus que cette excellente critique, oui peut-être parler de l’atmosphère qui ressemble étrangement à la pochette, d’avoir l’impression de ressentir ce mal qui est en chacun de nous. De se sentir bien à chaque fois que Mike patton vomis je ne sais quoi, la haine, le désespoir, les frustrations accumulées, l’envie violente de posséder, et d’autres sentiments non avouables. Oui c’est un disque noir par son ambiance où l’espoir n’a aucune place. C’est de la musique qui ressemble à notre société, et qui reste largement d’actualité.

[Répondre à ce message]

> Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"

4 mai 2004, par M@VeR !cK [retour au début des forums]
M@VeR!cK

Il m’a fallu du temps pour apprécier King for a Day... (qui est, je pense, un excellent disque des années 90), mais il faut avouer qu’il est nettement inférieur à Angel Dust (ou même à mon avis à The Real Thing) :

les guitars à la Black Sabbath un peu rétros et les solos de Jim Martin manquent cruellement, de même que les claviers de Roddy Bottum qui sont souvent absents ou cachés (alors qu’ils faisaient en partie le "son" Faith No More).

Et en général, le son fait un peu "néo-métal" au niveau des guitares(ce qui est quand même un comble quand on sait l’influence qu’a eu FNM sur ces groupes). Trey Spruance est un guitariste de génie (voir Mr Bungle) mais je le trouve ici déplacé.

Enfin bref, j’adore cet album (le riff de Cukoo for Caca est un des plus menaçant que j’ai entendu), je respecte Faith No More pour avoir évité de nous reservir un "Angel Dust 2" avec brio, mais cet album est loin d’être l’accompissement musical qu’était le précédent : si Angel Dust est intemporel, je trouve que King for a Day... commence déjà à vieillir...

[Répondre à ce message]

    > Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"

    2 septembre 2004, par Seb [retour au début des forums]


    Bien que moins percutant lors de la première écoute que Angel Dust, King for a day m’enchante régulièrement à chaque nouvelle écoute.. Patton,O génie éclectique, vociférant ses démons intérieurs te fout tout simplement la chair de poule.. et même s’il est plus inégal qu’angel.. il faut tout de même se dire qu’un mauvais titre de Faith est déjà largement au-dessus de la moyenne. la seule chose qui me préoccupe réellement et je pense que je ne suis pas le seul...A quand un DVD nous offrant un des tous derniers concerts de FNM.. Je serais près à vendre ma petite femme qui a de très beaux restes pour m’en procurer un

    [Répondre à ce message]

      > Faith No More : "King for a day, fool for a lifetime"

      12 octobre 2005, par Ugly in the morning [retour au début des forums]


      Cet album est celui qui m’a fait découvrir le monde du métal (et ses dérivés), autant vous dire que je lui dois beaucoup.

      C’est subjectivement une merveille parce que complétement hétérogène suivant les pistes : du ravageur "digging the grave", au stylisé bluesy "Evidence" en passent par le jazz fusion de "star AD", puis tout simplement parce que c’est beau et c’est inventif.
      Le maitre Patton passe par un alambic de voix, qu’il soit crooner ou hurleur (voir le final de "ugly in the morning", quelle coincidence c’et mon pseudo !!!), cet homme sait tout faire.
      Bien sur, FNM ne serait pas FNM sans ses acolytes, le père Gould et sa basse funky (ecoutez ses lignes sur le titre "king for a day") qui est fabuleuse, la batterie du Bordin (notamment dans "the last to know") est scandaleuse d’efficacité, et le Roddy Bottum aux claviers, ben avis aux amateurs..

      L’album "angel dust" est lui aussi exceptionnel (quel bel euphémisme !). Je suis conscient de ne rien inventer en plebiscitant ces deux albums (les anciens et le dernier m’intéressant moyennement car ils ont respectivement mal vieillis et sont trop froids à mon gout, mais c’est un juste retour des choses que de rendre hommage à ce groupe hors du commun, à mon plus grand malheur, séparé aujourd’hui.

      J’ai bien essayé de me consoler avec Tomahawk (bien mais sans plus) et Mr Bungle (California est une bouffée d’air frais) mais rien ne remplacera le génie (soyons fou) de Faith no more...

      Pourquoi les meilleurs partent-ils toujours les premiers ?

      PS : pour répondre au message de mon prédecesseur, il existe un dvd (pirate ?) de FNM tourné au Bizarre Festival en Allemagne que j’ai personnellement acheté à Londres pour une brouette de pain et filmé après la sortie de leur dernier album. Je te jure qui si tu me donnes ton adresse (je ne sais pas comment !) je t’en fais une copie et te l’envoie, car c’est une tuerie. Le Patton est sur ressort (peut-etre l’effet du à ce qu’il boit sur scene), c’est un show de première qualité. Mon dieu pourquoi ne les ai-je jamais vu en live ???

      [Répondre à ce message]