Pop-Rock.com



Faith No More : "Album of the year"
Retour du refoulé

mercredi 26 juillet 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Morrissey : "Kill uncle"
Nitzer Ebb : "Ebbhead"
Nirvana : "Nevermind"
The Divine Comedy : "Fin de siècle"
Placebo : "Placebo"
Manic Street Preachers : "The Holy Bible"
Nirvana : "In utero"
Francis Dunnery : "Fearless"
Air : "Moon safari"
Neil Young : "Harvest moon"


Après le (d)éton(n)ant King for a day, fool for a lifetime, le guitariste Jim Martin se voyait proprement viré de Faith No More Mike Patton déclarait en avoir fini avec le groupe. Et pourtant, en 1997, le monde du rock eut peut-être l’une des plus grosses surprises de l’année en voyant cette formation si atypique sortir Album of the year, le dernier opus de la carrière de la bande à Patton. Et cette fois, pour de bon.

Cet album au titre pour le moins bienheureux s’inscrit dans la continuité sonore de King for a day, fool for a lifetime, tout en s’inscrivant dans un metal moins nerveux, même si on retrouve de véritables bombes comme Mouth to mouth ou encore l’explosif Got that feeling qui procurent d’irrésistibles envies de pogoter contre à peu près tout ce qui bouge. Mais à côté de ces mines de rage et de fureur, Faith No More livre avec ce dernier opus de sa carrière un chant du cygne en forme d’au revoir, en forme de dernier orage avant une autre époque. Les trois singles de cette galette donnent en effet une impression de faux calme, de colère contenue, comme pour un dernier voyage qui se verrait moins tumultueux que les précédentes productions de ce qui pourrait bien être l’un des groupes les plus influents des années 90.

Stripsearch pose des bases relativement atypiques pour Mike Patton et ses sbires, puisque le morceau s’appuie sur une base de trip-hop où les nappes synthétiques préparent subtilement à la tension qui déchirera la fin de la chanson dans un assaut martial de guitares metal bien entraînées. A l’opposé de ce bijou expérimental se trouve le très détendu She loves me not, qui illustre déjà les sentiers que Mr. Bungle, l’autre groupe de Mike Patton, s’apprêtera à explorer sur California. On y retrouve en effet un mélange acidulé de rhythm’n’blues et de country légèrement poisseuse, une sauce qui avait par ailleurs déjà prise sur Evidence, le single surprenant de King for a day, fool for a lifetime. Les deux autres pépites radiophoniques d’Album of the year que constituent Last cup of sorrow et Ashes to ashes (qui n’est pas une reprise de Bowie) rejoignent une mouvance metal de plus en plus active à la fin des années 90, et qui ne sont pas si éloignées de ce que pourra fournir Paradise Lost sur Believe in nothing. Les synthés sont présents et saupoudrent de fines mélodies les compositions hargneuses et acérées. Quant à la voix de Mike Patton, toujours aussi inventive, elle se transforme tour à tour en beuglements incessants, en murmures graves ou en plaintes aiguës.

Car ce qui est surtout remarquable dans cet album, c’est que Patton n’en finit plus d’expérimenter, aussi bien dans les sons que dans les paroles : Naked in front of the computer peut pour le moins surprendre, alors que Paths of glory se meut dans des riffs lancinants et patauds, à l’instar de ce que Chino Moreno et ses vaillants Deftones offriront au monde. Avec autant de directions prises - et surtout assumées - sur un seul et même album, on peut aisément comprendre pourquoi Faith No More a toujours été sur le point d’imploser autour de son génie de chanteur. C’est d’ailleurs ce qui a fini par arriver, avant que Patton aille voir ailleurs s’il y était, entre les insolences hardcore de Fantômas, le metal plus formaté de Tomahawk ou les plages récréatives de Mr. Bungle.

Un album qui se clôt en tout cas sur un sublime Pristina, chant du cygne de la formation et symbole de l’inéluctable déliquescence qui épluchera définitivement Faith No More. Un titre de chanson qui ne semble d’ailleurs pas innocent, mais qui scelle de façon exemplaire la carrière d’un groupe qui l’était tout autant.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 8 contribution(s) au forum.

Faith No More : "Album of the year"
(1/6) 9 octobre 2012, par ephrei
Faith No More : "Album of the year"
(2/6) 26 février 2009
Faith No More : "Album of the year"
(3/6) 30 avril 2007, par Roland Gink
Faith No More : "Album of the year"
(4/6) 6 octobre 2006, par Séverine
Faith No More : "Album of the year"
(5/6) 26 juillet 2006, par Frank
Faith No More : "Album of the year"
(6/6) 26 juillet 2006, par Sharky




Faith No More : "Album of the year"

9 octobre 2012, par ephrei [retour au début des forums]

pequeños y están sustentados de ordinario por, viagra sin receta españa y demuestra la necesidad de una dirección. Relativement au premier point, prix cialis 20mg pour partie employée dans Tétat du roi de ces.

[Répondre à ce message]

Faith No More : "Album of the year"

26 février 2009 [retour au début des forums]

They are back !!!!

[Répondre à ce message]

Faith No More : "Album of the year"

30 avril 2007, par Roland Gink [retour au début des forums]

Sacré blagueur cet Albin Wagener !

[Répondre à ce message]

Faith No More : "Album of the year"

6 octobre 2006, par Séverine [retour au début des forums]

La voix de Mike Patton ... I’m just a man ...
J’adore !

[Répondre à ce message]

Faith No More : "Album of the year"

26 juillet 2006, par Frank [retour au début des forums]

Jim Martin n’a pas joué sur King for A day : il s’est fait virer après Angel Dust

[Répondre à ce message]

Faith No More : "Album of the year"

26 juillet 2006, par Sharky [retour au début des forums]

Jim Martin s’est fait virer avant la sortie de King for a day.
Bien que son successeur ait un look plus sobre, son jeu n’en est pas moins efficace et dessert bien ce combo novateur.

[Répondre à ce message]

    Faith No More : "Album of the year"

    31 juillet 2006 [retour au début des forums]


    C’est Trey Spruance (Mr Bungle, ASVA, ...) qui joue sur King for a Day
    De plus niveau information, tu peux repasser...
    Cet album est quand même loin d’être inventif... Il sent plutôt la fin de contrat avec une major...
    Tomahawk = metal... MOUAHAHAHAHA
    et Janis Joplin, elle chantait de la country ?

    [Répondre à ce message]

      Faith No More : "Album of the year"

      16 mai 2008, par vehau [retour au début des forums]


      Pas vraiment d’accord, le dernier Tomahawk peut être vu comme un album de métal, avec certes de très gros guillemets, une sorte de soft metal totalement dédié aux traditions indiennes.

      C’est sur qu’on est très loin d’un album de métal classique, mais on n’attend rien de banal ou de convenu lorsqu’il s’agit de Mike Patton.

      [Répondre à ce message]